La situation du système bancaire jugée « globalement satisfaisante » (bceao)

0
306

(APS) – Le Directeur national de la BCEAO pour le Sénégal, Ahmadou Al Aminou Lô, a jugé la situation du système bancaire à fin mars 2022 « globalement satisfaisante ».

Lô intervenait lors de la rencontre trimestrielle au titre de l’année 2022 avec les Directeurs généraux des établissements de crédit, tenue par visioconférence, annonce un communiqué reçu vendredi à l’APS.

La même source rapporte que les crédits ont progressé, en glissement annuel, de 13,9%, passant de 714,3 milliards à 5.861,6 milliards de francs CFA.

« Sur le premier trimestre de l’année 2022, comparativement à fin décembre 2021, les emplois bancaires se sont inscrits en hausse de 283,6 milliards répartis entre les crédits à la clientèle (176,6 milliards) et les autres emplois (107,1 milliards) », fait-elle savoir.

Le communique renseigne que « la qualité du portefeuille s’est améliorée, le taux brut de dégradation du portefeuille ressortant à 11,3% à fin mars 2022 contre 13,3% en mars 2021 ».

Sur le plan prudentiel, note le texte, « la situation du système bancaire est ressortie globalement conforme en ce qui concerne les principaux ratios, notamment ceux relatifs à l’adéquation des fonds propres ».

« Les Directeurs généraux des établissements de crédit ont relevé les défis liés à la prochaine étape finale du calendrier de transition vers les normes prudentielles de Bâle 2 et Bâle 3, en particulier la cible à respecter en 2023 au titre du ratio de division des risques », indique la source.

Ils ont également souligné les facteurs de risques sur l’exploitation du système bancaire au regard de l’environnement économique et financier, notamment le ralentissement de la croissance économique, les perturbations affectant les activités de certaines entreprises, les pressions sur les finances publiques ainsi que la hausse imprimée par la BCEAO à ses taux directeurs.

Les Directeurs des établissements de crédit ont fait part de la « nécessité d’une réflexion englobant le taux de rémunération de la petite épargne et de l’épargne contractuelle, dans un contexte de marges d’intermédiation bancaires resserrées ».

Le Directeur national a exhorté les établissements de crédit à « exploiter les relais de croissance de leur activité que constituent le Dispositif de soutien au financement des PME/PMI de la Banque Centrale, le Programme d’accélération compétitivité et emplois (PACE) du Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (PAP2A) du Plan Sénégal émergent (PSE) et le programme “100.000 logements” initié par l’Etat du Sénégal.

Ahmadou El Aminou Lô a également invité les Directeurs généraux à engager des réflexions relativement à la tarification à un coût modéré de certains services fournis à la clientèle.

Au titre des autres points d’échanges, les Directeurs généraux des établissements de crédit ont formulé des propositions en direction de la BCEAO et du Groupement interbancaire monétique de l’UEMOA (GIM-UEMOA) en vue d’un usage accru des Terminaux de paiement électronique (TPE) par la clientèle auprès des marchands.

La réunion a enregistré la participation du président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal (APBEFS), Mamadou Bocar Sy, des Directeurs généraux des banques et établissements financiers ainsi que du directeur exécutif de l’APBEFS.

Les échanges ont été essentiellement axés sur l’évolution de la situation du système bancaire, dans un contexte marqué par l’impact de la guerre en Ukraine sur les activités économiques notamment sur la dynamique de l’inflation.

 

Leave a reply