Face à l’absence de vérité des prix : Les meuniers annoncent une baisse de production

0
174

Face à la presse hier, mardi, à Dakar, l’Association des meuniers industriels du Sénégal (Amis) a annoncé une réduction périodique et collective de production permettant de freiner le niveau des pertes enregistrées quotidiennement. Et ce, jusqu’à ce qu’une réponse assurant la survie des meuniers soit clairement apportée.  

Pris entre l’étau des cours mondiaux des céréales en hausse constante et l’enclume d’un blocage anormal des prix de vente de produits finis, les industriels meunières du Sénégal n’entendent plus continuer de vendre à perte et déclarent officiellement leur situation de faillite. A cette fin, il est décidé, à compter d’hier « une réduction périodique et collective de production permettant de freiner le niveau des pertes enregistrées quotidiennement. Et ce, jusqu’à ce qu’une réponse assurant la survie des meuniers soit clairement apportée ».  Dans la note de déclaration, ils informent pour la semaine en cours que « la production nationale est arrêtée du mardi 2 au jeudi 4 novembre 2021 ».  

Composée de GMD, NMA, FKS, OLAM, SEDIMA, MDS, BASMALA, l’Association des meuniers industriels du Sénégal (Amis) dénoncent l’inertie des autorités après plusieurs alertes, lancées au ministre du Commerce et des petites et moyennes entreprises Aminata Assome Diatta. Actuellement, « la flambée des prix du blé est ignorée par les autorités ». A les en croire : « En avril puis en juillet, l’Amis avait alerté le ministère du Commerce, mais malgré ces alertes, le prix de revient de la farine vendue au Sénégal est bien au-dessus du prix de vente imposé par les autorités gouvernementales ». En Septembre 2021, martèlent-ils encore, « nous avions sollicité en urgence une prise de décision rapide pour revoir le prix de la farine. Mais, hélas ! De sorte que chaque sac livré depuis nos unités de 3 productions constitue une infraction flagrante à la loi sénégalaise en plus d’amplifier les pertes de nos entreprises ».

Intrigués par le silence assourdissant de leur tutelle, ils rappellent que : « Le bon sens économique et social aurait voulu que nos appels soient entendus et des solutions soient déjà trouvées depuis le mois d’avril 2021 ». Et puisque la situation tarde toujours à se décanter, les obligeant indirectement à subventionner le prix du pain, celle-ci mènera sans doute toute « la filière à une crise encore plus grave quand les meuniers auront disparu du jeu économique national », préviennent-ils.  

Si rien n’est fait prédisent les industriels meuniers, les emplois, les taxes, le pouvoir d’achat seront absorbés au profit de quelques importateurs. Enfin, ils disent qu’il est à présent urgent de statuer sur l’ultime levier d’ajustement en révisant le prix du sac de 50 kg de farine de blé. Car, selon eux, « suivant la structure des prix, la farine se vendra à 19 193 FCFA par sac ». Toutefois, afin de garantir une stabilité du prix du marché, en complément de la Tva à 0% et des droits de douane sur le blé à 0%, « les autorités doivent prendre la décision additionnelle de diminuer les impôts afin de compenser les pertes entre le prix de 19 193 F et celui qui est pratiqué depuis début octobre », orientent-ils.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.