Mort de Nahel : 3 200 interpellés depuis mardi, d’un âge moyen de 17 ans, d’après Darmanin

0
375
Une accalmie sur le front des violences urbaines semble se dessiner sept jours après la mort de Nahel. Population et élus sont appelés à «une mobilisation civique» à midi devant toutes les mairies de France après la violente attaque contre le domicile du maire de L’Haÿ-les-Roses.

En résumé :

– Un retour au calme s’est esquissé dans la nuit de dimanche à lundi après cinq nuits de violences dans toute la France consécutives à la mort de Nahel. D’après le ministre de l’Intérieur, 3 200 personnes ont été arrêtées depuis mardi dernier. Un pompier a perdu la vie en luttant contre des incendies de voitures en Seine-Saint-Denis, mais la Préfecture de police et les pompiers de Paris annoncent qu’aucun lien n’a été établi pour l’instant.

– Le choc causé par l’agression visant le maire de L’Haÿ-les-Roses a fait passer au second plan la décrue des violences déjà constatée dans la nuit de samedi à dimanche dans de nombreuses villes. Le président de l’Association des maires de France (AMF) David Lisnard (LR) a appelé la population à un rassemblement de soutien lundi à midi devant toutes les mairies.

– Emmanuel Macron doit recevoir les présidents des deux chambres ce lundi, puis les maires de plus de 220 communes ciblées par les violences ce mardi. Il a aussi demandé à la Première ministre de rencontrer les présidents des groupes parlementaires lundi.

Au tribunal de Bobigny, trois prévenus libérés car leurs fiches d’interpellation n’étaient ni datées ni signées. Les policiers iraient-ils un peu trop vite en besogne lors des interpellations ? Trois prévenus renvoyés pour des violences en réunion contre les forces de l’ordre devant la 17e chambre du tribunal judiciaire de Bobigny, sont ressortis libres du palais de justice ce lundi. En cause : les fonctionnaires de police les ayant arrêtés ce week-end, à Nogent-sur-Marne, pendant les émeutes, n’ont pas daté ni signé leurs trois fiches d’interpellation, comme la loi l’exige. «Un problème de régularité évident», a reconnu le parquet, après qu’un des avocats ait soulevé cette nullité, sur la base de l’article 429 du code de procédure pénal. Le tribunal s’est retiré pour délibérer et, à peine quelques minutes plus tard, est revenu dans la salle comble en annonçant la libération des trois jeunes hommes de 25, 25 et 23 ans, qui avaient été placés en détention provisoire. «Le tribunal constate que les fiches d’interpellations ne sont ni datées ni signées ce qui ne lui permet pas d’avoir les circonstances de l’interpellation des trois prévenus […] Le tribunal ordonne votre remise en liberté immédiate», annonce le président. Dans le box, le visage fin des trois bonshommes s’illumine, alors que la salle applaudit la décision, avant d’être rapidement rabrouée par le magistrat. Dura lex, sed lex. Par Juliette Delage.

Sécurité renforcée sur les sites des JO. La «sécurisation des infrastructures» des JO-2024 à Paris a été «légèrement renforcée», a assuré ce lundi la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castera, suite aux nuits de troubles dans le pays depuis six jours. «Dans le cadre des Jeux olympiques et paralympiques, on a pris des mesures ces derniers jours pour renforcer encore la sécurisation des infrastructures», a indiqué la ministre, en marge d’un évènement sur les violences dans le sport. «Elles étaient déjà bien protégées, avec pas mal notamment de surveillance et une présence humaine. Elle a pu être légèrement renforcée. La nation est abîmée par tout cela. Ce qui se passe n’est évidemment pas bon pour l’image de la France. Il y a des priorités, le retour de l’ordre républicain, la fin des violences», a-t-elle ajouté. «Des évènements de ce type s’étaient déjà produits quasiment un an en amont des Jeux de Londres, avec des manifestations de violences très fortes dans la foulée de violences policières. L’édition des Jeux de Londres avait été très positive», a-t-elle encore rappelé.

Incendie à Villeurbanne : trois suspects mis en examen. Trois personnes ont été mises en examen notamment pour «destruction volontaire par incendie» après un feu causé par des tirs de mortier d’artifice sur un immeuble de Villeurbanne, dans la nuit de mercredi à jeudi, a rapporté le parquet lundi. Trois des quatre suspects interpellés après l’incendie avaient été présentés dimanche à un magistrat. Deux d’entre eux ont été placés en détention provisoire après leur mise en examen et le troisième, suspecté d’avoir fourni le matériel, a été placé sous contrôle judiciaire après sa mise en examen, a ajouté le parquet de Lyon.

3 200 interpellés, dont les deux tiers inconnus de la police, selon Darmanin. Quelque 3 200 personnes ont été interpellées par la police et la gendarmerie, entre mardi et dimanche, lors des cinq nuits de tensions consécutives à la mort de Nahel, 17 ans, tué par un policier, dont 60 % n’étaient pas connues de la police et «n’ont jamais fait l’objet d’un contrôle», a indiqué lundi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. La moyenne d’âge des personnes interpellées est de «17 ans, avec parfois des enfants, il n’y a pas d’autre mot, de 12-13 ans, qui étaient des pyromanes ou qui ont attaqué les forces de l’ordre ou qui ont attaqué des élus», a-t-il également souligné.

Libération.fr

Leave a reply