« Il ne peut être permis à un justiciable, quel que soit son rang, de se hisser au-dessus des lois », Ousmane Chimère Diouf, président de l’Union des magistrats sénégalais

0
331

Le président de l’Union des magistrats sénégalais (Ums), Ousmane Chimère Diouf,  soutient qu’il n’est permis à aucun citoyen de se mettre au-dessus de la justice. En conférence de presse hier, lundi 14 mars, il revenait sur les sorties contre la justice dont la dernière est celle du leader du Pastef et maire de Ziguinchor qui revenait sur son dossier en instruction.

Le président de l’Union des magistrats sénégalais (Ums),  Ousmane Chimère Diouf, est revenu lors d’une conférence de presse tenue hier, lundi 14 décembre à la salle 4 du palais de justice,  sur les sorties contre la justice dont la plus notoire est celle du leader du Pastef Ousmane Sonko qui est revenu, face à la presse en fin de semaine,  sur l’affaire qui l’oppose à la dame Adji Sarr.  De l’avis du magistrat, « ces derniers temps, l’institution judiciaire a été à nouveau la cible de critiques de citoyens intéressés directement ou indirectement dans des procédures en cours, s’adonnant de ce fait à des attaques personnelles contre des magistrats et à des actes de défiance envers l’institution ».

Et ajoute-t-il, « l’Ums tient à fustiger et à condamner ce genre d’attitude en rappelant que l’histoire politique du Sénégal mouvementée qu’elle a été s’est toujours déroulée dans le respect dû aux institutions et aux hommes et femmes qui les animent ».

Pour Ousmane Chimère Diouf,  « s’il est vrai que la justice est le secteur le plus critiqué dans le monde entier de par la nature des décisions  qu’elle rend, cela doit cependant se faire dans le strict respect des principes républicains ».  A son avis, « il ne peut être permis à un justiciable quel que soit son rang, de se hisser au-dessus des lois en s’arrogeant le droit de vouer aux gémonies le respect dû à la justice ».  Il ajoute par ailleurs que  « les institutions de la République sont au-dessus de tout intérêt personnel, elles sont en effet pérennes alors que les dits intérêts ne sont que provisoires ».

Pas de décisions de complaisance

Prenant la défense de ses collègues, le président de l’Ums dira : « les magistrats tiennent à rappeler qu’ils ne rendent pas leurs décisions pour faire plaisir à qui que ce soit et doivent tout juste se soucier du respect de la loi ». Pour lui,  « leur mission consiste à aller chercher la vérité sur la base des éléments versés dans les dossiers ». A ce titre, poursuit-il, « nous sommes disposés à recevoir toutes demandes tendant à la manifestation de la vérité ».

L’ Ums tient à rappeler à ses membres ces principes de base ainsi que la solennité qui doit entourer les procédures judiciaires et insiste également sur l’obligation que nous avons de faire face à nos responsabilités en traitant d’une part les procédures dans des délais raisonnables, en ne se souciant que de la recherche de la vérité, et d’autre part tous les justiciables de la même façon, et enfin à faire face à toutes formes de pressions d’où qu’elles viennent ».

S’adressant toujours à ses collègues, Ousmane Chimère Diouf soutiendra que « la recherche de populisme n’est pas l’office du juge, et qu’il nous appartient de faire abstraction de tout commentaire extérieur, de la vox populi dans notre prise de décision contrairement à une idée répandue « de mauvaise foi », que les magistrats ne peuvent servir de bras armés utilisés pour la liquidation d’adversaires politiques. Il appartient à tout citoyen poursuivi de se défendre librement et de ne pas croire cependant que la politique est une cause d’irresponsabilité pénale. Un magistrat, c’est son dossier et rien d’autre et le procès pénal a ses principes de fonctionnement que sont la poursuite, l’instruction et le jugement, trois juridictions indépendantes de la chaîne pénale jouissant d’une autonomie de décisions ».

Indépendance de la justice, un débat inutile 

« Je ne discuterai de mon indépendance. Par essence, je le suis. Celui qui discute de son indépendance, je trouve qu’il n’en a pas. La justice n’est pas une déclaration d’intention mais, des cas ponctuels à régler », tonne-t-il avant de se demander : «  pourquoi on magistrat veut qu’on parle de son indépendance alors que par essence, il l’est ?  Je n’ai besoin de faire une déclaration sur ça », a répondu le président de l’Ums aux journalistes. Ousmane Chimère Diouf récuse toute docilité au pouvoir exécutif. « Nous sommes des fonctionnaires. C’est l’Etat notre employeur et non le pouvoir. L’Etat reste le même, nous ne sommes mus que par la recherche de la vérité fondée sur les dossiers reçus », affirme-t-il.  Et ce reproche a toujours existé. Le régime actuel n’est pas une exception.  Il n’y a pas de lenteurs mais, des cabinets débordés », juge enfin Ousmane Chimère Diouf qui avance 500 dossiers par cabinet d’instruction avec un effectif de 510 magistrats.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :