Sédhiou – préparatifs de la tabaski sur fond de flambée des prix : le mouton et les denrées de première nécessité prennent les ascenseurs !

0
434

C’est une forte tension qui pèse sur les prix du mouton et des denrées de première nécessité dans la région de Sédhiou. Au foirail de Sédhiou, les visiteurs se plaignent d’une explosion des prix, variant entre 80.000 FCFA et 300.000 FCFA. Les denrées alimentaires aussi et comme par effet de mode, tous les vendeurs ont doublé et même triplé certains prix comme celui de l’oignon, l’huile et autres légumes. Un vieil homme venu acheter un mouton exhorte les jeunes à promouvoir l’élevage local, comme alternative durable à de telle tension sur le marché du mouton.

Il y avait affluence hier, jeudi 7 juillet 2022, au foirail principal de Sédhiou, près de l’école Chérif Younouss Aïdara. Tous les acheteurs trouvés sur les lieux se plaignent de la cherté du prix du mouton. «Je suis venu tôt le matin ici, au foirail, mais jusque-là je ne parviens pas à trouver un mouton. C’est entre 100.000 FCFA, 200.000 FCFA à 300.000 FCFA. Je ne comprends toujours pas pourquoi les moutons sont si chers, cette année», s’étonne Bacary Sané, un acheteur.

Cet homme du nom de Samba Baldé Sané est là depuis deux jours ; mais il peine toujours à en trouver. «Moi, depuis hier (avant-hier, ndlr), je viens ici mais les moutons sont intouchables, tellement les prix sont chers. Les sujets de calibres acceptables sont de l’ordre de 160.000 FCFA au moins. Je souhaite que l’Etat reprenne le contrôle car les prix sont trop ouverts et pas à la portée des citoyens moyens. Alors qu’il y a quelques six (6) ans, à 30.000 FCFA et 50.000 FCFA, on pouvait se procurer d’un mouton acceptable.»

Plus loin, nous avons rencontré cette dame originaire de Bloc village qui risque tout aussi de rentrer bredouille. «Je viens de Bloc village, mais franchement les moutons sont chers. A beau marchander, les vendeurs campent sur leur prix chers. Moi, je ne dispose que de 80.000 FCFA, mais c’est à peine si les vendeurs me regardent même», se plaint-elle.

Tout près, un vieil homme traine la corde de son bélier obtenu après d’âpres négociations, dit-il. Et il exhorte les jeunes à s’investir dans l’élevage comme solution durable. «J’exhorte les jeunes surtout à s’engager dans l’élevage sous forme d’entreprenariat. D’abord, aller se faire former au niveau des écoles de formation, ici même dans la région de Sédhiou, ensuite demander des financements avec l’accompagnement de l’Etat pour éviter que chaque année des gens viennent nous vendre chers les maigres moutons près du corps (squelettiques)», dixit c’est ancien expatrié.

Quant aux vendeurs, ils invoquent des tarifs élevés sur leurs charges. «Nous payons chers ces moutons et l’aliment du bétail se vend également cher, entre 12.000 FCFA et 13.000 FCFA le sac de 40 kilogrammes. Le transport n’est pas moins de 600.000 FCFA entre Daraa Djolof et Sédhiou», explique Amadou Kâ.

FLAMBEE DES PRIX DES DENREES DE CONSOMMATION COURANTE AU MARCHE CENTRAL

Cap sur le marché central de Sédhiou qui connait aussi un vaste mouvement de foule. Ici, tous s’accordent et s’alarment sur la flambée des prix des denrées de consommation courante. Mme Konaté vient de faire ses achats dans la douleur : «les denrées sont trop chères. Les prix ont flambé tout d’un coup et c’est extraordinaire, surtout les légumes. L’oignon, le sac était à 7000 FCFA ; maintenant il est à 11.000 FCFA, celui de la pomme de terre à 13.000 FCFA. Le prix du kilogramme de la tomate était à 600 FCFA ; maintenant il est à 1500 FCFA, le poivron à 2.000 FCFA le kilogramme. Le litre de l’huile en vrac se vend à 1.500 FCFA. Les ménages en souffrent énormément et tous les jours».

La Tabaski, c’est dans deux jours et le spectre des invendus de moutons habite déjà les vendeurs.

Moussa DRAME

Leave a reply