Résurgence des tentatives de remise en cause de l’ordre constitutionnel : la Fondation OSIWA condamne et appelle à une « transition courte, inclusive et efficace »

0
438

La situation en Afrique de l’Ouest, notamment la résurgence des tentatives de remise en cause de l’ordre constitutionnel, à travers une série de coups d’Etats sans oublier la situation sécuritaire dans le Sahel qui se dégrade de jour en jour, préoccupe au plus haut niveau la Fondation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA). Dans un communiqué rendu public ce jour, samedi 26 février 2022, ladite fondation a lancé une invite à l’ensemble des acteurs pour un retour des normes et principes démocratiques.

« Nous appelons la communauté internationale, l’Union Africaine, la CEDEAO et les chefs des Etats et gouvernements des pays membres, les autorités des transitions, les partis politiques et les organisations de la société civile, chacun en ce qui le concerne, à œuvrer pour une transition courte, inclusive et efficace au Burkina Faso, en Guinée et au Mali », peut-on lire sur la note de OSIWA qui estime que le fondement principal de cette situation reste « les aspirations non réalisées des citoyens« .

Pour autant, elle condamne toutes les formes de manipulation constitutionnelle et de coups d’Etats connus dans la région qui, selon elle, « marquent des ruptures inacceptables dans la vie démocratique avec d’énormes risques de déstabilisations et d’installation de crises cycliques, minant la sécurité et les perspectives des populations« .

À la communauté internationale, OSIWA demande « à rester vigilants et à se montrer fermes en cas de tentatives de prolongation sine die des transitions, d’intimidations et de violences contre la société civile et les partis politiques et, de non-respect de la limitation des mandats. En outre, les solutions de sortie de crise doivent être basées sur des initiatives locales qui seraient plus efficaces et plus adaptées. »

Il en est ainsi de la CEDEAO  laquelle il a été demandé de « privilégier le dialogue dans la résolution des crises en cours, à apporter une assistance technique aux transitions et, à accélérer la réforme de l’institution et de son protocole additionnel sur la démocratie et la gouvernance ».

Quant aux autorités de transition, la fondation OSIWA les invite « à créer les conditions pour une réforme profonde des constitutions, des lois et des institutions en vue de l’organisation rapide des élections de fin de transition. Elles doivent en outre garantir la participation libre et effective de la société civile et des partis politique à la vie démocratique ».

Aux membres de la société civile OSIWA les exhorte à « continuer à jouer pleinement leur rôle de veille, d’alerte, d’information et de mobilisation afin d’éviter d’autres abus et des tendances autoritaires pendant cette période« .

 

Comments are closed.