Prigojine assure ne pas avoir voulu renverser le régime de Poutine

0
493

Le chef du groupe paramilitaire Wagner a affirmé lundi dans un premier message audio après la fin de sa rébellion que son but était d’éviter d’être absorbé par l’armée russe.

Pour la première fois depuis qu’il a ordonné à ses hommes de faire demi-tour à moins de 400 kilomètres de Moscou samedi soir, Evgueni Prigojine a pris la parole. Onze minutes d’enregistrement audio diffusées lundi sur Telegram pour transmettre un message central: «Notre but n’était pas de renverser le régime existant et le gouvernement légalement élu. Pour le chef de guerre habitué des injures, le ton est presque conciliant. Wagner était sur le point d’être dissous et nous avons protesté contre cette décision, explique-t-il. De nombreux observateurs estimaient dès samedi que la mutinerie pouvait en effet avoir été déclenchée par une loi sur les volontaires annoncée mi-juin pour obliger les sociétés militaires privées à signer un contrat avec le ministère russe de la Défense avant le juillet. Cette disposition aurait privé le chef de guerre de toute son influence. Prigojine affirme avoir réuni ses commandants en conseil, qui auraient refusé à une quasi-unanimité de se plier à cette obligation. «Personne n’a accepté de signer un contrat avec le ministère de la Défense, tout le monde savait que ça équivaudrait à une perte totale de nos capacités de combat. Des combattants expérimentés seraient envoyés à la boucherie», lance-t-il. De manière assez contradictoire, Prigojine affirme aussi que ses hommes rassemblaient leur matériel.

«La marche a mis en lumière de graves problèmes. Nous avons bloqué toutes les unités sur notre route. »

Pour se préparer à le déposer publiquement devant le siège de l’armée russe à Rostov-sur-le-Don au 30 juin. Il maintient qu’ils ont été visés à ce mo- ment-là par une attaque russe, avec roquettes et hélicoptères, qui aurait fait environ 30 morts dans ses rangs. Aucune trace de cette attaque n’a pour le mo- ment été retrouvée, et le rassemblement de l’équipe- ment évoqué par Prigojine pourrait ressembler à la préparation de la mutinerie. 

Pour expliquer la fin impromptue de son coup de force, samedi en début de soirée, le mercenaire maintient le même récit. Ses hommes se seraient arrêtés quand le premier détachement d’assaut a dé- ployé son artillerie et commencé la reconnaissance de la zone. Il était alors évident que beaucoup de sang serait versé». Et, dit-il à nouveau, le but n’était pas de renverser le gouvernement, mais de «placer devant leurs responsabilités les officiers qui a travers leurs actes non professionnels ont commis un nombre massif d’erreurs. Comprendre, nous n’en voulions pas à Poutine mais à l’armée. La marche a mis en lumière de graves problèmes de sécurité dans le pays insiste-t-il. Nous avons bloque toutes les unités militaires qui se trouvaient sur notre route Sa version colle aussi au récit officiel, en mention- nant la médiation de l’autocrate bélarusse Alexandre Loukachenko, qui a tendu la main et a proposé de trouver des solutions pour la poursuite légale des travaux du groupe Wagner». L’accord négocié par ce dernier prévoyait l’exfiltration de Prigojine au Bélarus. Mais depuis son départ de Rostov sous les applaudissements, le mercenaire est invisible. Selon la chaîne Telegram Brief, il serait arrivé à Minsk, dans l’hôtel Green City. L’information n’a toutefois pas été confirmée.

Malgré les circonstances et son futur trouble, Prigojine n’a pu s’empêcher de crâner. «En vingt-quatre heures, nous avons parcouru la distance qui correspond à celle que les troupes russes auraient dû par- courir le 24 février 2022 pour atteindre Kyiv, dit-il. Si elle avait été menée par des hommes qui avaient le niveau d’entrainement, de sang-froid et de préparation de Wagner, l’opération spéciale n’aurait peut- être duré qu’une journée. Nous avons donné une masterclass de ce que le 24 février aurait dû être.»

Leave a reply