Général Nguema : une nouvelle Constitution doit être rédigée pour le Gabon

0
565

– Lors de son discours prononcé à l’occasion de son serment d’investiture devant la Cour constitutionnelle en tant que président pour une période de transition indéterminée, qui a été retransmis par la télévision d’État.

AA / Istanbul

Le général Brice Nguema a annoncé ce lundi son engagement à déployer des efforts pour faire du Gabon un État doté d’institutions fiables, soulignant la nécessité d’œuvrer à l’élaboration d’une nouvelle Constitution.

C’est ce qui ressort de son discours, prononcé lors de sa cérémonie d’investiture, devant les membres de la Cour constitutionnelle, devenant ainsi le président du pays pour une période de transition, dont la durée n’a pas été précisée, selon la télévision officielle.

« Ici et maintenant, je m’engage solennellement à ne ménager aucun effort pour qu’à l’issue de cette transition notre pays le Gabon soit doté d’institutions fortes, démocratiques et crédibles », a déclaré Nguema.

Le nouveau président a promis des « réformes constitutionnelles » et a déclaré qu’une « nouvelle Constitution doit être élaborée pour le Gabon, qui garantisse l’établissement d’institutions plus démocratiques, et nous voulons que le peuple l’adopte par référendum ».

Brice Nguema a exprimé son étonnement face à la réaction de l’opposition au renversement du régime du président Ali Bongo, déclarant : « Notre étonnement est grand lorsqu’on entend certaines institutions internationales qui ont condamné l’acte posé par des soldats qui n’ont fait que respecter leur serment sous le drapeau, sauver la partie au péril de leurs vies ».

Le président de transition a souligné que « les résultats des précédentes élections présidentielles étaient erronés et que le régime précédent a violé la démocratie et les principes de justice pendant des années ».

« Le peuple a soutenu l’action de l’armée contre l’ancien régime, et l’armée est responsable de la justice et de la paix dans le pays », a-t-il ajouté.

Nguema a mis l’accent sur « le soutien à l’unité du peuple pendant la période de transition dans le pays », au cours de laquelle il a promis de « travailler à l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles ».

Il a également affirmé qu’ »à la fin de la période de transition, nous avons l’intention de remettre le pouvoir aux civils à travers des élections libres », et a révélé que « le comité de la phase de transition a entamé ses consultations avec toutes les institutions du pays ».

D’autre part, Nguema a déclaré que « le prochain gouvernement au Gabon comprendra des experts et des compétences, et nous voulons donner à chacun l’espoir d’une vie meilleure.  » Il a appelé à « développer des mécanismes pour faciliter le retour de tous les exilés politiques et la libération de tous les prisonniers d’opinion“.

Le nouveau président de transition a souligné que le Gabon « mérite des institutions et une gouvernance fortes et fiables, conformes au droit international ».

Le 30 août, l’armée a annoncé à la télévision nationale la prise du pouvoir au Gabon, peu après l’annonce de la victoire du président Bongo pour un troisième mandat, au terme des élections, tenues le 26 du même mois.

Le Gabon est le troisième d’une série de pays à être le théâtre d’un coup d’État militaire en 3 ans, sur le continent africain, après le putsch au Niger, qui a eu lieu le 26 juillet et celui du Mali, survenu en 2022. Ces bouleversements ont déclenché une vague de réactions internationales, dont la plupart avaient exprimé leur profonde inquiétude face à l’instabilité politique sur le continent.

Leave a reply