Face aux émeutes, 45 000 policiers et gendarmes de nouveau mobilisés ce dimanche soir

0
567

Gérald Darmanin a renouvelé le même dispositif que les deux dernières nuits, pour lutter contre les violences urbaines consécutives à la mort de Nahel à Nanterre.

Cela commence à devenir une habitude. Gérald Darmanin a annoncé la reconduction du dispositif de maintien de l’ordre ce dimanche 2 juillet au soir, avec, pour la troisième nuit consécutive, 45 000 policiers et gendarmes mobilisés pour faire face aux émeutiers qui agitent le pays depuis la mort du jeune Nahel mardi à Nanterre.

Le ministre de l’Intérieur a donné des « consignes de fermeté » et a demandé « comme précédemment que des interpellations soient menées, dès que possible », a précisé son entourage.

La nuit de samedi à dimanche a été plus calme que la précédente, aussi bien à Paris et dans sa banlieue qu’à Marseille et Lyon, les deux agglomérations les plus touchées la veille par les heurts, les destructions et saccages de bâtiments publics et les pillages de commerces.

Selon le ministère, 719 personnes ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche, dont 315 à Paris et en proche banlieue. La nuit précédente, les forces de l’ordre avaient procédé à plus de 1 300 arrestations.

Par ailleurs, 45 policiers et gendarmes ont été blessés. Deux policiers ont ainsi été touchés à Paris « par ce qui pourrait s’apparenter à des tirs de plomb », selon une source policière, et un de leurs collègues, visé à Nîmes par un tir d’arme à feu, a été protégé par son gilet pare-balles.

L’appel au calme de la grand-mère de Nahel

Dans le Val-de-Marne, vers 1h30 du matin la nuit dernière, un véhicule destiné à prendre feu a pénétré dans l’enceinte du pavillon du maire de L’Haÿ-les-Roses, incendiant le portail et un véhicule de la famille, tandis que son épouse s’est fracturé une jambe en fuyant avec ses deux enfants de 5 et 7 ans. Des faits qui ont particulièrement la classe politique ce dimanche.

Ce même jour, la grand-mère de Nahel a lancé un appel au calme aux jeunes émeutiers« Qu’ils ne cassent pas les vitrines, qu’ils ne cassent pas les écoles, pas les bus », a exhorté Nadia sur BFMTV. « Arrêtez, c’est des mamans qui prennent les bus (…) On veut que ces jeunes-là restent tranquilles ».

Fatiguée et dévastée, elle a demandé que le policier auteur du tir mortel paye pour son geste « comme tout le monde », en assurant avoir « confiance en la justice ».

Saisi par une vidéo amateur venue contredire le récit initial livré par les policiers, le tir à bout portant d’un motard et la mort de Nahel lors d’un contrôle routier à Nanterre ont choqué jusqu’au sommet de l’État, embrasé le pays et résonné bien au-delà des frontières françaises.

Leave a reply