Le journaliste Mamadou Kassé raconte l’évolution de la presse sénégalaise, trente ans après la Déclaration de Windhoek

0
604

(APS) – Le journaliste sénégalais Mamadou Kassé raconte dans un ouvrage collectif et bilingue (français et anglais) comment la presse sénégalaise a évolué au cours des trente dernières années, à la suite de la Déclaration de Windhoek pour une presse africaine indépendante et pluraliste.

Kassé rappelle que les médias ‘’constituent une composante essentielle dans la promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance et des droits de l’homme’’.

Le livre de 212 pages paru en octobre dernier est le fruit de contributions de journalistes et d’éditorialistes de plusieurs pays d’Afrique : Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Eswatini, Ghana, Guinée, Kenya, Lesotho, Maurice, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, République démocratique du Congo, Sénégal, Tanzanie et Zambie.

L’ouvrage intitulé ‘’Tracing the footprints of the Windhoek Declaration and Charting the Windhoek Declaration’’ a été publié avec la collaboration de l’Unesco. Des éditeurs africains et des universitaires des pays déjà cités, parmi les 38 représentés en 1991 au séminaire de l’Unesco à Windhoek sur l’exercice du métier de journaliste, y ont contribué. Cette rencontre tenue dans la capitale de la Namibie avait donné naissance à la Déclaration de Windhoek pour une presse africaine indépendante et pluraliste.

Dans son article intitulé ‘’La presse sénégalaise, 30 ans après Windhoek’’, Mamadou Kassé rappelle que ‘’ce n’est qu’à partir de 1974 (…) que la presse privée d’informations générales fit son apparition avec, notamment, le journal satirique Le Politicien, du journaliste Mame Less Dia, le journal Promotion, de Boubacar Diop’’. ‘’D’autres petits journaux à durée de vie plus ou moins courte’’ ont ensuite existé au Sénégal, a-t-il ajouté.

‘’Certains d’entre eux duraient le temps d’une élection et étaient financés par les politiciens’’, écrit Kassé, soulignant que ‘’la chute du mur de Berlin, qui consacre la fin de la guerre froide, a entraîné le dépérissement des journaux de gauche jusque-là soutenus par les pays de l’Est’’.

‘’Cette rupture avec les pays socialistes consacre la fin des journaux d’opinion’’, tandis que ‘’le début de la professionnalisation’’ de la presse s’opère ‘’avec l’arrivée des journalistes formés à l’université’’, poursuit Mamadou Kassé, ancien rédacteur en chef du quotidien Le Soleil.

Le Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) de Dakar a fourni de jeunes journalistes qui, ‘’petit à petit, ont pris la place d’anciens instituteurs où agents n’ayant pas pu bénéficier d’une formation en journalisme’’, note-t-il. Dès lors, la qualité des journaux ‘’s’en trouvait améliorée en termes de contenus et de mise en page’’.

Mamadou Kassé signale que ‘’la naissance de ces journaux, à partir de 1987, est facilitée par le fait que la liberté de presse et d’expression est garantie par la Constitution sénégalaise’’, selon laquelle ‘’chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement ses opinions par la parole, la plume, l’image, la marche pacifique, pourvu que l’exercice de ces droits ne porte atteinte ni à l’honneur et à la considération d’autrui ni à l’ordre public’’.

‘’La mutation’’ des grands groupes de presse

Il relève, entre autres dispositions relatives à la liberté d’expression, la loi du 2 février 1996 instituant le Code de la presse, qui dispose va que ‘’tout organe de presse peut être publié sans autorisation préalable et sans dépôt de cautionnement, après avoir procédé à un dépôt légal, avant sa distribution, au ministère de l’Intérieur’’.

‘’Cette disposition a permis la création de plusieurs organes de presse à partir de 1987, avec Sud Magazine, Walf Hebdo, Le Cafard libéré, Le Témoin’’, puis, à partir de 1996, les groupes de presse tels que Sud Communication et Wal Fadjri, constitués de quotidiens et de radios.

‘’La création des groupes de presse résulte, pour l’essentiel, de la Déclaration de Windhoek, qui prône une plus grande liberté de presse et l’accès des populations à l’information’’, écrit Kassé, rappelant qu’à partir de 2000, avec la première alternance démocratique au Sénégal, ‘’on assista à une explosion du paysage médiatique, avec des dizaines de journaux et de radios démontrant ainsi la vitalité de la presse sénégalaise’’.

Mamadou Kassé évoque ‘’la mutation’’ des grands groupes de presse comprenant des radios, des chaînes de télévision, des quotidiens et d’autres périodiques, à partir de cette première alternance. Ce changement s’est accéléré avec l’arrivée de nouveaux investisseurs, dont des hommes d’affaires, des capitaines d’industrie et des artistes, dont le chanteur Youssou N’Dour.

Le journaliste insiste sur le fait que le business-plan de ces investisseurs ‘’est basé sur une approche axée sur le multimédia (presse, audiovisuel, numérique), afin de capter le maximum de marchés’’.

Cette expansion des groupes de presse a conduit le ministère de la Communication à entamer en 2011 des concertations, dans le but de ‘’faire l’inventaire des entreprises exerçant dans le domaine des médias (radiodiffusion, télévision, presse écrite, presse en ligne)’’, rappelle encore le journaliste.

Kassé aborde également la question des statistiques financières des entreprises, la subvention annuelle à la presse, qui est passée de 80 millions de francs CFA en 1990 à 700 millions en 2015 et 1,4 milliard de francs en 2021.

‘’Quelque 200 organes de presse sont inscrits dans ce programme de subvention (presse écrite, radios, télévisions, sites d’information), ainsi que les écoles de formation en journalisme’’, rappelle-t-il.

Dans sa contribution, Mamadou Kassé s’est intéressé aussi aux organes de régulation et d’autorégulation des médias au Sénégal : le Conseil national de régulation de l’audiovisuel et le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie des médias. Il a rappelé les efforts visant à professionnaliser davantage le secteur des médias, avec l’établissement de la carte nationale de presse délivrée aux journalistes et aux techniciens.

‘’Des contenus et des orientations éditoriales parfois instables’’

Il convient de ‘’relativiser la viabilité des médias, qui n’ont pas les mêmes statuts, les mêmes modes de financement et les mêmes formes de gestion’’, note aussi Kassé, estimant que ‘’c’est la raison pour laquelle certaines [entreprises de presse] à financement unipersonnel ne vivent pas longtemps, tandis que les groupes de presse disposant d’outils de gestion performants arrivent à tenir’’.

Pour la seconde catégorie, il cite Sud Communication, Wal Fadjri et le groupe Futurs Médias, ‘’qui résistent à la concurrence des organes financés entièrement par l’Etat, à savoir la RTS, l’APS et Le Soleil’’. ‘’Certains journaux et radios créés et financés par des hommes politiques ont disparu, avec la perte du pouvoir de ces hommes politiques’’, fait-il remarquer.

A cette situation, note Mamadou Kassé, ‘’s’ajoute le prix du journal jugé très faible par rapport au coût de réalisation (100 ou 200 francs CFA, pour les quotidiens)’’. ‘’La publicité aussi ne suit pas toujours. Sans grand tirage, avec des ventes insignifiantes et très peu de publicité, les médias ne peuvent pas vivre très longtemps. C’est pourquoi certains d’entre eux migrent vers les médias électroniques’’, écrit-il.

‘’Certains parmi les médias, malgré leur pluralité et leur diversité, ne semblent pas capables de fonctionner indépendamment des politiques, du gouvernement, des entreprises et des (…) influences religieuses’’, a constaté le journaliste.

Il ajoute que ‘’les contenus et les orientations éditoriales parfois instables sont déterminés par ces hommes politiques, qui financent certaines publications’’.

Mamadou Kassé signale que les journalistes réclament encore l’application intégrale du Code de la presse, qui confère aux groupes de presse ‘’les obligations d’une entreprise commerciale’’.

En attendant, constate-t-il, ‘’beaucoup de journalistes se rabattent sur l’Internet et les réseaux sociaux, ou adhèrent à l’Association des professionnels de la presse en ligne’’, tandis que ‘’d’autres font des piges dans les télévisions ou profitent des plateformes YouTube, Facebook, etc.’’

‘’C’est dire que la presse sénégalaise est une presse dynamique, critique, voire agressive, mais elle manque de moyens’’, poursuit Kassé, estimant que le secteur privé ne juge pas la presse ‘’rentable’’.

‘’Les hommes d’affaires ne sont pas convaincus de la viabilité des médias et ceux qui s’y aventurent disent le regretter du fait de la faiblesse de la publicité’’, écrit-il.

Toutefois, souligne le journaliste, ‘’des initiatives sont prises çà et là pour relancer le secteur et valoriser le travail des journalistes et des médias, qui constituent une composante essentielle de la promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance et des droits de l’homme’’.

Leave a reply