Lancement 8eme édition forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique : l’impérieuse nécessité de la souveraineté dans l’agriculture, la santé et l’énergie, le défi

0
1120

La ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, a présidé hier, jeudi 8 septembre, la cérémonie de lancement de la 8ème édition du Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique. «L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souverainetés» est le thème retenu pour cette édition, prévue les 24 et 25 octobre 2022 au Centre international de Conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio. Aussi, le Forum se tiendra dans un contexte particulier où le président Macky Sall assure la présidence de l’Union africaine (UA).

Le Sénégal est à l’avant-garde de la stabilité du continent africain. La ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, a présidé hier, jeudi 8 septembre, la cérémonie de lancement de la 8ème édition du Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique. Cette édition se tiendra, les 24 et 25 octobre 2022, au Centre international de Conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio, autour du thème «L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souverainetés». Aussi, le Forum interviendra-t-il dans un contexte particulier où le président Macky Sall assure la présidence en exercice de l’Union africaine (UA).

«Après avoir invité en 2021 dirigeants et experts à replacer l’Afrique au cœur d’un monde post-Covid-19, le Forum de Dakar entend appréhender en 2022 la marche du continent à l’aune des profondes mutations géopolitiques ; mutations dont les manifestations traduisent la vulnérabilité de l’Afrique», a déclaré Aïssata Tall Sall. «Cadre de réflexion stratégique sur les enjeux sécuritaires en Afrique, le Forum de Dakar s’efforce, depuis 2014, de jeter la lumière sur la place du continent dans le monde», a-t-elle rappelé. Non sans reconnaître qu’«en dépit des efforts constants consentis par nos Etats ces dernières années pour enfin mettre l’Afrique sur la rampe de l’émergence, notre continent fait, aujourd’hui, face aux défis les plus complexes».

Selon elle, sur le plan sécuritaire, «le terrorisme continue de représenter une menace sérieuse pour la sécurité et la stabilité régionale et continentale». Et la ministre d’en rajouter une couche : «aux défis persistants de la pauvreté, de l’exclusion sociale et des migrations irrégulières, déjà exacerbés par les conflits et les changements climatiques, se sont également greffés, aujourd’hui, ceux encore plus préoccupants de l’insécurité alimentaire, sanitaire et énergétique».

Dans le même registre, l’ancienne maire de Podor a reconnu que «l’intensité de la crise russo-ukrainienne qui s’est muée en une guerre ouverte et ses développements politico-diplomatiques ont eu de sévères répercussions sur nos économies, replaçant ce conflit au cœur de l’agenda multilatéral».

«322 MILLIONS DE PERSONNES MENACÉES DE FAMINE DANS 81 PAYS»

La cheffe de la diplomatie sénégalaise a également prévenu que l’insécurité alimentaire liée à la guerre en Ukraine est une menace grandissant. A l’en croire, la crise alimentaire qui a suivi ce conflit, «menace près de 300 millions de personnes dans le monde». «Dans son Rapport du 08 juin 2022, le Groupe pour la Réponse à la Crise Mondiale sur l’Energie, l’Alimentation et les Finances (mis en place par le SG8/NU) estime que 95 millions de personnes supplémentaires pourraient être touchées par l’extrême pauvreté et que 322 millions de personnes pourraient souffrir de famine dans 81 pays», a indiqué la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

«En passant donc brièvement en revue le spectre des défis qui se posent avec acuité à l’Afrique, l’on constate aisément leur caractère exogène, qui révèle sa vulnérabilité face aux tensions géopolitiques qui, avec l’essoufflement du multilatéralisme, laissent peu de marge de manœuvre aux Etats africains», a-t-elle renchéri devant un parterre d’invités. «C’est dire l’impérieuse nécessité de relever le défi de la souveraineté dans ces secteurs stratégiques que sont l’agriculture, la santé et l’énergie», a-t-elle poursuivi.

«C’est tout le sens du thème retenu cette année : «L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souverainetés». En vous conviant à cette cérémonie, je voudrais vous engager, tous, à la mobilisation générale pour un succès éclatant de cette huitième édition», a exhorté Mme Sall, qui a annoncé que plus de 600 décideurs civils et militaires, experts, et chercheurs provenant de tous les continents sont appelés à prendre part à la 8ème édition du Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique.

Papa Moussa CAMARA

Leave a reply