Peine de mort dans le monde: Amnesty International constate une recrudescence

0
491

(Rfi.fr)- Dans son rapport annuel sur la peine capitale, rendu public ce mardi 16 mai pour l’année dernière, Amnesty International recense au moins 883 condamnés à mort ayant vécu leur dernier jour en 2022. C’est le plus haut niveau d’exécutions depuis 2017, du fait notamment de la situation dans certains pays d’Afrique du Nord et surtout du Moyen-Orient. Mais le petit nombre de systèmes judiciaires conservant cette pratique dans leur arsenal continue de diminuer.

• Un point sur le combat de l’abolition

En 1961, « à nos débuts », écrit l’organisation Amnesty International sur son site internet, « il paraissait improbable que la plupart des pays aboliraient la peine de mort ». Les exécutions capitales restent de nos jours une réalité concrète pour beaucoup de gens, et le rapport annuel de l’ONG demeure un outil précieux, à défaut d’être parfait, faute de transparence, pour le mesurer.

Mais chaque année, les motifs de réjouissance sont là, et 2022 ne fait pas exception. Au cours de l’année écoulée, malgré les sérieuses « ombres au tableau », « de remarquables progrès ont été effectués en termes de recul de la peine de mort », écrit Amnesty dans son rapport.

Le monde a continué indubitablement de s’éloigner de la peine capitale et seule une minorité de pays, de plus en plus isolés, ont eu recours activement à ce châtiment. Six pays ont aboli, entièrement ou partiellement, la peine de mort durant l’année.

Le Kazakhstan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Sierra Leone et la Républicaine centrafricaine l’ont bannie pour tout type de crimes. La Guinée équatoriale et la Zambie l’ont fait pour les crimes de droit commun. Le gouvernement de ce dernier pays « a pris la décision, la grande décision, d’en finir avec la peine capitale », déclarait le président Hakainde Hichilema, le 23 mai 2022, précisant que trente condamnations avaient été commuées en peines de réclusion à perpétuité.

Nous allons travailler avec le Parlement pour mettre en œuvre ce processus de transition vers l’arrêt de la peine de mort et privilégier la préservation de la vie et la réinsertion tout en continuant de rendre justice à toutes et à tous.

Alors que fin 2022, l’organisation non gouvernementale a recensé 112 pays ayant aboli le sentence ultime pour tous les crimes et neuf autres pour les crimes de droit commun dans le monde, cette « dynamique positive » se poursuit par ailleurs au Liberia et au Ghana, deux pays où les autorités ont annoncé que les condamnations à mort ne seraient plus appliquées.

« Des propositions de loi visant à abolir l’application obligatoire de la peine de mort ont en outre été présentées au Parlement malaisien », note enfin Amnesty International dans le communiqué de presse présentant son travail annuel.

Leave a reply