Saly-portudal : prévention contre les maladies zoonotiques et la résistance aux antimicrobiens : des femmes vétérinaires à l’école de la biosécurité et de la biosûreté

0
221

Un atelier de formation des femmes vétérinaires sur la Biosécurité et la Biosûreté pour la prévention contre les maladies zoonotiques et la résistance aux antimicrobiens a démarré hier, mardi 23 août à Saly-Portudal. Madame Bintia Stephen Tchicaya représentant le coordonnateur sous-régional de la Fao, au nom du Directeur Général de la Fao, le docteur QU Dongyua a rappelé, «l’engagement du Sénégal dans le cadre d’une coopération dynamique pour la transformation des systèmes agroalimentaires afin chacun, partout, ait accès à une alimentation suffisante, abordable, sûre et nutritive pour mener une vie active et saine».

Elle a rappelé que l’égalité des sexes reste essentielle pour l’atteinte des objectifs de la Fao pour un monde libéré de la faim, de la malnutrition et de la pauvreté.

Dans son discours, Madame Bintia Stephen Tchicaya représentant le coordonnateur sous-régional de la Fao a indiqué que ’’pour mieux asseoir sa politique sur l’égalité des sexes (2020-2030), la FAO a élaboré à cet effet une brochure intitulée «Comprendre et intégrer les questions de genre» dans les projets et programmes d’élevage afin de faciliter l’analyse comparative entre les sexes dans les projets et programmes du secteur de l’élevage».

 L’identification des contraintes auxquelles sont confrontés les petits exploitants agricoles, principalement les femmes pour le petit cheptel facilitant la conception des projets et des programmes. Ils abordent les défis rencontrés par les femmes et les hommes dans l’accès, le contrôle et la gestion du petit cheptel et de l’élevage laitier.

Selon Madame Tchicaya, l’apport des Femmes s’activant dans le secteur de l’Elevage en général et des Femmes vétérinaires en particulier s’inscrit dans la dynamique de protection de la santé publique et de la sécurité alimentaire. Ceci atteste dès lors, de leur contribution avérée aux efforts visant à réduire les vulnérabilités à la sécurité alimentaire et aux menaces d’origines infectieuses, physiques, chimiques, naturelle et ou intentionnelle.

Selon la représentante de la Fao, le Sénégal a adopté le Règlement sanitaire international (Rsi 2005) et s’est soumis aux différentes évaluations externes conjointes globales ou sectorielles notamment l’outil d’évaluation des performances des services vétérinaires (PVS).

Selon elle, elles ont permis de prendre connaissance des gaps dans la santé publique globale. ‘’Aussi, compte tenu des scores faibles attribués au pays en matière de Biosécurité et de Bio-sûreté, la Fao avec l’appui de l’Usaid compte apporter son soutien technique et financier pour résorber les différents écarts identifiés’’.

Samba Niébé BA

Leave a reply