Guerre en Ukraine : pourquoi les armes à sous-munitions que Biden va envoyer à Kiev font si peur

0
500

(Par Le HuffPost avec AFP)- L’usage de ces bombes à sous-munitions (BASM) est condamné en masse par les ONG. Cela n’a pas empêché les États-Unis de valider leur envoi en Ukraine.

 Un seuil important est en passe d’être franchi dans la guerre en Ukraine. Pour la première fois, les États-Unis vont fournir des armes à sous-munitions à l’Ukraine, pour se défendre d’une nouvelle manière contre la Russie. « C’est une décision difficile. On l’a différée » un certain temps, a déclaré à la presse le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, tout en ajoutant que c’était « la bonne chose à faire ».

Washington a annoncé cette décision peu avant le sommet de l’Otan à Vilnius la semaine prochaine, dans une volonté affichée d’accroître l’aide aux forces de Kiev, mobilisées dans une contre-offensive qui peine à produire des effets majeurs face à l’armée russe.

Mais l’usage de ces bombes à sous-munitions (BASM) suscitait, avant même l’officialisation de l’annonce, une vague de condamnations de la part de ceux qui, aux quatre coins du monde, en mesurent les effets et tentent de les atténuer. En août 2022, le Cluster Munition Monitor, qui rassemble plusieurs ONG spécialisées, notait que l’Ukraine était alors le seul théâtre où elles étaient utilisées, en l’occurrence par l’armée russe.

Une partie des explosifs n’explose pas et s’enterre dans le sol

Ces bombes dispersent de façon indiscriminée et sur une zone supérieure à plusieurs terrains de football une multitude de petits explosifs, dont une partie importante n’explose pas et s’enterre dans le sol. Elles entrent alors, de facto, dans la catégorie des mines anti-personnelles.

Image

Militairement, elles permettent de frapper un grand nombre de soldats ennemis, de rendre inutilisable une piste d’aéroport ou de miner un vaste territoire pour gêner la progression ennemie.

 

Leave a reply