Prise en charge sanitaire des consommateurs de drogues : les acteurs de la lutte plaident la révision du cadre juridique

0
351

Dans le cadre de ses activités annuelles de sensibilisation sur les drogues, l’Association Sénégalaise pour la réduction des risques infectieux chez les consommateurs de drogue injectable (ASRDR), en partenariat avec le centre national de lutte contre le sida (CNLS) et les autres acteurs de la Société Civile a organisé hier, jeudi 4 août, un panel sur la politique de lutte contre les drogues au Sénégal.

La consommation de drogue est punie par le code pénal du Sénégal. Cependant, les acteurs de la lutte contre le Sida travaillent pour aider ces derniers à s’en passer après avoir constaté que le taux de prévalence du Vih Sida reste élevé chez ces derniers qui consomment de la drogue injectable. Pour l’Association sénégalaise de réduction des risques (Asrdr) qui mène régulièrement sur le terrain des interventions de réduction de risques (RdR), on reste confronté dans le cadre juridique qui affaiblit les programmes d’interventions. En atelier, hier, jeudi 4 à Dakar, cette association en partenariat avec le Cnls et autres acteurs de la société civile ont tenu un panel sur la politique de lutte contre les drogues au Sénégal.

Dans cette réflexion, ces derniers demandent la révision de ce cadre juridique qui place le consommateur de drogue comme un délinquant alors que ce dernier n’est qu’une victime qui a besoin d’aide. Afin de faciliter l’accès aux soins de prévention et de traitement aux consommateurs de drogues, des plaidoyers se font très souvent à l’endroit des forces de sécurité pour un environnement social et juridique favorable aux consommateurs de drogues. Pour le Docteur Safiétou Thiam, secrétaire exécutive du Cnls,  « face à leur vulnérabilité, les consommateurs de drogue font partie des personnes prioritaires dans notre stratégie de prise en charge. Aujourd’hui, nous avons des centres de prise en charge pour ces derniers dans beaucoup de régions mais l’objectif est d’atteindre le maillage du territoire afin de leur offrir des soins mais aussi de les aider à sortir de leur vulnérabilité ».

Le professeur Idrissa Ba, directeur du Centre de prise en charge intégrée des addictions à Dakar (Cepiad) qui prend en charge toutes les addictions, a soutenu pour sa part que ces  personnes droguées ne sont que des victimes. « En tant que médecin, nous devons réfléchir ensemble pour les aider dans la prise en charge sanitaire mais aussi dans leur réhabilitation au sein de la société.  Ils doivent bénéficier de soins et d’aide mais dans cette démarche, le cadre juridique s’oppose à nous malgré que nous travaillons avec les forces de défenses faire baisser la prévalence de la consommation de drogue » a-t-il déclaré.

DENISE ZAROUR MEDANG

Leave a reply