Saint-louis – cherté du mouton au niveau des points de vente : Un véritable casse-tête pour les chefs de famille

0
463

Les points de vente ou foirails de la ville de Saint-Louis refusent du monde ces jours-ci et ce, à quelques heures seulement de la célébration de la fête de la Tabaski. C’est le cas d’ailleurs au niveau du point de vente de Médina Marmiyal de Darou, qui est très bien approvisionné en moutons. C’est l’affluence totale dans ce  foirail très visité par les populations et où des camions en provenance de la Mauritanie ont débarqué des milliers de têtes de moutons, le week-end dernier et en début de semaine. Un grand nombre de moutons qui n’a pas pour autant baisser les prix. Ainsi, pour se procurer un bélier, les chefs de famille devront débourser cher. 

 

C’est un monde fou qui est observé, ces jours-ci, au niveau du foirail de Médina Marmiyal de  Darou où vendeurs et acheteurs marchandent intensément autour du prix du mouton. Le site est animé par le bêlement des milliers de moutons et le bruit des moteurs de taxis et véhicules « clandos » qui assurent le transport de ces bêtes. De grands  troupeaux d’ovins, surtout ceux venant de la Mauritanie, occupent même des rues avoisinant ce point de vente de moutons.  Sur place, clients et vendeurs ne se font pas de cadeaux. D’où des interminables marchandages très serrés qui sont notés partout sur ce site.

Modou Diop est venu se payer un mouton pour les besoins de la fête de la Tabaski. Mais le jeune père de famille déclare avoir fait plusieurs fois le tour du foirail, sans trouver un bélier à un prix abordable ni à son goût. « J’ai voulu acheté un peu plus tôt mon mouton pour éviter les bousculades de dernières minutes. Mais malheureusement, les vendeurs de moutons en demandent trop car les prix sont excessivement chers. Pour le plus petit bélier, les éleveurs réclament plus de 100.000 FCFA. Des prix que certains pères de famille comme moi n’ont pas par devers eux. Donc les vendeurs doivent revoir les prix à la baisse », a-t-il fait savoir.

D’ailleurs, il n’est pas le seul client à déplorer cette cherté des prix du mouton. « Tous les moutons dont les prix sont fixés à plus de 175.000 FCFA en cette période de fête, ne valent pas en temps normal à 90.000 FCFA. Déjà, les temps sont durs. Les gens peinent à assurer les trois repas quotidiens. Une situation dont les vendeurs doivent tenir en compte puisque la dépense de la Tabaski n’est pas seulement limitée au mouton », se sont indignés ces chefs de famille rencontrés sur place. Souvent, ces derniers font face à des revendeurs qui marchandent à la place des propriétaires maures de ces moutons.

Issa Ndiaye, lui, est chanceux car étant parvenu à obtenir un mouton mauritanien. A l’en croire,  il faut des astuces pour s’en sortir. « Le problème du foirail, ce sont les revendeurs intermédiaires. Ce sont eux qui font monter les prix du mouton. D’ailleurs, pour trouver un mouton, j’ai évité de négocier avec les intermédiaires et j’ai discuté directement avec le propriétaire mauritanien et il me l’a vendu à 89.500 FCFA », a-t-il expliqué.

LES BERGERS SE JUSTIFIENT

Mais de leur côté, les éleveurs se justifient. En effet, ces derniers tentent d’expliquer cette cherté des prix du mouton par les nombreux investissements qu’ils ont eus à faire pour bien entretenir les moutons, du fait de la cherté de l’aliment de bétail et le coût de transport des bêtes.

YVES TENDENG

 

Leave a reply