Politique agricole sous le régime de Senghor : «Les terres neuves», une initiative qui a porté ses fruits

0
469

Dans les années 70, pour décongestionner l’ancien bassin arachidier, le Président Léopold Sédar Senghor avait organisé  une migration dirigée des Sérères vers le Sénégal oriental. Cette nouvelle zone  a été dénommée «Terres neuves». Entre 1972 et 1982, 901 familles furent installées pour exploiter les terres arables de l’Est du Sénégal. Ce qui était un grand succès. Les rendements étaient multipliés par quatre ou plus par rapport aux terres dégradées du Sine.

Dans les années 1970, avec les cycles de sécheresse qui ont secoué le monde rural sénégalais, le gouvernement avait pris la décision de réorienter la politique agricole du pays, principalement dans la culture arachidière, qui était à l’époque la principale culture de rente, et les cultures céréalières, pour assurer l’autosuffisance alimentaire. Après des études effectuées dans le bassin arachidier (régions de Fatick, de Kaolack, Diourbel et de Kaffrine), il s’est avéré que les sols, appauvris par des décennies de monoculture arachidière imposée par la colonisation française, ne donnaient que de faibles rendements même avec une pluviométrie abondante.

C’est dans ce cadre que l’ancien Président Léopold Sédar Senghor et son gouvernement ont décidé de déplacer les populations des zones à revenu agricole faible vers celles fertiles et peu peuplées du Sénégal oriental, principalement dans la zone Sud de Koumpentoum et le Nord de l’arrondissement de Makacolibantang appelées plus tard les «Terres Neuves».

Cette politique de redéploiement vers ces nouvelles terres visait d’une part à décongestionner le bassin arachidier où la concentration de la population conjuguée à la dégradation des sols et à une pluviométrie aléatoire avait rendu les conditions agricoles difficiles, et d’autre part à limiter l’exode rural, notamment l’émigration vers Dakar. Le projet des  «terres neuves», est l’un des plus grands projets du Président Léopold Sédar Senghor dans le secteur de l’agriculture. Elles occupent, aujourd’hui, un espace constitué de plusieurs villages abritant une population hétérogène.

NDEYE AMINATA  CISSE

Comments are closed.