Le pape à Kinshasa, une visite pour « attirer l’attention du monde » sur la RD Congo

0
1024

(france24.com)- Sa visite est historique et très attendue. Mardi 31 janvier, pour son quarantième voyage apostolique, le pape François se rend sur le continent africain. Première étape de ce voyage : Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. Une visite de quatre jours aux multiples enjeux dans ce pays d’Afrique centrale, et non des moindres, la RD Congo étant le plus grand pays catholique du continent.

Ce voyage devait initialement avoir lieu en juillet 2022. Mais il avait été reporté, selon le Vatican, en raison de douleurs au genou du souverain pontife, aujourd’hui âgé de 86 ans. Cette visite est la première pour un pape dans le pays depuis Jean-Paul II… il y a 37 ans.

Selon notre correspondante à Kinshasa, Aurélie Bazzara-Kibangula, le pape François devrait arriver dans la capitale congolaise aux alentours de 15 h. Il rencontrera le président Félix Tshisekedi, la société civile et les représentants religieux du pays. L’une des étapes les plus attendues de cette visite devrait être la grande messe prévue mercredi à l’aéroport de Ndolo. Plus d’un million de fidèles y sont attendus.

Toujours selon notre correspondante, le souverain pontife ne se rendra pas à Goma (Nord-Kivu), dans l’est du pays, comme initialement prévu. Pour rappel, la région du Nord-Kivu est le théâtre de violences armées depuis plusieurs années.

« Attirer l’attention du monde sur ce qu’il se passe »

« Pour les catholiques congolais, la visite du pape apparaît comme une sorte de réconfort dans un contexte avec beaucoup de problèmes, beaucoup de misère, beaucoup de tensions, surtout avec le conflit dans l’Est », explique Wamu Oyatambwe, politologue et spécialiste de la RD Congo. Il poursuit : « Beaucoup attendent de la visite du pape qu’elle attire l’attention du monde sur ce qu’il se passe » dans le pays.

« La raison pour laquelle le pape François se rend en RD Congo est d’attirer l’attention sur un conflit dont les gens sont fatigués », ajoute de son côté Douglas Yates, professeur à l’American University of Paris et spécialiste de l’Afrique.

« Au sein de la société civile, beaucoup d’acteurs espèrent que le pape va interpeller les acteurs politiques sur leur irresponsabilité dans la gestion des affaires », poursuit Wamu Oyatambwe. Mais côté politique, les attentes sont « différentes, parfois divergentes ». « Dans le camp de la présidence, par exemple, on présente cette visite comme un triomphe diplomatique ; dans l’opposition, en revanche, on dit qu’il ne faut pas instrumentaliser la visite à des fins politiciennes », insiste le spécialiste.

La RD Congo, un « bastion du catholicisme en Afrique subsaharienne »

Cette visite du pape dans le « premier pays catholique d’Afrique en nombre de fidèles (…) représente une reconnaissance de l’importance de cette grande Église congolaise au sein de la communauté catholique », estime Wamu Oyatambwe. « La RD Congo est l’un des bastions du catholicisme en Afrique subsaharienne, cela vaut la peine d’investir. Il y a une rivalité croissante avec le protestantisme évangélique qui se répand non seulement sur le continent mais aussi dans tout le monde en développement », ajoute Douglas Yates.

Ce dernier explique qu’en RD Congo, les évêques « sont considérés comme une force morale, non seulement dans les conflits mais aussi dans la lutte contre la corruption et dans le maintien de la démocratie. La voix du pape peut renforcer ce rôle. Il n’influencera pas les seigneurs de la guerre dans l’Est, mais sa voix compte pour des dizaines de millions d’autres Congolais », ajoute l’expert.

« L’Église est un réel contre-pouvoir en RD Congo », souligne Stéphane Ballong, rédacteur en chef du service Afrique de France 24, rappelant que le pays est également en année électorale, « la date des élections générales ayant été fixée autour du 20 décembre prochain ».

Vendredi, une fois sa visite en RD Congo terminée, le souverain pontife se rendra plus au nord, au Soudan du Sud, une terre marquée par des années sanglantes de guerre civile. Cette visite s’achèvera dimanche.

Leave a reply