Qatar 2022 : le Mondial de la démesure

0
117

Stades climatisés. Lusail (80.000) et Al Janoub (40.000) disposant d’un toit fabriqué en PTFE, un matériau protégeant du vent chaud et bloquant la poussière, tout en laissant pénétrer suffisamment de lumière pour la pelouse. Le Qatar, premier pays arabe a abrité une coupe du monde de football, n’entend pas lésiné sur les moyens pour rentrer davantage dans l’histoire et renforcer son image sur l’échiquier international. Quelques journalistes internationaux invités à l’inauguration du Lusail Iconic stadium ce vendredi 9 septembre ont eu l’avant goût de ce que devrait le Mondial 2022.

(DOHA, Qatar) – Le 2 décembre 2010 restera à jamais une journée historique pour le Qatar. Pour la première fois, un pays arabe a été désigné pour organiser le plus grand événement sportif, la coupe du monde de football  (20 novembre au 18 décembre 2022).

Le Qatar avait alors réussi à coiffer au poteau le tout puissant Etats-Unis d’Amérique au 4ème tour avec 14 voix contre 8 pour le pays de Barack Obama. L’Australie, le Japon et la Corée du Sud avaient été battus respectivement au 1er, 2ème et 3ème tours.

Depuis cette date, ce micro état du Moyen-Orient d’une superficie de 11.586 km2 seulement, soit 16 fois plus petit que le Sénégal, n’arrête de travailler pour que la fête soit belle.

Au total, pas moins de 7 nouveaux stades ont été construits pour l’occasion, sans compter les rénovations importantes d’une première arène. Les 8 sites seront répartis à travers tout le pays, à moins d’une heure de la capitale. Tout, dans un rayon de 35 kilomètres seulement. Seul stade du pays qui existait avant l’attribution de la Coupe du monde de football au Qatar, le Khalifa International (Al Waab St, Doha) est l’arène la plus emblématique du pays. Construit en 1976, il pourrait presque être considéré comme archaïque comparé au reste de l’architecture locale.

Par la suite le Qatar a sorti de terre Al-Bayt Stadium (60.000 places), Al-Janoub Stadium (40.000 places), Education City Stadium (20.000 sièges), Al-Rayyan (bâti sur l’ancien stade Ahmed bin Ali, 40.000 places), Al-Thumama Stadium (40.000 sièges).

Sans occulter, l’irréel Lusail Iconic stadium (80.000) devant accueillir la cérémonie d’ouverture et la finale le 18 décembre 2022, jour de l’indépendance du pays. Et enfin le Ras Abu Aboud Stadium, un exploit écologique établi sur les rives du golfe Persique et surplombant Doha, situé à seulement quelques kilomètres. Fabriqué à partir de conteneurs et d’autres matériaux réutilisés, ce stade sera démantelé après la Coupe du monde 2022 et ses pièces serviront à réaliser d’autres projets dans le pays. Bâti dans un cadre exceptionnel au bord de la mer, cette arène sera une bouffée d’air frais pour les supporters, qui pourront s’y rendre rapidement en métro à partir du centre-ville de Doha, juste de l’autre côté de la baie.

CLIMATISATION ADAPTABLE A CHAQUE INDIVIDU

Sur le plan des infrastructures, le Qatar est imbattable. Le petit émirat, premier producteur du gaz liquéfié a étalé son savoir faire pour impressionner davantage le monde et surtout les sceptiques et/ou détracteurs de sa coupe du monde. Autoroutes, ponts, autoponts, gratte-ciels, tours, métro etc., absolument rien n’a été laissé au hasard pour les fans du ballon rond. La seule et unique équation restait le climat. Dans cette partie du Moyen-Orient où la chaleur fait exploser les thermomètres, il était pratiquement pas possible de jouer au football à l’air libre. D’où d’ailleurs le glissement de la 22ème édition de juin-juillet en novembre-décembre où la température peut descendre à 40°. Face à cet état de fait et soucieux de l’état des joueurs et des fans, le Qatar a recouru à la haute technologie, aussi bien pour la régénération des pelouses que pour l’atmosphère dans les gradins.

Comme pour les architectes qui ont rivalisé d’ingéniosité pour les stades, Dr Saud Abdul Ghani, Professeur à l’Université de Qatar est montré au créneau. Face à la presse internationale, il a étalé son savoir-faire. Selon lui, la température du stade Al Janoub sera adaptée en fonction de l’habillement de tout un chacun, selon qu’on soit en costume, en tee-shirt etc.

«Nous maintenons cette température très confortable, parce que nous ne cherchons qu’à économiser de l’énergie. Nous ne couvrons pas tout le stade car chaque zone est contrôlée différemment. Nous avons installé environ 300 à 350 capteurs différents qui verront à distance la température dans chaque zone et donneront cette quantité d’informations. Avec un ordinateur qui que vous allez brancher et allumer vous allez obtenir une livraison de la température», a-t-il confié devant un parterre de journalistes africains, européens, asiatiques et latino-américains.

Il ajoute que la température sera réglementée en fonction des endroits. Celle de la pelouse où sont les joueurs sera différente par exemple des fans etc. «D’ailleurs, vous pouvez voir que nous prenons soin de la pelouse d’un point de vue thermique. Nous voulions une herbe très saine, très forte et nécessitant également certaines températures et certains niveaux d’humidité», soutient-il en se moquant des Européens qui, selon lui, «ne savent pas qu’en hiver, leur pelouse se détériore à cause du manque de ventilation». «Nous simulons depuis 30 ans les données météo au Qatar, minute par minute, seconde par seconde et nous avons vu comment la conception initiale se comporterait. Nous avons deux stades ayant des règles mécaniques», ajoute l’Universitaire visiblement fier de son résultat.

«Chacun de nous dégage environ 70 grammes de sueur. Et cela va entrer dans l’atmosphère et en même temps, il y a des ordinateurs portables. Ce qui va multiplier la chaleur par deux et par une personne en moyenne. Alors imaginez dans ce stade où il y aurait 40.000 personnes qui applaudissent, dansent ; des joueurs qui respirent le même air ? Qu’est-ce qu’il faut faire ?», s’interroge-t-il. Et de répondre, «il faut leur donner un air de qualité. Donc, ce n’est pas seulement une question de température, mais plutôt de l’air que nous avons dans ce stade qui refoule en même temps la poussière».

L’Egypte et l’Arabie Saoudite à l’honneur

Exit la tension qui avait régné entre le Qatar et certains pays arabes. Pour rappel, en juin 2017, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et Bahreïn avaient rompu toutes relations commerciales et politiques avec Doha, en représailles au refus de la presqu’île de s’aligner sur leur positionnement diplomatique anti-Iran et anti-Frères musulmans. Pour faire face à ce blocus, le Qatar a dû faire preuve de résilience payant même 50 millions dollars par an à l’Iran pour survoler son territoire.

Mais grâce à une médiation menée conjointement par le Koweit et les Etats-Unis, la brouille qui a duré trois ans et demi a été levée depuis le début de l’année 2021. D’ailleurs, ce vendredi soir, le monde entier va assister à l’inauguration du stade Lusail avec à la clé une finale opposant le champion d’Arabie saoudite, Al Hilal au champion d’Egypte, Zamalek, avant un concert de la star égyptienne Amr Diab.

Débuté en 2017, ce joyau aura coûté la bagatelle de 662 millions de dollars (plus de 364 milliards de F CFA). L’une des particularités de ce stade est son toit, fabriqué en PTFE (un matériau protégeant du vent chaud et bloquant la poussière, tout en laissant pénétrer suffisamment de lumière pour la pelouse). C’est dire qu’au Qatar, rien, absolument rien n’est fait comme ailleurs.

Abdoulaye THIAM

(Envoyé Spécial)

Leave a reply