«Les statistiques de l’Ansd sont claires, c’est du béton» Amadou Hott ministre

0
313

Hier, vendredi 17 septembre, lors l’atelier de validation technique de la revue annuelle conjointe de la politique économique et sociale, le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération (Mepc), Amadou Hott s’est confessé par rapport à sa mise au point sur les statistiques récentes de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) sur la pauvreté au Sénégal.

 «Le sujet sur la pauvreté a fait couler beaucoup d’encre ces jours-ci », souligne d’emblée le ministre. A ce propos, dira-il : «Je voudrai simplement préciser que les statistiques de l’Ansd sont claires, c’est du béton». Dans son mea-culpa, il dit ceci : «Il faudrait simplement regarder des deux côtés, (du côté positif comme du côté négatif) pour une bonne lecture des choses».

Se voulant convainquant, il avance «Personne ne disconvient du côté du gouvernement que le nombre de pauvres a augmenté entre 2011 et 2018, soit de 200 000 personnes, qui ont un revenu dont le seuil du montant dépasse en moyenne 330 000 FCFA par personne et par an». Toutefois, souligne le ministre, « relativement à la croissance de la population le taux de la pauvreté a baissé». Donc, ajoute-t-il : « Il est vrai que le nombre de pauvres a augmenté ces sept (07) dernières années, mais en même celui-ci a baissé de 5 points. C’est simplement, ce que j’ai voulu dire à travers notre communiqué», explique-t-il.

AMADOU HOTT SUR LA PAUVRETE : «Nous devons faire beaucoup plus et mieux pour réduire sensiblement la pauvreté»

Le ministre de l’Economie du plan et de la coopération, Amadou Hott a reconnu hier, vendredi lors de l’atelier de validation de la revue annuelle conjointe 2021 de la politique économique et sociale qu’« il faut faire beaucoup et mieux pour éradiquer la pauvreté au Sénégal». Il précise : «Il ne s’agit nullement de dépenser plus, mais mieux, même si, par ailleurs, nous ne nions pas l’existence de la pauvreté, elle est bien là et elle augmente comme dans tous les pays du monde», a-t-il dit. Au sujet des bourses familiales dont bénéficient 3 millions de personnes pour un montant de 30 milliards de francs CFA par année, il admet que ceci est loin de suffire même si le Sénégal ne souhaite pas voir le nombre de bénéficiaires de ces bourses augmenter. Pour réduire drastiquement le taux de pauvreté, «il faut plus d’emplois et que chaque sénégalais aspire à cette dignité, à savoir se lever tous les matins, aller travailler et gagner sa vie avec un salaire décent».

Il promet que le gouvernement fera beaucoup plus d’efforts, dans le budget 2022 pour satisfaire les besoins des citoyens. Des efforts qui devraient également se traduire dans la manière «d’exécuter les projets et programmes pour ne pas perdre du temps», préconise-t-il. Abordant la problématique des lenteurs ou retards décaissements des montants alloués au Sénégal par certains bailleurs, M. Hott fait remarquer que ceci impacte négativement sur les projets et in fine sur les conditions de vie des populations. Ce qui lui fera dire qu’«un effort colossal doit être fait par le gouvernement, mais également par les bailleurs». Pour lui : «Il ne suffit pas seulement de signer une convention de financement, mais c’est dans l’exécution qu’il faut travailler. Aujourd’hui, nous avons beaucoup de projets pour lesquels les bailleurs ne décaissent pas vite, contrairement à d’autres», a-t-il réorienté. Ceci l’amena à suggérer aux parties prenantes de travailler à améliorer le taux de décaissement des financements pour que les populations puissent davantage ressentir l’impact des projets de développement en cours de mise en œuvre.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply