Observatoire national de la santé : le Sénégal harmonise la recherche

0
299

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal  a procédé samedi dernier, 20 août, au lancement de l’initiative «Production du profil des systèmes et services de santé des pays» (P3sp) de la Plateforme sur les systèmes et politiques de santé de l’Observatoire africain de la santé.

Une initiative  exécutée dans le cadre de la mise en œuvre de la recommandation formulée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à travers une directive intitulée «Observatoire de la santé». Pour les acteurs du ministère de la Santé, il reste un instrument de pilotage mais aussi un outil opérationnel de santé qui sera piloté par l’Institut Pasteur de Dakar.

Pour  Alassane Mbengue, secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Action sociale, l’Institut Pasteur de Dakar va jouer un rôle extrêmement important dans ce processus, en faisant en sorte que le travail soit bouclé au plus tard en avril 2023. « Il s’agit de rendre fonctionnelle la plateforme qui existe déjà afin qu’elle puisse jouer son rôle par le recueil, le traitement et l’analyse de données pour que l’ensemble des acteurs du système de santé puissent en  profiter et d’utiliser ces données pour améliorer le pilotage et la gouvernance du secteur de la santé et de l’action sociale », a-t-il fait savoir.  Selon Dr Cheikh Loucou Barr, responsable du Pôle de recherche en épidémiologie, recherche clinique et science des données, la particularité de ce processus de production scientifique est «son approche participative et inclusive». Et de magnifier cette collaboration : «le ministère de la Santé n’a pas voulu porter ce travail pour lui-même, mais il est à nos côtés et nous accompagne ».

Au niveau de l’OMS au Sénégal, Dr Abdoulaye Konaté, conseiller régional en suivi-évaluation au Bureau régionale de l’OMS pour la région africaine a fait savoir que cette activité va permettre une meilleure compréhension de la dynamique de santé et la capture de solutions déjà expérimentées et capitalisées. «Elle se situe au cœur de la gouvernance du système de santé. Ce processus va nous permettre de progresser vers les objectifs nationaux, comme le Plan national de développement sanitaire du Sénégal (PNDSS) parce que le «développement durable ne peut se faire sans savoir comment on progresse et quelles sont les performances qu’on entraîne en complément au fur et à mesure et au fil du temps».

Pour rappel, cette plateforme sera mise en place dans cinq pays africains, à savoir le Rwanda, l’Éthiopie, le Kenya, le Nigéria et le Sénégal seul pays francophone.

Denise ZAROUR MEDANG

 

Leave a reply