Réforme de la gouvernance mondiale : Dakar milite pour une position africaine commune

0
473

(APS) – Le Sénégal, par la voix de son ministre en charge des Sénégalais de l’extérieur, Annette Seck Ndiaye, a réitéré, vendredi, son engagement à promouvoir une position africaine commune sur un certain nombre de sujets et à accentuer le plaidoyer en faveur d’une meilleure représentation du continent dans les cercles décisionnels du monde.

‘’Le Sénégal réitère son engagement à promouvoir la position africaine commune et à poursuivre son plaidoyer pour une Afrique mieux représentée dans les cercles décisionnels, comme c’est le cas aujourd’hui avec l’adhésion de l’Union Africaine (UA) au G20’’, a-t-elle notamment déclaré.

Elle intervenait au nom du chef de l’Etat sénégalais, lors du 5e sommet consultatif du Comité des dix chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies. La rencontre était organisée à Oyala, en Guinée Equatoriale.

Dans son discours, dont copie est parvenue à l’Agence de presse sénégalaise, Annette Seck Ndiaye, a réaffirmé l’intérêt particulier que le président Macky Sall accorde à la réforme de la gouvernance mondiale, particulièrement celle du Conseil de sécurité des Nations Unies occupe une place prépondérante.

‘’Le Sénégal reste foncièrement convaincu que la réussite du processus est une condition sine qua non pour substituer une gouvernance mondiale juste et équitable au système international actuel’’, a de nouveau précisé Annette Seck Ndiaye.

Elle a insisté sur le fait que la réussite de cette réforme de la gouvernance mondiale dépendait fondamentalement de l’impératif de réparer l’injustice historique faite à l’Afrique, seul continent absent de la catégorie des membres permanents et sous-représenté dans celle des membres non permanents, en dépit de sa place centrale dans l’agenda du Conseil.

‘’Le repère du Sénégal demeure la position africaine commune (PAC), formulée dans le Consensus d’Ezulwini et la Déclaration de Syrte, par laquelle l’Afrique réclame deux sièges de membres permanents, avec droit de veto, si celui-ci est maintenu, et deux sièges additionnels non permanents pour toute nouvelle configuration du Conseil de Sécurité’’, a rappelé la ministre en charge des Sénégalais de l’extérieur.

Leave a reply