Wagner en Afrique, un sous-traitant bien trop utile pour Moscou

0
445

(Libération)- Malgré la rébellion avortée en Russie de la milice, le Kremlin ne se privera certainement pas de son outil d’influence préféré sur le continent africain. Mais le groupe de sécurité et de désinformation fondé par Prigojine pourrait perdre en autonomie.

A Bangui, Bamako ou Benghazi, la folle aventure d’Evgueni Prigojine et de sa révolte contre le Kremlin a été suivie heure par heure, samedi, avec stupéfaction et sans doute une profonde angoisse au sein des cercles dirigeants. Leur inquiétude n’est certainement pas dissipée. Depuis 2017, la compagnie de sécurité privée Wagner est devenue le bras armé de Moscou en Afrique : à travers l’organisation de Prigojine, la Russie a pris pied successivement en Centrafrique, en Libye, au Soudan, au Mozambique (d’où elle s’est rapidement retirée) et au Mali. Dans ces pays, Wagner loue bien entendu les services de ses mercenaires, mais mène aussi de redoutables campagnes de désinformation au profit des Etats ou des individus qui l’emploient. Dans certains pays, comme la Centrafrique, où elle dispose de 1 000 à 1 500 combattants, son emprise est telle que le groupe a gangrené l’économie, les médias, et jusqu’aux plus hauts échelons de l’administration. Maintenant que la rupture semble consommée entre Poutine et Prigojine, que va devenir son empire africain ?

L’épisode spectaculaire de la mutinerie va d’abord laisser des traces dans l’es- prit des partenaires de Wagner. Aucun des protagonistes du drame russe du week-end n’en ressort gagnant. Poutine et l’Etat russe ont été humiliés par une troupe de mercenaires capable de marcher sur Moscou pendant 600 kilo- mètres sans être arrêtés. De quoi écorner l’image d’homme fort du chef de l’Etat, particulièrement efficace en Afrique. Prigojine a lui- même critiqué la stratégie russe sur le continent: «Quand on combattait en Afrique, ils nous ont dit: « on a besoin de l’Afrique » et, après ça, L’Afrique a été abandonnée parce que tout dans sa diatribe contre le pouvoir, samedi. Mais il a surtout montré qu’il pouvait mordre la main qui l’a nourri, et trahir son maitre si ses intérêts le commandent, avec l’appui sans faille de ses hommes. Une source évidente de préoccupation pour ses clients africains.

«UN RÉSEAU D’INFLUENCE, EN CENTRAFRIQUE »

Le dénouement de la crise-avec la volte-face de Prigojine et son départ annoncé pour le Bélarus ne laisse rien présager, à ce stade, des conséquences sur les activités africaines du groupe. Elles ont nécessairement été discutées au cours des négociations, cependant, tant le continent est aujourd’hui central dans les opérations de Wagner. Parmi les scénarios envisagés, un retrait d’Afrique ou un démantèlement total de l’organisation, à court terme, apparaît improbable: grâce à Wagner, la Russie a évincé la France, rivale, de Centrafrique ou du Mali, et a gagné une influence géopolitique en Libye ou au Soudan. Mos cou, en quête de puissance sur la scène internationale, ne compte certainement pas y renoncer. Quand ils se sont retrouvés face à face avec des bandits, la Centrafrique et le Mali, abandonnes par les Fran- cats et les autres Européens, se sont tournés vers la compagnie militaire privée Wagner pour lui demander d’assurer la sécurité de leurs dirigeants», a raconté le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, lundi. «Hormis les relations avec Wagner, (…) à la demande de ces gouvernements, plusieurs centaines de militaires (russes] travaillent en qualité d’instructeurs. Naturellement, ce travail va continuer», a-t-il ajouté, au cours d’un entretien à la chaîne RT (Russia Today). «Je ne peux pas imaginer que Wagner quitte la Centrafrique d’un jour à l’autre, confirme Enrica Picco, directrice Afrique centrale à l’International Crisis Group. Ils ont construit un réseau d’influence et une machine d’exploitation des ressources naturelles bien rodes, Le groupe reste un outil très important pour Moscou, et pour l’empreinte russe sur le continent. »

Mais l’Etat russe ne peut pas non plus reprendre formellement la main sur les activités de Wagner, sauf à opérer un changement radical de doctrine. Pour Moscou, tout l’intérêt du groupe de Prigojine reposait sur le concept de plausible deniability – «démenti plausible», le fait de pouvoir agir à travers Wagner sans avoir à en assumer la responsabilité. L’affreux Prigojine pouvait endosser, voire parfois revendiquer les massacres commis par ses hommes, les fake news de ses organes de presse bidon et les deals mafieux passés pour prendre le contrôle des filières de l’or du bois ou du diamant centrafricains, par exemple. L’Etat russe pouvait prétendre officiellement que cela ne le regardait pas, même si personne n’était dupe. Une posture intenable si Wagner venait à être absorbé par l’armée ou l’administration russes.

Entre ces deux scénarios maximalistes, il existe toute une palette d’options et de possibilités pour la pour- suite des opérations semi- clandestines de la Russie en Afrique. Prigojine pourrait être maintenu à la 11 tête du groupe, mais cantonné exclusivement à la sphère africaine-il y a noué des relations personnelles avec les élites dans les pays où il opère, et prouvé ses talents de logisticien et d’organisateur.

Dans ce cas. Poutine ferait preuve d’une grande mansuétude… tout a fait inhabituelle. Plus probablement. il cherchera un ou plusieurs remplaçants, ainsi qu’à ses plus fidèles lieu- tenants. Wagner pourrait être réorganisé, renommé, replacé plus strictement dans l’orbite du Kremlin. Le groupe de Prigojine n’a en réalité jamais été une entité tout à fait auto- nome: sa logistique, par exemple, dépendait en grande partie des livraisons effectuées par les avions gros-porteurs de Famée russe. Wagner a toujours joué sur l’ambigüité des liens entre l’Etat russe et la société, rappelle Enrica Picco. Ces liens pourraient donc être facilement resserrés.

Les répercussions ne seront certaine- ment pas les mêmes d’un pays à l’autre. D’abord, car les clients de Wagner ont leurs agendas propres. Ensuite, car la formule Prigojine varie selon ses théâtres d’opérations. En Centrafrique, par exemple, premier pays où le groupe s’est implanté, Wagner tire sa fortune de l’exploitation des ressources naturelles. Au Soudan égale- ment, dans le secteur aurifère. Au Mali, au contraire, la société de sécu- rité privée semble jusqu’à présent intervenir à perte-alors que les risques y sont très élevés pour ses 1500 combattants, les jihadistes qu’ils affrontent ayant fréquemment le dessus sur l’armée malienne. Wagner y est implantée avant tout pour servir les intérêts géopolitiques de la Russie. Son maintien n’aurait pas de sens sans la tutelle de Moscou.

« LA LIBYE UN HUB LOGISTIQUE »

La Libye est le seul pays où la compagnie de Prigojine n’est pas déployée au service d’un Etat reconnu, mais d’un individu: le maréchal Haftar, qui a échoué à s’emparer du pouvoir par la force à Tripoli mais règne de facto sur la moitié orientale du pays. «Wagner dispose de 1000 à 1200 hommes, contrôle trois bases aériennes, est payé régulièrement, en cash et en carburant. La situation est calme, la Libye est un hub logistique très pratique, la pression américaine y est quasi nulle, détaille Jalel Harchaoui, chercheur associé au Royal United Services Institute for Defence and Security Studies. La Russie na aucune raison d’abandonner cette situation confortable. Depuis vendredi soir, aucun mouvement des combattants de Wagner-dans un sens ou dans l’autre n’a été observé sur le continent.

Leave a reply