Sédhiou – marche pacifique du Pakao contre le vol de bétail les nouvelles autorités appelées à prendre le taureau par les cornes

0
50

Nombreuses étaient hier, dimanche 28 avril 2024, les populations de plusieurs villages du Pakao à investir la rue pour décrier et dénoncer la récurrence du vol de bétail dans leur terroir. Les manifestants qui arboraient des brassards rouges et scandant des slogans appelant à la justice, interpellent les nouvelles autorités du pays à mettre en branle les mesures hardies contre le phénomène à la fois appauvrissant et ouvrant le chemin du désespoir comme la migration irrégulière.

La commune de Sakar, située sur l’axe Sédhiou/Kolda, était hier, dimanche, le point de convergence de plusieurs centaines de personnes venues des différents villages de ce terroir du Pakao, dans l’Est de Sédhiou. Ensemble, ils ont marché de la sortie Est à l’Ouest du village, brassards rouges bien noués, pour décrier la récurrence du vol de bétail.  «Nous avons initié cette marche pacifique, avec l’ensemble des villages du Pakao, pour dénoncer le vol de bétail qui est un phénomène gravissime dans nos collectivités territoriales. L’année dernière, ils ont volé plus de 900 têtes de bœufs dans nos villages que sont Sakar, Mankonong, Oudoucar, Diana Malary, Diana Bah, Samet Kanta, Kolibantang, entre autres. A cela s’ajoutent les petits ruminants. C’est une situation intenable et nous, populations, nous, éleveurs, nous nous indignons de cela et interpellons les autorités pour trouver une solution idoine à ce mal»,  a déclaré Khalifa Ndiaye, l’un des porte-parole des manifestants. Et de poursuivre, sous les ovations de la foule, «puis que le vol de bétail est criminalisé, il revient à l’Etat du Sénégal de ne pas transiger sur des cas de vol. Car, il arrive de voir un coupable, car pris en flagrant délit de vol avec une arme, recouvrer la liberté et se bombant le torse sous nos yeux. Il y a lieu également de contrôler la circulation des tricycles ainsi que l’ouverture des boucheries clandestines notamment ici à Sakar», dit-il.

Ce vol massif de bétail aux allures d’une véritable razzia est d’autant plus inquiétant que les auteurs détiennent des armes à feu dont ils n’hésitent point à se servir, en cas de menace, a signalé Khalifa Ndiaye. «Effectivement, ce sont des voleurs qui sont souvent bien armés et n’hésitent pas à ouvrir le feu sur nous, bergers. Il est temps que cela cesse. Le paradoxe, c’est que le berger qui blesse un voleur avec une arme s’expose à de lourdes peines»,  a souligné Khalifa Ndiaye, l’un des porte-paroles.

LE VOL DE BETAIL OUVRE LA VOIE A TOUS LES VICES

Outre le caractère appauvrissant, ce phénomène ouvre également la voie à la migration irrégulière, selon les manifestants. «On demande à l’Etat de nous aider à proscrire le vol de bétail. Car il est inadmissible de voir, revoir un vol, alors qu’il est censé purger sa peine en prison. Cela développe un sentiment d’injustice et de revanche ; c’est pourquoi nous exhortons les pouvoirs publics à renforcer la vigilance contre toutes ces pratiques. Ce phénomène appauvrit la population et ceux qui en ont ras-le-bol bradent tout simplement leurs bœufs, pour payer le voyage de leurs fils pour l’Europe via les routes irrégulières», dixit la conseillère départementale, Mme Maïmouna Ba présente à la manifestation.

Venu de son Niagha natal, vers la frontière avec la Guinée-Bissau, Moussa Mballo, un autre éleveur, interpelle les pouvoirs publics. «Ces dernières années, les voleurs ont tué au moins quinze (15) bergers dans leur troupeau et emporté leurs bêtes à la frontière entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. Il revient au gouvernement de respecter l’austérité des sanctions contre le vol de bétail déjà criminalisé». Cette marche s’est déroulée dans la plus grande discipline et sans aucune présence manifeste des Forces de défense et de sécurité. Mais le ton est resté permanemment ferme contre le vol de bétail.

Moussa DRAME

Leave a reply