Le modèle ‘’Neegurap’’ présenté par l’un de ses fondateurs

0
753

(APS) – Le label ‘’Neegurap’’, nom wolof de ‘’La maison du rap’’ dirigée par quatre jeunes Sénégalais, a été présenté à la quatrième édition du salon international ‘’Dakar Music Expo’’ (DMX), de jeudi à samedi derniers, comme un modèle à suivre pour le développement de l’entrepreneuriat culturel au Sénégal et ailleurs.

‘’Neegurap’’, à l’origine un studio d’enregistrement créé en 2001 à l’unité 24 des Parcelles Assainies, dans la banlieue de Dakar, a été racheté en 2017 par quatre camarades de classe.

Il s’agit de François Diouf, qui en est devenu le directeur général, de Thiémoko Diarra, son responsable chargé de la communication, de Maïmouna Touré, l’auditrice comptable, et de Pape Kalidou Diop, l’informaticien.

Les quatre associés, se prévalant chacun d’un cursus universitaire en lien avec les besoins de leur future entreprise, décident de faire de ce studio d’enregistrement un label de production musicale.

‘’C’est un honneur d’être présenté comme un exemple à suivre, mais personnellement je considère que le plus gros du travail n’a pas encore été fait. On vient de démarrer, on vient de cartographier le Sénégal’’, en matière de rap, a expliqué Pape Kalidou Diop, titulaire d’un diplôme de génie informatique.

‘’Maintenant, il faut maîtriser le secteur, accélérer la formation et surtout continuer à être un exemple pour les autres jeunes’’, a dit l’un des fondateurs de la jeune entreprise culturelle, dans un entretien avec l’APS.

Selon Diop, ‘’Neegurap’’ s’est inspiré du modèle asiatique en profitant des expériences accumulées en Asie par son directeur général, François Diouf, à Singapour et en Malaisie en particulier.

Ses fondateurs ont aussi participé au World Music Expo de 2018, pour acquérir des expériences.

L’entreprise culturelle s’est alors autofinancée avec les salaires gagnés par certains de ses fondateurs, qui monnayaient ailleurs leur talent à temps partiel, comme Pape Kalidou Diop, qui travaille avec une plateforme de streaming de la place.

‘’On enregistrait nos chansons dans ce studio lorsqu’on a formé notre groupe de rap en 2006 au collège Sacré-Cœur, car on était tous dans la même classe et passionnés de rap. Nous avions beaucoup d’expérience. Nous avions déjà ce postulat que nous étions une génération Internet, on savait que la musique était un travail à part entière, nous nous sommes dit qu’on peut y travailler et on s’est formés en conséquence pour nous y investir’’, explique Pape Kalidou Diop.

‘’Avec les années d’université, chacun s’est formé dans un domaine, la communication, les sciences politiques, le génie informatique et l’audit comptable. On a décidé de prendre toutes ces compétences pour monter une entreprise. Dès le début, lorsque notre projet a été à l’étape d’idée, on s’est formalisé à l’APIX (l’agence chargée de la promotion des investissements et des grands travaux de l’Etat du Sénégal) pour lancer nos activités’’, ajoute-t-il.

Il souligne que comme toute nouvelle entreprise, la leur ‘’roulait à perte parce que c’était un gros investissement’’. ‘’On allait travailler ailleurs. Et à la descente, on était dans notre studio. C’est ce qui nous a permis de démarrer réellement notre activité.’’

‘’Il faut que l’information soit accessible à tous, les financements aussi’’

Seuls deux des quatre fondateurs travaillaient à temps plein sur le projet, les autres à temps partiel, explique Pape Kalidou Diop.

‘’Neegurap’’ emploie désormais à temps plein quatre jeunes Sénégalais âgés en moyenne de 25 ans pour faire tourner l’entreprise.

Il s’agit de trois ingénieurs de son qui s’occupent de la prise, du mixage et du mastering, c’est-à-dire la postproduction audio, des étapes importantes de la création musicale.

Chacun de ces employés a bénéficié de sessions de renforcement de compétences, avec le partenariat de l’Institut Goethe, de l’Institut français et de l’école de cinéma ‘’Kourtrajmé Dakar’’.

Selon Pape Kalidou Diop, ‘’Neegurap’’ s’est aussi spécialisé dans la musique de film, un créneau non encore suffisamment exploité au Sénégal, ce qui lui a permis de s’emparer de ce marché.

‘’Nous avions fait à l’époque le constat que pour tous les films produits au Sénégal […], la composition est créée ici et arrangée ailleurs […] Nous nous sommes demandé pourquoi ne pas être une force de proposition pour les petites maisons de production qui font les séries, car tout le monde n’a pas les moyens de payer un Youssou Ndour ou Wasis Diop, par exemple. Nous nous sommes positionnés pour faire des musiques de film pour accompagner les petites boîtes de production’’, explique Diop.

L’entreprise a de cette manière gagné le marché des séries et publicités produites par le groupe Marodi, devenu une grande boîte de production audiovisuelle sénégalaise. Elle s’occupe aussi de la musique d’attente de certaines structures de l’Etat et d’autres entreprises privées.

Aussi Pape Kalidou Diop invite-t-il les entrepreneurs culturels à formaliser leur entreprise. Il considère que cette étape est importante pour l’entreprise.

‘’Nous avons eu des problèmes d’information et de financement. Il faut que l’information soit accessible à tous, les financements aussi’’, lance-t-il.

‘’Neegurap’’, en ce qui le concerne, compte fructifier son business et projette par exemple de créer un nouveau studio sur la Voie de dégagement nord de Dakar.

Un maillage du territoire national est également envisagé à la suite des prospections entamées à Mbour (ouest) et à Saint-Louis (nord), selon ses fondateurs.

Leave a reply