Guinée : le ministre de la Justice jugé devant un tribunal de première instance

0
692

Après le renvoi de son procès le 22 juin, le ministre de la Justice, Garde des sceaux et des Droits de l’Homme a comparu vendredi 23 juin devant le tribunal de première instance de Dixinn, où est jugé le procès du 28 septembre.

Charles Wright est arrivé un peu tôt dans la salle d’audience pour répondre des faits de « dénonciation calomnieuse, injures publiques, abus d’autorité », dont l’accusent Oumar Sylla dit Foniké Mengué, Mamadou Billo BAH, Abdoulaye Oumou, Sékou Koundouno, des leaders du FNDC, un mouvement citoyen dissout par la junte.

Devant le juge Ibrahima Sory II Tounkara, le ministre de la Justice a plaidé « non-coupable » des faits à lui reproché.

Aussitôt, la défense de Charles Wright lui-même magistrat de profession, a soulevé des exceptions dont l’incompétence du tribunal à juger un magistrat sans l’avis du conseil supérieur de la magistrature.

« On ne peut pas poursuivre un magistrat sans avoir obtenu l’avis du conseil supérieur de la magistrature. Les magistrats sont bénéficiaires d’une immunité juridictionnelle. C’est pourquoi, comme premier moyen, nous avons soulevé l’irrecevabilité de la citation directe en date du 15 juin 2023 », a rappelé Me Lanciné Sylla, un des avocats du ministre.

Le conseil du ministre a aussi soulevé l’incompétence du tribunal à juger un ministre en fonction. Selon ses avocats, seule la Haute Cour de justice est compétente en la matière.

La partie civile a demandé le rejet la demande de la défense. Le ministère public a, quant à lui, soutenu la requête des avocats du ministre de la Justice. Le dossier a été renvoyé au 03 juillet.

Prenant la parole après le renvoi de l’affaire, Alphonse Charles Wright a tenu à justifier sa comparution devant le tribunal de première instance de Dixinn malgré ses statuts de magistrat et de ministre.

Selon le ministre de la Justice, ses avocats ont développé tout ce qui a trait au droit, « mais au-delà de toutes les exceptions qui ont été soulevés d’aucuns pensaient que le Garde des sceaux n’allait pas se présenter, c’est mal connaître l’homme ».

Pour le ministre, on ne peut pas être dans la refondation du CNRD et s’exclure d’un processus légal.

Cependant, Alphonse Charles Wright n’exclut pas d’engager d’autres actions judiciaires contre les plaignants.

C’est là première fois dans l’histoire de la Guinée qu’un ministre en fonction comparait devant un tribunal de première instance.

Leave a reply