Réalisations et impacts de puma, Pudc, Promovilles, Pacasen, etc. : équité et territorialisation des programmes «en marche» !

0
1113

En Conseil des ministres qu’il a présidé, le mercredi 22 février 2023, le président de la République, Macky Sall, a demandé au Premier ministre, Amadou Ba, de « Faire l’état des lieux exhaustif des réalisations de l’Etat dans chaque commune, mais aussi finaliser un plan d’actions annuel consolidé des interventions des programmes de développement territorial des programmes du PUDC, PUMA, PACASEN urbain et rural, PROMOVILLES ». Sud Quotidien a voulu en savoir un peu plus sur les différentes réalisations saillantes de ces programmes et leurs impacts sur le vécu des populations locales (désenclavement, accès à l’eau, électricité, et autres…) dans quelques localités de l’intérieure du pays. Ainsi, alors qu’à Saint-Louis des réalisations palpables sont notées dans les villes et les localités les plus reculées de la région, à Mbour, PROMOVILLES a positivement contribué à l’amélioration de la mobilité urbaine et de l’éclairage public. 

SAINT-LOUIS – PUMA, PUDC, PROMOVILLES, PACASEN, ETC.

Des réalisations palpables notées dans les villes et les localités les plus reculées

Dans un Comité régional de développement (CRD) spécial qu’il a présidé à Saint-Louis, au mois de décembre 2020, le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement du Territoire d’alors, Oumar Guèye, avait laissé entendre que les programmes comme le PNDT, le PUMA, le PACASEN, le PUDC et le PROMOVILLES, mis en œuvre par le président de la République, Macky Sall,  concourent à régler le problème de déséquilibre au niveau territorial. 

«De 2012 jusqu’à nos jours,  on voit comment le pays est en train d’évoluer dans le bon sens, en termes d’infrastructures. En 2012, nous n’avions que 32 kilomètres d’autoroute ; nous en avons 225 maintenant. En 2012 toute notre production en termes d’énergie, c’était 500 mégawatts ; maintenant nous avons dépassé les 1300 mégawatts. Vous avez vu comment notre production agricole évolue. En 2016, l’arachide, on parlait de 992.000 tonnes ; aujourd’hui, on est à 1.800.000 tonnes. Et pour le riz, on est  à 1.400.000 tonnes»,  a énuméré le ministre Oumar Guèye, revenant sur les réalisations des différents programmes de développement territorial de l’Etat.

Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Urgence de Modernisation des Axes et Territoires frontaliers (PUMA), l’Adjoint au Gouverneur chargé du Développement, Modou Mamoune Diop, le Secrétaire général du ministère du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale et le Coordonnateur national du Puma, Moussa Sow Walaldé, ont inauguré au mois de juillet 2022, le Poste frontalier mixte de Demette, la Sous-Préfecture de Cas-Cas (il reste la finition de quelques travaux), le Poste frontalier de Dioudé-Diabé, la Sous-Préfecture de Saldé (et le logement du Sous-Préfet).

Également, depuis 2012, le réseau routier et de pistes de production a atteint un taux sans précédent sur l’étendue du département de Podor. De la construction de la route de l’Île à Morphil (tronçon Ndioum-Halwar-Déméth) à la réhabilitation de la route nationale entre Ndioum et Thilogne, sans omettre la réhabilitation du tronçon Tarédji–Podor et la construction de nombreuses pistes se rattachant aux routes principales, les populations ont déjà fait de leurs difficultés de déplacement un vieux souvenir. Les trois zones géographiques différentes faisaient que les populations éprouvaient beaucoup de difficultés pour leur déplacement. Les populations du Diéri avaient du mal à rejoindre l’axe de la route nationale où se trouvent les chefs-lieux de commune et les services déconcentrés de l’État.

Depuis 2012, l’État a augmenté considérablement le nombre de pistes de production. Aujourd’hui, les gros villages du « Diéri » sont reliés, par deux pistes, à des localités différentes de l’axe. Le projet de la grande piste, reliant toutes les localités du Diéri de la commune de Boki Dialloubé et au-delà, va désenclaver la zone du Haut-Diéri.

Si les nombreuses pistes ont permis le désenclavement du Moyen et  du Haut-Diéri, la grande réalisation  est la construction de la route de l’Île à Morphil. Une grande prouesse du régime actuel car la construction de cette route est une doléance qui date du régime de Léopold Sédar Senghor. Avec la fin des travaux du tronçon Ndioum-Halwar-Déméth et le début des travaux des deux tronçons Diattar-Halwar et Déméth-Cas-Cas qui compléteront la route, c’est toute une zone qui se réjouit.

La livraison, depuis un certain temps, des tronçons Pété-Saldé-Madina Ndiathbé et Ndioum-Halwar-Déméth a soulagé les populations des tracasseries de déplacement dans la zone appelée couramment « Hakkundé Maadié » (entre les fleuves, en Pulaar). Les obstacles levés, les bus qui font la navette entre Dakar et les localités de l’Île à Morphil accroissent. De même les arrêts à destination de ces localités s’agrandissent comme à Ndioum, Pété et Madina Ndiathbé.

La construction des tronçons Diattar-Halwar et Cas-Cas-Déméth et des ponts de Guédé-Village et de Nianga contribuent à rendre le désenclavement de l’Île à Morphil effectif. Le réseau routier du département de Podor avait besoin de réhabilitation. Le tronçon croisement Tarédji-Podor, distant plus 22 km, était dans un état défectueux. Aujourd’hui, cette route est dans un bon état, au grand bonheur des populations.

Avec le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC), la Commune de Fass-Ngom a vu 5 de ses villages être connectés au réseau électrique. Il s’agit, en effet, des villages de Ngui-Ngui, Khataly, Fass-Peulh, Mbathiass Dièye et Mbirane Gaye.

Au terme de sa tournée effectuée à Saint-Louis, au mois de novembre 2022, Mme Sow Astou Diokhané, Coordonnatrice nationale de ce programme Promovilles, a révélé qu’une enveloppe globale de 7 milliards de FCFA a été injectée dans l’ancienne capitale de l’Afrique occidentale française (AOF) par le Promovilles, dans le cadre de la mise en œuvre, depuis 2018, de ses projets, portant sur les aménagements connexes, paysagers et sur la voirie. Elle a précisé que ce programme a, en un temps record, changé le visage de la commune, en réalisant 11,5 km de routes bien aménagées dans les rues, ruelles et artères de la ville tricentenaire, «dont les effets positifs sont très visibles, surtout dans le faubourg de Sor, notamment à Cité Niakh et à Médina Marmial, où les populations n’ont plus de problèmes pour vaquer tranquillement à leurs occupations durant la période hivernale».

YVES TENDENG 

Leave a reply