Draft NBA : l’histoire des dix « American Dreams » sénégalais qui ont précédé Mouhamed Gueye

0
661

Plus de 80 joueurs africains ont eu la chance d’être sélectionnés par une équipe NBA lors des célèbres soirées de draft depuis sa création en 1946. Le Sénégal, considéré comme l’un des plus grands pays de basket du continent en a compté 11. Avec des trajectoires et des destinées différentes, ils ont eu l’honneur de croire en leur rêve américain.

La NBA a procédé dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 juin 2023 à la 77e édition de la draft. Cette année, la cérémonie annuelle de sélection des nouveaux joueurs issus des universités et lycées américains et aussi des clubs étrangers s’est tenue à New York au Barclays Center de Brooklyn. A la fin du tirage, 58 ont été choisis par les 60 franchises de la Ligue Américaine. Parmi eux, le basketteur sénégalais Mouhamed Gueye est sélectionné par les Charlotte Hornets à la 39e position mais est transféré chez les Hawks d’Atlanta. Le pivot devient le 11e joueur sénégalais à être drafté en NBA.

Le premier Diambar

Depuis 2000, le pays de la Teranga fait partie des meilleurs pourvoyeurs de talents provenant d’Afrique dans le basketball américain (2e derrière le Nigéria). Même si certains ont marqué la Ligue plus que d’autres, ils ont tous le mérite d’avoir entendu leur nom être prononcé par le commissaire de la NBA lors de la soirée de la draft. Avant l’ancien pensionnaire des Washington Cougars, dix lions ont été choisis parmi les 58 ou 60 meilleurs. Le premier de cette liste, est Mamadou Ndiaye. Le centre sénégalais a été drafté par les Nuggets de Denver en 2000, au premier tour, à la 26e position. Mais il est envoyé dans la foulée aux Raptors de Toronto. Le natif de Dakar n’a jamais réussi à s’imposer en NBA malgré les quatre clubs dans lesquels il a évolué. Il a disputé 69 matches dans la Ligue en 5 ans. Aujourd’hui, il est assistant-coach à l’UCF Knights de Floride (club universitaire).

Le mur de Dallas

En 2001, un basketteur sénégalais va intégrer pour la première fois le top 10 de la draft. Ngagne DeSagana Diop va être choisi en 8e position par les Cavaliers de Cleveland en provenance de la Oak Hill Academy. Ce qui fait de lui jusqu’aujourd’hui le Sénégalais le mieux classé. Le pivot sénégalais était déjà considéré comme un véritable talent à suivre avant de rejoindre la NBA. Elu Joueur de l’année de Virginie par le journal USA Today alors qu’il était en dernière année de lycée, DeSagana va avoir du mal à prouver du côté de Cleveland à cause d’un manque de condition physique. Il va définitivement marquer les esprits aux Mavericks de Dallas lors de la saison 2005-2006 où il sera un élément majeur dans la zone défense grâce à ses contres et ses rebonds qui mèneront Dallas en Finales NBA (perdues face au Heat de Miami). L’actuel sélectionneur de l’équipe nationale masculine de Basket va évoluer 14 saisons en NBA.

Les éphémères

En 2003, Malick Badiane est drafté à la 44e position par les Rockets de Houston en même temps que Lebron James, Dwayne Wade, Chris Bosh et Carmelo Anthony. De gros noms de cette Ligue qui ont réussi à s’imposer en légendes. Mais le Sénégalais n’aura jamais réussi à fouler les parquets en NBA mais va se faire une carrière honorable en Europe. Une année après lui, Pape Sow va être sélectionné en 47e position par le Heat de Miami mais sera recruté par les Raptors de Toronto. Le pivot ne jouera que trois saisons en NBA dans la franchise canadienne.

La draft 2006 est celle ayant enregistré le plus de Sénégalais (2). L’ancien pensionnaire de la SEED Basket Academy Mouhamed Saër Sène est choisi en 10e position par les SuperSonics de Seattle (actuel Okhlahoma City Thunder) mais ne va jamais réussir à s’y imposer. Il va passer 4 saisons dans la Ligue sans beaucoup jouer. L’autre, c’est Cheikh Tidiane Samb, drafté à la 51e position par les Lakers de Los Angeles et transféré aux Pistons de Détroit. Le pivot de 2m 16 ne jouera presque qu’en Summer League et va multiplier des prêts en Europe.

Hamady Ndiaye est celui qui a mis fin à quatre ans sans qu’un Sénégalais soit drafté. En 2010, le pivot de 2m 13 est choisi par les Timberwolves du Minnesota en 56e position mais est transféré aux Wizards de Washington. Il ne réussira jamais à faire carrière en NBA. Après plusieurs piges en Chine et dans les divisions inférieures américaines, l’international sénégalais évolue actuellement en Nanterre 92 dans le championnat français.

Les dignes représentants

Certainement le plus célèbre basketteur sénégalais en NBA, Gorgui Sy Dieng est drafté en 2013 par le Jazz de l’Utah à la 21e position mais est transféré aux Timberwolves de Minnesota. Après des débuts compliqués, Gorgui va profiter des blessures de ses coéquipiers pour se faire petit à petit une place dans le 5 majeur. Il rentre très vite dans l’histoire de la Ligue en devenant lors de son deuxième match le sixième joueur depuis le début de la NBA à totaliser au minimum 20 points et 20 rebonds dans l’un de ses trois premiers matches en tant que titulaire (22 points et 21 rebonds contre les Rockets de Houston). Il va finir la saison en étant élu dans le deuxième meilleur cinq des rookies. Reconnu et respecté dans la Ligue, le meilleur marqueur de l’Afrobasket 2021 est toujours en NBA et évolue aux Spurs de San Antonio.

Georges Niang est le deuxième sénégalais encore en activité dans l’élite du basketball américain. Le natif de Lawrence dans le Massachussetts est drafté par les Pacers d’Indiana en 2016, à la 50e position. L’ailier fort a multiplié les prêts dans les ligues inférieures avant de s’imposer définitivement en 2019, du côté des Jazz de l’Utah. Actuellement, il est un élément majeur Sixers de Philadelphie.

La relève

L’année dernière, le pivot Khalifa Ababacar Diop de CB Gran Canaria est drafté en 39e position par les Cavaliers de Cleveland mais est encore prêté dans le club espagnol.

Être drafté n’étant pas synonyme d’une carrière assurée en NBA, Mouhamed Gueye devra se battre corps et âme pour suivre les pas de Gorgui.

wiwsport.com

Leave a reply