Pape Sagna Mbaye, ministre de la pêche et de l’économie maritime : « SCASA peut compter sur le gouvernement pour se déployer »

0
838

Le ministre de la Pêche et de l’économie maritime dit travailler en étroite collaboration avec son homologue du Commerce dans une dynamique d’implanter une usine de parketsing pour permettre à la Scasa de se développer. Il l’a dit hier, jeudi, au terme d’une visite qu’il a effectuée dans ladite société.

Le tout nouveau ministre de la Pêche et de l’économie maritime, Pape Sagna Mbaye, a effectué sa première visite de terrain à la société de conserverie en Afrique, spécialisée dans l’exportation du thon en boite Albacore, Patudo et Listao. Au terme de cette visite, le ministre s’est dit satisfait de ce qu’il a vu et entendu des travailleurs mais aussi des responsables de l’entreprise, surtout « En voyant les performances réalisées par les employés, notamment celles de Mme Niass comme l’atteste un ancien de la Sndcs qui renseigne que les performances de Mme Niass sont 8 fois supérieures aux performances qu’il y avait 30 ans en arrière ». Qui plus est, a-t-il relevé, il y a dans l’entreprise la productivité, la rigueur et le management de qualité qui incite les femmes à avoir des primes allant jusqu’à 300 000 FCFA par mois, en plus de leur salaire. Ce qui est motivant. D’ailleurs, dira-t-il, « je vois que l’entreprise respecte ses employés ». Fort de tout cela, le ministre a soutenu : « je considère que pour être compétitif, il faut avoir une large gamme cohérente et compétitive ». Evoquant cependant les contre-performances de la Scasa, il dira : « Ce qui manque à Scasa, c’est une usine de parketsing. Avec une usine de parketsing, les coûts de production seraient revus à la baisse ». Par conséquent, « l’entreprise serait compétitive et les prix revus également à la baisse ». Considérant dans la foulée que l’implantation d’une usine de parketsing au Sénégal serait une bonne chose, le ministre de la Pêche a signifié que « Scasa peut compter sur le gouvernement pour avoir l’assistance nécessaire, tant que la demande sera conforme aux textes et lois en vigueur dans ce pays ». Le ministre s’est dit par ailleurs d’avis que le Sénégal doit travailler beaucoup dans l’industrialisation pour créer de la richesse mais aussi de l’emploi pour les jeunes. A retenir qu’en dehors du poisson traité sur place, tout le reste des constituants est importé. Ce qui pèse extrêmement lourd sur les coûts de production.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply