Litige foncier à Tivaouane peul : les impactés des démolitions de 2017 sur le pied de guerre pour leurs 20 ha

0
226

Bénéficiaires de 20 ha en guise de compensation suite à la démolition de leurs maisons en 2017, le collectif des victimes dénonce les tentatives de certaines autorités pour les empêcher d’entrer en possession de leurs terres, au profit d’une société immobilière privée. Ils ont tenu un point de presse hier, vendredi 2 septembre à Tivaouane Peul pour annoncer une marche et des actes pour dénoncer les autorités administratives derrière ces manœuvres.

Le collectif des victimes des démolitions de Tivaouane Peul est encore sur le pied de guerre. Ces personnes dont les maisons ont été démolies en 2017 pour la construction d’une route, qui, du reste, n’a jamais été construite, vont organiser une marche le vendredi prochain. Cette fois-ci, ce sera pour dénoncer, selon leurs dires, des manœuvres de certaines autorités administratives qui «tentent de bloquer le processus de lotissement des 20 ha que le Président de la République leur avait octroyés et qui ont été extraits du titre foncier 6435/R, dans la commune de Tivaouane-Peul».

«Nous sommes là aujourd’hui (hier) pour dénoncer le processus qui est en train de se dérouler au niveau de la DGUA. On a appris que la SIPRES qui avait démoli nos maisons, est revenue à la charge pour nous faire déguerpir d’ici. Et comme vous le voyez, ce site a été aménagé suite à la lettre par laquelle, le Président de la République a octroyé 20 ha aux victimes sur le TF 6435/R. Une cession que tente de bloquer le préfet de Rufisque de connivence avec le gouverneur de Dakar. Nous savons que derrière toute cette affaire-là, il y a la SIPRES. Nous dénonçons la posture du gouverneur de Dakar et du préfet de Rufisque», a expliqué Papa Magatte Gaye, un des coordonnateurs du collectif.

Ces impactés disent s’étonner que des fonctionnaires puissent traîner le pas dans l’exécution des directives de l’autorité supérieure qui a écrit et signé. Cela, d’autant plus que le ministre concerné a diligenté le dossier et signé une autorisation de lotir. Un document que les membres du collectif ont brandi devant l’assistance. «Si le Président signe une lettre sur laquelle on peut lire que c’est octroyé à la commune de Tivaouane-Peul, 20 ha pour recaser les victimes, je pense que rien ne devrait arrêter cela. Mieux encore, il a donné des instructions fermes au ministre de l’Urbanisme Abdoulaye Saydou Sow, lequel a travaillé sur le dossier jusqu’à produire l’autorisation de lotir qui est là signé du ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique. Donc, qu’est ce qui devrait bloquer ce dossier ? », s’interrogent Papa Magatte Gaye et les autres membres du collectif.

Ces derniers rappellent que c’est le même préfet du département de Rufisque qui était à la tête de la commission d’évaluation des impenses et, avec qui tous les calculs ont été faits, qui, aujourd’hui encore, freine le processus. Des impenses évaluées aujourd’hui à 2.500.000.000 de francs CFA qu’ils attendent toujours. «C’est Babacar Kane, lui qui était en charge de ce dossier des impenses encore une fois, je rappelle que c’est le Président de la République qui avait instruit et le gouverneur, le ministre de l’Urbanisme et le préfet pour la diligence de ce dossier. Mais jusqu’à présent, on a recensé les impactés, calculé les impenses mais rien n’est parvenu au niveau des victimes. C’est à peu près 2.500.000.000 francs CFA. Ce qui constitue une grosse somme. Nous exigeons du préfet qu’il nous aide parce c’est son devoir. Il est là pour les populations et non pour une société privée», a martelé Papa Magatte Gaye.

Pour le président du collectif, Sadio Sané, il faudra passer par leurs cadavres pour les déguerpir de ce site. Aujourd’hui, le combat, c’est l’aboutissement de cette procédure pour que les ayants droits puissent accéder à leurs titres de propriété et la finalisation des démarches pour entrer en possession des 20 autres ha que le Président leur a accordés sur le site du pôle du Lac Rose.

«Nous sommes prêts à faire face, quitte à mourir ici. Ils passeront après sur nos cadavres. Nous allons organiser une marche vendredi prochain et nous avons déjà fait toutes les formalités administratives. La marche aura lieu à partir de 15h30 jusqu’à 18 heures, qu’ils nous délivrent une autorisation ou pas», a juré Sadio Sané.

WORE NDOYE

Leave a reply