Mbour : Ousmane Dia est décédé des suites d’une « détresse respiratoire aigüe » (procureur)

0
660

(APS) – Ousmane Dia, le détenu décédé vendredi dernier à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Mbour, a succombé à une ‘’détresse respiratoire aigüe’’, a indiqué le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Mbour.

‘’L’examen interne a aussi mis en évidence, pour l’essentiel, une intégrité des organes internes excepté les poumons qui présentaient un aspect pouvant amener à penser valablement que le défunt avait une affection pulmonaire. Le légiste a conclu que le processus du décès est une hypoxie sévère et que la mort est liée à une détresse respiratoire aigüe’’, explique Elias Abdoulaye Diop, dans un communiqué parvenu dimanche à l’APS.

Il a précisé que ‘’le constat de décès a été fait aux urgences‘’ après son évacuation à la suite de crises convulsives dans la matinée.

Ousmane Dia avait été interpellé à l’issue de l’enquête ouverte sur l’affaire dite des manifestants de Nguékokh ayant pris pour cible la brigade de gendarmerie de ladite localité, le 30 mai 2023, rappelle le communiqué.

« Ce jour, vers 23h 30 mn, en marge du procès opposant le leader politique Ousmane Sonko à la dame Adji Sarr, des centaines de jeunes de Nguékokh ont barré la route nationale n°1 à l’aide de pneus brûlés et de barricades », a expliqué le procureur.

Il déclare que « les gendarmes intervenus sur les lieux pour faire cesser les troubles se sont heurtés à une farouche résistance des manifestants qui les ont repoussés jusque dans l’enceinte de la brigade, située à quelques mètres de la route nationale (…) ».  Ces derniers « les ont attaqués avec des jets de projectiles, ont caillassé leur véhicule de dotation avant de tenter de mettre le feu à la brigade », rappelle-t-il.

Selon Elias Abdoulaye Diop, ‘’les gendarmes ont fini par faire usage de leurs armes de service pour repousser les assaillants. Ousmane Dia qui était vraisemblablement présent aux manifestations, en est ressorti blessé, probablement atteint par un projectile à la jambe gauche’’.

« Epileptique connu et suivi sous traitement »

« Identifié, il sera, après des soins reçus au niveau de l’hôpital de Mbour, arrêté le 26 juin 2023 puis déféré au parquet. Il sera inculpé pour les faits sus évoqués et placé sous mandat de dépôt. Ainsi son décès, survenu une dizaine de jours après son incarcération, pouvait être, a priori, mis en lien avec sa blessure lors des affrontements », explique le procureur.

Il signale que le légiste a fait appel à l’un des frères du défunt pour qu’il assiste aux opérations d’autopsie.  « Dans son rapport, en faisant le commémoratif des événements, il a posé le tableau clinique d’Ousmane Dia en rappelant qu’il serait épileptique connu et suivi sous traitement, il aurait fait des crises convulsives la veille et le matin vers 07 heures dans la MAC de Mbour’’.

Il précise que ‘’le constat de décès a été fait aux urgences à 08 heures 20 minutes’’. Il relève que ‘’l’examen externe a mis en évidence l’intégrité physique du défunt’’. Il soutient qu’’’en dehors d’une plaie de 2 cm de diamètre en voie de cicatrisation située au niveau du 1/3 supérieur de la face antérieure de la cuisse gauche, aucune lésion traumatique externe récente (plaie, luxation, fracture) n’a été constatée ».

‘’Dès réception du rapport d’autopsie, poursuit-il, nous avons convié à notre bureau les parents du défunt, en l’occurrence son oncle maternel et deux de ses frères dont celui qui avait assisté aux opérations d’autopsie, accompagné de leur avocat maître Abdoulaye Tall, pour leur en donner la teneur tout en leur notifiant leur droit de le contester ou de solliciter une contre-expertise avant toute délivrance du corps.’’

Selon lui, ‘’après concertation hors notre présence, ils sont revenus pour dire qu’ils acquiescent entièrement aux conclusions du rapport. Ainsi, nous avons signé le certificat aux fins d’inhumation du corps ».

Elias Abdoulaye Diop rappelle en outre à l’opinion publique, que sa mission sera exercée telle que prévue par le code de procédure pénale qui veille au respect de la loi, devant qui, tous les citoyens sont égaux.

« Ainsi, nous nous reconnaissons le devoir de poursuivre les enquêtes sur les manifestations violentes en lien avec le procès sus évoqué, afin d’en situer toutes les responsabilités pénales de quelque bord qu’elles se trouvent » a-t-il conclu.

Leave a reply