Mort de Nahel : Macron accusé par Alliance Police et Le Pen de tenir des propos « irresponsables »

0
664

(Le HuffPost)- En qualifiant d’« inexplicable, inexcusable » la mort de Nahel à Nanterre, Emmanuel Macron a mise en colère des syndicats policiers et la cheffe du Rassemblement national.

Eux aussi appellent au calme. Alliance, l’un des principaux syndicats de police, juge « inconcevable » que le président Emmanuel Macron ait qualifié d’« inexplicable, inexcusable » la mort d’un conducteur de 17 ans, victime du tir d’un policier à Nanterre dans les Hauts-de-Seine.

« À travers des propos comme : “inexplicable, inexcusable”, contraires à ses déclarations comme quoi il soutient la police, il est inconcevable que le président de la République, comme certains responsables politiques, artistes ou autres bafouent la séparation des pouvoirs et l’indépendance de la justice en condamnant nos collègues avant même que celle-ci ne se prononce », écrit Alliance dans un communiqué ce mercredi 28 juin. Marine Le Pen évoque, elle, une sortie « irresponsable. »

Depuis Marseille où il est en déplacement, le chef de l’État a pris la parole après les violences survenues dans la nuit, principalement à Nanterre où le jeune Nahel, 17 ans, est décédé lors d’un contrôle de police. Souhaitant que « justice passe », Emmanuel Macron a ajouté : « Rien, rien ne justifie la mort d’un jeune », en évoquant « l’émotion de la nation tout entière ».

Les « indécentes » récupérations

La garde à vue du policier suspecté du tir mortel, à la suite d’un refus d’obtempérer, a par ailleurs été prolongée ce mercredi. Il a, « comme tout citoyen, droit à la présomption d’innocence ». « Il n’est ni au-dessus, ni en dessous des lois », commente Alliance dans son texte.

Pour le syndicat, la responsabilité des dirigeants « est d’appeler au calme, de condamner fermement les violences urbaines et surtout ne pas légiférer sous l’émotion » : « Le temps de l’enquête n’est pas celui de l’émotion ! ». Invité de BFMTV, Yohan Maras, un délégué national de l’organisation, a pour sa part plaidé pour que « la justice fasse son travail convenablement, sans que tout le monde y aille de sa petite déclaration ou de son petit mot. »

Dans un communiqué, l’autre syndicat majeur de la police, Unité SGP police, a lui aussi insisté sur « la présomption d’innocence » qui « n’est pas une option mais la loi ». « Elle s’applique à tous et aussi aux policiers », écrit l’organisation.

Le syndicat qualifie « d’indécentes » les « récupérations politiques, les réactions de certains artistes, voire même de sportifs face à ce drame », estimant qu’elles « encourage(aient) la haine anti-flics ». « Les évènements, si dramatiques soient-ils, ne peuvent être la cause ou le déclencheur de violences urbaines injustifiées dont tous nos concitoyens pâtiraient », ajoute ce syndicat.

Autant de critiques qui ne se limitent pas à la sphère policière. Interrogée à l’Assemblée nationale, Marine Le Pen a jugé les propos du président de la République « très excessifs et irresponsables. » « Est-ce que l’acte est inexcusable ? Est-ce qu’il est inexplicable ? C’est à la justice de répondre, à l’enquête qui va se dérouler », a ainsi plaidé la présidente du Rassemblement national, évoquant malgré tout un « geste choquant. »

Leave a reply