Mort de Nahel : Emmanuel Macron quitte Bruxelles pour présider la cellule interministérielle de crise

0
416

Le président de la République a écourté son séjour à Bruxelles où il participait à un sommet européen. Il ne tiendra pas de conférence de presse.

Retour d’urgence à Paris pour une réunion de crise. Le président de la République Emmanuel Macron a quitté ce vendredi 30 juin en fin de matinée le sommet européen en cours à Bruxelles pour revenir à Paris présider une deuxième cellule interministérielle de crise après une troisième nuit de violences dans plusieurs villes en marge de la mort de Nahel à la suite d’un tir policier.

Le chef d’État a quitté ses homologues européens avant la fin du sommet. Il a annulé dans la foulée sa conférence de presse qu’il devait tenir en fin de réunion. Objectif : être à Paris pour 13h.

Ce vendredi matin, la Première ministre Élisabeth Borne a réuni à Matignon les ministres de l’Intérieur, de la Justice, du Logement et de la Transition écologique et des territoires pour faire le point sur les derniers évènements. Réagissant aux scènes de violences urbaines et de pillage, elle a dénoncé « des actes insupportables et inexcusables ». Dans la nuit de jeudi à vendredi, plus de 660 personnes ont été interpellées au cours de cette troisième nuit de violences, alors qu’un dispositif massif avait été déployé par les forces de l’ordre.

Instaurer l’état d’urgence ? Le gouvernement s’interroge

Lors d’un déplacement à Évry-Courcouronnes quelques heures plus tard, elle a assuré que « toutes les hypothèses seront examinées » lors de la réunion de 13h « avec une priorité le retour de l’ordre républicain sur tout le territoire. » Ce, alors que la droite et l’extrême droite réclament depuis la veille la mise en place de l’état d’urgence.

Alors que le président quittait Bruxelles, l’Élysée a fait savoir qu’Emmanuel Macron était prêt à adapter le dispositif de maintien de l’ordre « sans tabou ».

La mise en place de ce régime d’exception est « évidemment une question qui se pose », a pour sa part estimé Christophe Béchu sur Sud radio. Le ministre du Logement et de la Ville Olivier Klein s’est montré beaucoup plus réservé sur France Inter, jugeant que ce serait « un aveu d’échec »« On a aujourd’hui, encore, je crois, d’autres pistes », a-t-il déclaré. La veille, le ministre de l’Intérieur avait balayé l’idée à ce stade, estimant qu’il était possible de mobiliser d’importants dispositifs de sécurité sans recourir à cet article de la Constitution.

L’état d’urgence, qui permet aux autorités administratives de prendre des mesures d’exception comme une interdiction de circuler, avait notamment été déclenché en novembre 2005, dans 25 départements, après 10 jours d’émeutes dans les banlieues.

Leave a reply