France: la natalité au plus bas depuis 1946

0
655

C’est le fait marquant du bilan démographique de l’Insee, publié ce mardi midi : avec 723000 naissances en 2022, la natalité est au plus bas. Pourtant, la France reste le pays le plus fécond d’Europe. Une spécificité nationale.

En 2022, les Français ont voulu se marier en masse… Mais pour autant ils n’ont jamais été aussi nombreux à abandonner ou à retarder leurs projets d’enfant. Jamais les naissances ne sont tombées aussi bas depuis la création de l’Insee (Institut national des statistiques et des études économiques), en 1946.

Voilà, dans un rapide résumé, deux enseignements essentiels du traditionnel « bilan démographique » annuel rendu public ce mardi, à midi par l’Insee. Faut-il y voir un effet à retardement du Covid ? Une conséquence de la hausse de la précarité (le manque de confiance en l’avenir restant un facteur déterminant en la matière) ? Ou est-ce une tendance structurelle liée à la baisse de la fécondité des femmes, année après année depuis dix ans ?

« Il est bien difficile de répondre à ces questions, a minima, on peut dire qu’il y a eu un petit effet de l’épidémie car en janvier 2022, les naissances ont été particulièrement faibles. Elles correspondent aux procréations du troisième confinement, au printemps 2021 », avance Sylvie Le Minez, la cheffe de l’unité des études démographiques et sociales à l’Insee. Rassurez-vous. Notre pays reste encore en 2022 le pays le plus fécond d’Europe. « Mais l’écart est désormais très faible avec des pays comme la Roumanie. La France est de moins en moins une exception », relève Didier Breton, professeur de démographie à l’université de Strasbourg (Bas-Rhin) et chercheur associé à l’Ined (Institut national des études démographiques).

En 2022, jamais aussi peu de bébés n’auront donc vu le jour dans notre pays depuis l’après-guerre : 723 000 sont nés, selon les estimations réalisées fin novembre. Cela s’inscrit dans une tendance de long terme. On retiendra qu’entre 2015 et 2020, les naissances ont été chaque année de moins en moins nombreuses. L’année 2021 représente une parenthèse en la matière. « Cela a été une vraie surprise mais on ne peut pas pour autant parler de baby-boom cette année-là », tempère Sylvie le Minez. À partir du mois de juin, en 2021, le report des projets de bébé du début du Covid semble avoir joué à plein dans la hausse de la natalité observée. Puis arrive 2022 et là, la courbe s’effondre.

L’avenir nous dira si cette baisse des naissances s’inscrit dans la durée (tout comme l’indicateur conjoncturel de fécondité qui s’établit désormais à 1,8 enfant par femme après avoir baissé des années) ou si le phénomène est ponctuel, davantage lié au contexte socio-économique. À noter que si les couples font de moins en moins d’enfants, ils décident aussi de les faire de plus en plus tard.

Un détail – intéressant – est à noter dans cette édition 2023 du bilan de l’Insee : le taux de fécondité des femmes de moins de 30 ans baisse depuis les années 2000, tandis que les femmes de 35 à 39 ans, elles, font en moyenne davantage d’enfants ces dernières années. Leur taux de fécondité a augmenté en 2021. Et même en 2022, il ne connaît pas de baisse, il se stabilise.

Est-ce qu’au final les femmes, et les couples n’arriveraient pas à avoir le nombre d’enfants qu’ils désirent ? C’est en tout cas la position de l’Union nationale des associations familiales (Unaf). « Le nombre idéal personnel d’enfants des Français est de 2,39 au même niveau que dix ans auparavant », assure l’association. « Pourquoi les parents n’ont pas le nombre d’enfants qu’ils souhaitent ? On sait que la réponse est en grande partie d’ordre matériel : avant de commencer à avoir des enfants, les couples veulent en premier lieu s’assurer d’un logement adéquat, d’un emploi stable et de ressources financières suffisantes. »

Leave a reply