« On a gagné ces élections, il n’y pas de quoi à discuter », annonce Ousmane Sonko

0
258

Le leader de Pastef, Ousmane Sonko qui était absent lors du point de presse de sa coalition au lendemain du scrutin, a pris part ce mercredi 3 août 2022, au deuxième point de presse. Prenant la parole, à l’image de ses camarades de coalition, le président Sonko a confirmé une large victoire de leur coalition aux scrutins du 31 juillet dernier. « On a gagné ces élections, il n’y pas de quoi à discuter », déclare-t-il.

L’image que les sénégalais ont des politiciens est péjorative selon Ousmane Sonko, qui entend faire redorer le blason du politicien pour que leurs enfants et petits fils aient une autre image du politicien. « Nous voulons que nos enfants et nos petits fils aient une autre image sur le politicien. C’est-à-dire celui qui travaille, celui qui aime son pays, qui croit en son pays et qui met l’intérêt de son pays au dessus de tout »,a indiqué le leader de Pastef.

A l’en croire « c’est ce contrat moral qui nous lie avec le peuple qui a amené ce qu’on a eu dans ces élections. Parce que cette élection, nous l’avons gagné. On a gagné cette élection,  il n’y a pas de quoi à discuter. C’est-à-dire même avec cette configuration que nous nous retrouvons, montre qu’on a gagné ces élections », a annoncé la tête de liste nationale de Yaw.

Selon lui « Ceux qui sont en face de nous, en 2017, ils avaient 127 députés sur les 165. Donc quelqu’un qui a obtenu un tel nombre dans cette Assemblée sortante, aujourd’hui tu te battes en disant que j’ai 82 députés ou je n’en ai pas, parce que pour avoir une majorité, il faut 83 ».

Donc « ils ont déjà perdu cette élection. Nous rendons grâce à Dieu, remercier les sénégalais. Parce personne n’avait cru cela pourrait arriver. D’autant que ce qui est bizarre, est que c’est l’équipe B qui les a battus. C’est les remplaçants qui les ont gagnés. Parce que jusqu’à présent beaucoup de sénégalais ne savent pas qui était la tête de liste officielle. Donc si l’équipe A, avait compéti où allons-nous ? », ironise-t-il.

Et de conclure « Pour dire que la défaite aurait du être grande pour eux si ce n’était pas quelques couacs, notamment l’intercoalition. Elle a bien marché mais ça restait un peu pour ce qui ne l’ont pas compris. Parce que si vous prenez quelque part comme Louga, ceux qui voté Wallu s’ils ne s’étaient pas trompés pour aller voter Yaw, c’est nous qui allons gagner Louga, avec plus de 2000 voix d’écart. C’est la même chose qui s’était passé à Mbour, à Bounkiling, également où si les militants de Yaw ne s’étaient pas trompés pour aller voter Wallu comme ils devaient le faire, ils allaient avoir un écart de 700 voix, donc  ceux qui voté Yaw alors qu’ils devaient voter pour Wallu font 900 ».

O G

Leave a reply