Amélioration des conditions des travailleurs et stabilité sociale : les gages de Diomaye Faye

0
197

Après avoir reçu les cahiers de doléances des différentes centrales syndicales, le président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye a donné des gages pour les conditions de vie et de travail. «La principale préoccupation du gouvernement, en ces périodes difficiles pour notre économie, est de soutenir les populations en général et les travailleurs en particulier. C’est pourquoi j’engage mon gouvernement à identifier les leviers permettant la baisse des prix des denrées de première nécessité et la création d’emplois décents. Il s’agit d’une priorité absolue de mon gouvernement qui devrait être soutenue par le renforcement du secteur de l’agriculture en vue d’atteindre, dans le moyen terme, notre souveraineté alimentaire. Je compte poursuivre, pour les approfondir, des initiatives déjà prises en faveur des uns et des autres et des unités du secteur de l’économie sociale et solidaire. Notre ambition est d’en faire un levier du développement durable local, créateur d’emplois», a déclaré Bassirou Diomaye Diakhar Faye.

Réception des cahiers de doléances des centrales syndicales au palais

Selon lui, l’Etat du Sénégal compte engager de grands chantiers de digitalisation des procédures administratives, dans le souci de moderniser l’administration. Le président de la République dit également prendre soin dans le secteur public, «la lancinante question des agents décisionnaires des enseignants, les préoccupations des agents du primaire, de même que la mise en œuvre de la fonction publique locale». A ce propos, il a indiqué que le gouvernement va rencontrer, dans les meilleurs délais, les acteurs pour stabiliser le climat social. Bassirou Diomaye Diakhar Faye n’a pas manqué d’appeler les partenaires à «privilégier la concertation, le partenariat et le dialogue pour la stabilité sociale et la prospérité du pays». Il a encouragé les travailleurs et les employeurs à poursuivre le processus d’évolution du droit négocié et son adaptation aux mutations du marché social.

Mariame DJIGO

 

Leave a reply