«La commande publique de cette année pourrait se situer entre 3000 et 3500 milliards», Saer Niang, Dg de l’Armp

0
232

La crise sanitaire n’a pas milité en faveur des Petites et moyennes entreprises pour leur accès à la commande publique. Tout de même l’Etat sénégalais a pris «des mesures généreuses relatives à la remise partielle fiscale d’un montant de 200 milliards et également de suspension et d’exonération fiscale…», a déclaré hier, jeudi 28 octobre le Directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) lors d’une table ronde devant permettre aux Pme/Pmi d’avoir un meilleur accès à la commande publique.    

L’accès des Petites et moyennes entreprises (Pme) à la commande publique dans un contexte de crise sanitaire n’a pas été chose aisée pour ces dernières années. Une situation inédite, qui a perturbé la dynamique et la logique rationnelle des rapports entre acteurs de la commande, « parce que les procédures d’usage n’étaient plus une exigence face aux urgences», a soutenu hier jeudi 28 octobre, à Dakar, Saer Niang, directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), lors d’une table ronde sur covid-19 et commande publique : Quelle perspectives pour les Pme/Pmi sur initiative de l’Ong-3D.  

Selon le Dg : «Au Sénégal, le budget annuel alloué aux marchés publics est estimé entre 2000 et 2500 milliards de francs CFA», avant d’ajouter : «cette année, le Sénégal va voter un budget national de 5000 milliards de francs CFA, on peut donc croire et suspecter que les marchés publics représenteront entre 3000 et 3500 milliards de francs CFA».

Sous ce rapport dira-t-il : «Toute entreprise qui veut prospérer ne peut se passer de la commande publique parce que l’Etat est le plus grand acheteur».

Il est d’avis que si les ressources que «l’Etat met dans la commande publique sont bien réparties, toutes les entreprises évoluant dans le pays pourront toutes survivre et tirer leur épingle du jeu».

A l’entendre, une place appréciable doit être réservée aux Petites et moyennes entreprises sans l’éclosion desquelles la lutte contre le chômage et l’éradication de la pauvreté resteront donc longtemps une simple pétition de principe. Car, «ce sont elles qui créent de l’emploi et par ricochet de la richesse». 

Le directeur exécutif de l’ONG 3D, Moundiaye Cissé d’indiquer que «l’objectif principal de cette table ronde est d’ouvrir des discussions autour de la résilience des entreprises nationales, surtout celles du secteur informel face à cette pandémie qui, à bien des égards, aura impacté le tissu économique national».

Ont pris part à cette table ronde, le maire sortant de Rufisque Daouda Niang, le directeur exécutif de l’Unacois Yessal, Alla Dieng, et Cheikh Oumar Sy, ancien député et acteur de la société civile.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.