Gaza : 10.000 femmes tuées depuis le début de la guerre

0
275

Près de 10.000 femmes ont été tuées à Gaza depuis le début de la guerre il y a six mois et un enfant est blessé ou meurt toutes les 10 minutes, ont prévenu mardi les agences de l’ONU, sur fond de violence croissante en Cisjordanie et d’inquiétudes concernant une escalade régionale du conflit suite à l’attaque iranienne contre Israël.

« Six mois après le début de la guerre, 10.000 femmes palestiniennes à Gaza ont été tuées, parmi lesquelles environ 6.000 mères, laissant 19.000 enfants orphelins », a déclaré ONU Femmes dans un nouveau rapport.

« Plus d’un million de femmes et de filles à Gaza n’ont presque pas de nourriture, n’ont pas accès à l’eau potable, aux latrines, aux toilettes ou aux serviettes hygiéniques, et les maladies se multiplient dans un contexte de conditions de vie inhumaines », a ajouté l’agence onusienne.

Faisant écho à ces préoccupations, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un nouvel appel au cessez-le-feu afin que l’aide humanitaire puisse être apportée à Gaza pour aider à reconstruire les hôpitaux, notamment celui d’Al Shifa, qui a été « essentiellement détruit » après une récente opération militaire israélienne.

« La direction essaie de nettoyer le service des urgences (mais) le travail est tout simplement énorme pour faire juste un nettoyage, sans parler d’obtenir des fournitures», a déclaré un porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic, à la suite d’une nouvelle mission de l’agence sanitaire des Nations Unies lundi dans le centre médical dévasté de la ville de Gaza.

Besoin d’accès

Seul un tiers des 36 hôpitaux de Gaza restent fonctionnels, ce qui signifie qu’il est essentiel de « préserver ce qui reste » du système de santé de l’enclave, a insisté M. Jasarevic.

Mais les besoins restent massifs avec plus de 76.000 blessés, selon les autorités locales, et plusieurs agences de l’ONU ont averti à plusieurs reprises que les amputations et les accouchements par césarienne se déroulaient sans anesthésie.

« Une fois de plus, nous appelons réellement à ce que le mécanisme de déconfliction soit efficace, transparent et réalisable », a dit le responsable de l’OMS, faisant référence au système d’approbation utilisé par les humanitaires en collaboration avec les parties belligérantes pour tenter de garantir que les convois ne sont pas visés.

Les inquiétudes demeurent quant au protocole de déconfliction après que sept travailleurs humanitaires de l’ONG World Central Kitchen ont été tués lors de frappes aériennes israéliennes le 1er avril.

Mais « plus de la moitié » des missions prévues par l’OMS entre octobre dernier et fin mars « ont été soit refusées, soit retardées, soit se heurtent à d’autres obstacles, elles doivent donc être reportées. Nous avons donc vraiment besoin de cet accès », a insisté M. Jasarevic, sur fond d’avertissements répétés des humanitaires concernant une famine imminente à Gaza.

Pas de secours pour les blessés

Le manque de personnel, d’aiguilles, de points de suture et d’autres équipements médicaux essentiels signifie que « les enfants blessés croupissent souvent dans la douleur », dans les hôpitaux ou dans des abris de fortune, a noté Tess Ingram, Spécialiste en communication du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

S’exprimant depuis Le Caire, en Egypte, après sa dernière mission dans le nord de Gaza, où son véhicule de l’ONU a été attaqué, Mme Ingram a déclaré aux journalistes qu’il était remarquable de constater combien de jeunes avaient été blessés lors des intenses bombardements israéliens, lancés en réponse aux attaques sanglantes du Hamas dans le sud d’Israël, le 7 octobre.

« Imaginez une seconde que vous soyez fouillé et interrogé pendant des heures, qu’on vous dise que vous êtes en sécurité, puis que vous partez ; vous marchez rapidement dans la rue en priant pour que tout aille bien. Mais ensuite on vous tire dessus, votre père est tué et une balle pénètre dans votre bassin provoquant de graves blessures internes et externes qui vont nécessiter une chirurgie reconstructive. Dans un hôpital de campagne, Younis m’a raconté que cela lui était arrivé. Il a 14 ans », a-t-elle raconté.

La responsable de l’UNICEF a également souligné à quel point il reste difficile d’évacuer les patients blessés ou malades pour des soins médicaux en dehors de Gaza. Moins de la moitié de toutes les demandes d’évacuation médicale ont été approuvées, ce qui signifie que seulement environ 4.500 personnes – « pour la plupart des enfants » – ont pu quitter Gaza à un rythme inférieur à 20 par jour.

Appel du chef des droits de l’homme

Soulignant le sort des habitants de Gaza, le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, a exhorté lundi « tous les États influents » à mettre un terme à « la crise des droits de l’homme et humanitaire de plus en plus horrible » qui s’y déroule.

« Israël continue d’imposer des restrictions illégales à l’entrée et à la distribution de l’aide humanitaire et de procéder à une destruction généralisée des infrastructures civiles », a affirmé le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, avant de réitérer ses appels à un cessez-le-feu immédiat et à la libération de tous les otages restants.

Escalade de la violence en Cisjordanie

Le Haut-Commissaire aux droits de l’homme a également exprimé sa profonde préoccupation face à la montée de la violence et aux « vagues d’attaques » ces derniers jours contre les Palestiniens en Cisjordanie « par des centaines de colons israéliens, souvent accompagnés ou soutenus par les Forces de sécurité israéliennes (FSI) ».

Suite au meurtre d’un garçon israélien de 14 ans issu d’une famille de colons, quatre Palestiniens, dont un enfant, ont été tués et des biens palestiniens ont été détruits lors d’attaques de vengeance, a déclaré M. Türk dans un communiqué.

Citant des informations reçues par son bureau, le HCDH, le chef des droits de l’homme de l’ONU a rapporté que des colons armés et les forces israéliennes sont entrés dans « un certain nombre de villes », dont Al Mughayyer, le village de Beitin à Ramallah, Duma et Qusra à Naplouse, ainsi que les gouvernorats de Bethléem et d’Hébron.

Des dizaines de Palestiniens auraient été blessés dans les violences qui ont suivi « et des centaines de maisons et autres bâtiments, ainsi que des voitures, ont été incendiées », a déclaré le Haut-Commissaire, avant d’insister sur le fait que « ni les Palestiniens ni les Israéliens ne devraient se faire justice eux-mêmes ».

« Déclencheur » régional

Dans un contexte similaire à Genève, la responsable d’une enquête indépendante de haut niveau sur les droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé, nommée par l’ONU, a fait part de sa « sérieuse inquiétude » face à la possibilité d’une escalade militaire entre Israël et l’Iran et aux risques de déclenchement d’un conflit régional.

Lors d’un briefing devant les États de la Ligue arabe quelques jours après que l’Iran a lancé une frappe massive de drones et de missiles contre Israël, Navi Pillay a souligné l’ampleur « sans précédent » de la guerre menée par Israël.

À ce jour, plus de 33.200 personnes ont été tuées, selon les autorités sanitaires de Gaza, a souligné Mme Pillay, avec environ 40% des écoles directement touchées par les attaques et 1,7 million de personnes déplacées à l’intérieur de l’enclave.

« Le siège complet imposé à Gaza depuis octobre 2023 a entraîné une catastrophe humanitaire inimaginable, la famine et la famine étant désormais une réalité pour ses habitants », a dit la cheffe de la Commission d’enquête internationale indépendante sur le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et Israël. « La destruction des routes et des infrastructures a gravement compromis la capacité des acteurs humanitaires à apporter de l’aide à la population ».

News.un.org

Leave a reply