RDC : 3 morts dans des bombardments à Sake, le M23 avance toujours

0
170

Un groupe de rebelles a bombardé un camp de déplacés dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, tuant trois civils et en blessant huit autres, a déclaré mardi un groupe de la société civile locale, alors que la violence dans la région touchée par le conflit a déclenché des protestations et qu’un groupe humanitaire a averti que des milliers de personnes sont confrontées à un accès limité à l’aide.

Un groupe rebelle qui aurait des liens avec le Rwanda voisin a bombardé lundi le camp de Zaina, situé à plus de 16 km de la ville de Goma, a déclaré Wete Mwami Yenga, un responsable de la société civile. Ce bombardement fait suite à plusieurs jours d’attaques menées non loin de la ville.

Les rebelles du M23 n’ont pas revendiqué l’attaque mais ont semblé confirmer mardi qu’ils se dirigeaient vers la ville de Sake, proche de Goma. Le gouvernement congolais et les experts des Nations unies ont déclaré que le groupe M23 recevait un soutien militaire du Rwanda, bien que ce pays le nie.

« Le M23 vient pour les libérer et les protéger de l’artillerie lourde », a déclaré le porte-parole du groupe, Lawrence Kanyuka, en référence aux combats en cours avec les forces de sécurité congolaises.

Des milliers de personnes ont fui leurs maisons pour se réfugier à Goma ces derniers jours, alors que les combats s’intensifient et que les hôpitaux de la ville sont remplis de civils blessés, dont beaucoup ne bénéficient que de soins médicaux limités.

« Le fait que je sois allongé sur ce lit d’hôpital ne me rend pas service », a déclaré Ushindi Soleil, un père de dix enfants blessé qui reçoit des soins dans l’un des hôpitaux. « J’ai dix enfants, ils souffrent », a déclaré Soleil.

Plus d’un million de personnes ont été déplacées par le conflit depuis novembre, a déclaré mardi l’organisation humanitaire Mercy Corps. Ce chiffre s’ajoute aux 6,9 millions de personnes qui ont déjà fui leurs foyers dans le cadre de l’une des plus graves crises humanitaires au monde.

Le groupe a averti que les routes principales autour de Goma ont également été coupées par les tirs et les bruits d’artillerie. « Les agences humanitaires sont maintenant aux prises avec des décisions quotidiennes pour savoir où et quand il est sûr de fournir de l’aide, alors que des rapports font état de travailleurs humanitaires pris entre deux feux », a déclaré Emilie Vonck, directrice nationale de Mercy Corps au Congo.

Furieuses du conflit, des centaines de personnes ont manifesté lundi à Kinshasa, la capitale du Congo, en ciblant les ambassades étrangères qu’elles accusent de ne pas soutenir le pays pour mettre fin à la violence.

La plus haute responsable de l’ONU au Congo, Bintou Keita, a condamné ces manifestations qu’elle a qualifiées d’« inacceptables ». Les forces de maintien de la paix de l’ONU, que le gouvernement congolais a jugées inefficaces dans le pays, continuent de quitter le pays avant la date limite de décembre.

Sur son lit d’hôpital à Goma, Feza Bongongwa, une femme enceinte blessée la semaine dernière lors d’une des attaques, a plaidé pour la fin du conflit.« La chose la plus importante est de nous aider à mettre fin à cette guerre », a déclaré Mme Bongongwa. « Le M23 nous fait souffrir. »

Leave a reply