Saint-Louis – projet de loi d’amnistie : le Collectif des Universitaires pour la Démocratie dit Niet et interpelle le Conseil constitutionnel

0
257

L‘Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis a abrité avant-hier, samedi 2 mars 2024, la 2ème veillée citoyenne à l’initiative du Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD). Le but était de parler à la communauté universitaire de la crise qui affecte lourdement aujourd’hui toute la République et le monde universitaire en particulier. Composé de plus de 300 membres, ce collectif se dit contre l’adoption d’une loi d’amnistie et invite le Conseil constitutionnel à rendre une décision complète. 

 

C’est une veillée citoyenne qui a démarré à 21 heures, jusqu’à minuit, qui s’est tenue au niveau de l’esplanade de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis. À en croire Ferdinand Diène Faye, Maître de Conférence à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar et membre du Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD),  celle-ci avait pour objectif de réunir les étudiants, leurs enseignants et le personnel administratif et de service de cette université de Sanar et de discuter avec eux à propos de la crise actuelle qui sévit dans le pays.

«C’est une crise qui affecte lourdement toute la République et le monde universitaire en particulier. Nous irons dans toutes les universités pour parler à la communauté universitaire de ce sujet», a-t-il précisé, avant de rappeler le bilan macabre de cette université de Saint-Louis où «deux (02) étudiants sont décédés alors qu’ils exprimaient démocratiquement et librement leur opinion sur la manière dont le pays est géré».

Il a indiqué que l’objectif du Collectif des Universitaires pour la Démocratie, c’est de repartir dans les universités et de faire force ensemble, afin de pouvoir contribuer dans la lutte pour la restauration de la République et de l’État. Fort de plus de 300 membres, tous des universitaires sénégalais d’ici et d’ailleurs, ce collectif a exprimé son désaccord quant au projet de loi d’amnistie proposé par le président de la République Macky Sall.

Selon eux, les familles de victimes ne doivent pas rester sans justice. «Le Sénégal a tout donné au président Macky Sall qui a gouverné pendant 12 ans. Aujourd’hui, alors que les Sénégalais devraient se retrouver pour désigner son successeur, il a décidé que les choses ne se fassent pas ainsi. Il a décidé que des Sénégalais puissent être torturés, maltraités, que leurs vies soient brisées, que des femmes soient interpellées et mises dans des conditions inacceptables», s’est-il indigné, en rappelant que ce combat n’est nullement politique ni partisan, mais plutôt pour la République et pour le pays. D’où leur invité à ce que le Conseil constitutionnel puisse rendre une décision complète.

YVES TENDENG 

 

Leave a reply