Publication du rapport 2023 de l’Ofnac : Serigne Bassirou Guèye transmet 40 dossiers « secrets » à la justice

0
438

Le président de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC), Serigne Bassirou Guèye, a procédé le mardi 30 avril dernier à la publication du dernier rapport de son organe, celui de de l’exercice 2023. Dans ce document de 93 pages, l’Ofnac qui fait état de 53 plaintes et dénonciations dont 40 rapports d’enquête transmis à plusieurs autorités judiciaires chargées des poursuites, s’est illustré par un changement d’approche en se gardant cette fois-ci de divulguer l’identité des personnes impliquées dans des affaires de corruption et d’infractions connexes.

L’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) a publié le mardi 30 avril dernier, en mode fast-track, son deuxième et dernier rapport d’activités qui était en souffrance dans ses tiroirs. Il s’agit du rapport de l’exercice 2023 comme s’était engagé son président Serigne Bassirou Gueye le 23 avril dernier quand il disait que « tous les rapports seront publiés avant la fin du mois d’avril». Fort de 93 pages, ce document fait état de cinquante-trois (53) plaintes et dénonciations pour les faits de fraude et de mauvaise gestion, d’escroquerie et de litige foncier enregistrées au cours de l’année 2023 par le Bureau des plaintes et dénonciations (Bpd) dont trente-cinq (35) sous la forme de l’anonymat.

Selon l’ancien procureur de la République nommé depuis le 1er décembre 2022 à la tête de cet organe de lutte contre la corruption et les infractions assimilées au Sénégal, à la date du 31 décembre 2023, 40 rapports d’enquête ont été transmis à plusieurs autorités judiciaires chargées des poursuites et 12 finalisés avec des infractions telles que la fraude fiscale , le détournement de deniers publics et la corruption et devront être examinés prochainement par l’Assemblée de l’Ofnac pour délibération. Sur la répartition géographique de ces plaintes, l’Ofnac place la région de Dakar en premier avec vingt-cinq (25) cas, suivie de Thiès (neuf) et les autres régions comptabilisent des taux relativement faibles.

L’Ofnac débusque le scandale dans l’achat de kits de dialyse

Dans ce rapport 2023, l’Ofnac n’a donné de détails que sur quelques grands scandales parmi lesquels, celui de l’achat de kits de dialyse.  Instruite sur la base d’une dénonciation du porte-parole du Mouvement des insuffisants rénaux, Hamidou Diallo en 2019 qui faisait état des cas de détournements et de la surfacturation des kits de dialyse, l’enquête menée par le Département investigations (Dpi) dont les conclusions sont tombées après le décès du dénonciateur, a établi l’infraction de corruption passive et escroquerie à l’encontre de l’assistante-secrétaire de ICP. Et celle d’escroquerie portant sur les deniers publics à l’encontre de l’Administrateur de ICP. « Après avoir délibèré au cours de sa séance du 06 décembre 2023, l’Assemblée des membres a décidé́ à l’unanimité́, la transmission du rapport d’enquête, au Procureur de la République de Dakar », souligne le rapport qui précise que les enquêteurs dans le cadre de cette affaire ont également visé X en vue de l’approfondissement des investigations sur toute autre personne susceptible d’entre impliquée dans l’affaire.

Faute de gestion, escroquerie portant sur les deniers publics et détournement de deniers publics, les infractions les plus visées dans les rapports d’enquête transmis à l’autorité judiciaire

Dans ce document de 93 pages divisé en six sections, Serigne Bassirou Gueye et Cie ont tenu à exposer les infractions fréquemment visées dans les rapports d’enquête soumis à la validation de l’Assemblée des membres de l’Ofnac en vue de leur transmission éventuelle au Procureur de la République. «En 2023, l’on constate que la faute de gestion (07), l’escroquerie portant sur les deniers publics, le détournement de deniers publics (04) et la corruption (03), pèsent pour 54%, soit plus de la moitié des infractions relevées. L’association de malfaiteurs (02), l’enrichissement illicite (02), l’escroquerie (02), la fraude fiscale (02) et la gestion de fait (02) suivent pour 30%. En termes de répartition sectorielle, l’Administration a été visée six (06) fois dans les affaires résolues en 2023, soit 50% du total», souligne le rapport 2023.

 

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply