Manifestation citoyenne contre le parrainage : l’itinéraire du préfet fait avorter la marche

0
206

Un désaccord sur l’itinéraire a conduit à l’avortement de la grande marche contre le parrainage initiée par les organisations de mouvements citoyens, en l’occurrence Y’en a marre, Frapp,  Africa First, Coalition citoyenne le peuple entre autres. En effet, alors que leur marche était prévue hier, mercredi 23 mars 2022, avec comme itinéraire la Place de la nation au ministère de l’Intérieur, les manifestants ont buté sur la décision du préfet qui leur a imposé de se limiter au rond point de la RTS. Ainsi, à l’heure du rendez-vous, certains parmi eux, récusant l’arrêté du préfet, ont fait irruption au ministère de l’Intérieur où beaucoup d’entre eux ont été arrêtés.

La marche prévue hier, mercredi 23 mars 2022, par les organisations de mouvements citoyens a avorté à cause d’un problème d’itinéraire. En effet, alors que les mouvements citoyens comme Y’en a marre, Frapp et Cie avaient retenu comme itinéraire la place de l’Obélisque au ministère de l’Intérieur, ceux-ci ont buté sur l’arrêté du préfet de Dakar qui a limité l’itinéraire au rond-point de la RTS (Radio télévision sénégalaise).

En total déphasage avec l’arrêté préfectoral, les organisateurs de la marche ont décidé de braver la décision en faisant irruption au ministère de l’Intérieur où, selon certaines sources, beaucoup d’entre eux sont arrêtés. Il s’agit entre autres de Guy Marius Sagna de Frapp, Abdou Karim Guèye de Nittu degg, le syndicaliste Dame Mbodj.

Trouvé seul à la Place de la nation (ex-Obélisque) en compagnie de ses camarades de parti, Cheikh Omar Ndaw, membre de la cellule des cadres de la République des valeurs « Rewum Ngor », a vivement déploré la tournure des événements « On a appelé à une marche, mais on a vu que le nombre n’a pas répondu suffisamment. C’est vrai qu’on aimerait avoir un nombre plus grand que ça, mais il y en a certains qui sont au niveau du ministère qui n’ont pas respecté plus ou moins ce qu’on s’était dit, c’est-à-dire de se retrouver au niveau de la place de la Nation. Mais nous quand même on est venu et on est prêt à assumer toutes les responsabilités qui vont en découler », a-t-il déclaré.

Venu assister à cette marche, le membre de la cellule des cadres de la RV explique : « Nous, ce qu’on a voulu faire c’est de respecter l’arrêté, c’est-à-dire marcher pour que tous les Sénégalais sachent ce qui est en train d’être fait aujourd’hui. Et ce n’est rien d’autre que braver la Constitution. Donc, nous exigeons le respect de la Constitution et la décision de la Cour de justice de la Cedeao. Ce parrainage n’est d’autre qu’une ruse de Macky Sall, pour écarter des candidats probables ».

« On a toujours été constant dans notre position. En 2018, je rappelle les faits, le président du parti la République des Valeurs « Rewum ngor », Thierno Alassane Sall, a été retenu pour les mêmes causes. On a toujours été contre cette loi, c’est pourquoi nous avons toujours fustigé cette loi. Nous tenons à dire à tous les Sénégalais que cette loi-là est tenue sur une base anticonstitutionnelle. Et il est hors de question qu’on laisse ce parrainage passer. Il n’y a aucune base solide sur laquelle Macky Sall se base pour valider ce parrainage », a-t-il martelé.

De ce fait, a-t-il prévenu : « Toutes les voies légitimes et légales seront utilisées pour stopper ce parrainage-là. Il y aura d’autres plans d’actions qu’on va élaborer et qu’on va suivre. On va mener ce combat-là jusqu’au bout. Ce qui est important est que Macky Sall soit logique avec lui-même ».

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :