Sénégal-culture : des artistes indignés contre les ’’manquements’’ du Dak’art

0
260

(APS) – Un collectif d’artistes visuels dont le peintre Viyé Diba s’indigne « des manquements graves » relevés lors de la 14e Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’art, 19 mai-21 juin), édition notamment ternie par ’’la vandalisation » de certaines œuvres d’art’’.

« Il nous a été donné de constater des manquements graves sur plusieurs aspects, notamment logistique, technique, sécuritaire, management, communication entre autres », a déclaré l’artiste Ousmane Dia, porte-parole du « collectif des indignés de l’organisation du Dak’art 2022″.

Des œuvres présentées dans le cadre de l’exposition internationale, volet ’’In’’ du Dak’art tenu l’ancien palais de Justice de Dakar, ont été vandalisés, a souligné Dia, leur porte-parole.

’’Six téléphones portables de l’œuvre de l’artiste sénégalais résident en Suisse, Mbaye Diop, ont été volés, et l’œuvre de Caroline Guèye vandalisée. Ce sont des œuvres primées lors de cette édition de la Biennale. Ces manquements sont inadmissibles », dénonce Ousmane Dia, résident en Suisse.

Le « collectif des indignés de l’organisation de la 14e Biennale de Dakar » relève aussi des manquements dans le projet « Doxantu », du nom de cette exposition à ciel ouvert sur la corniche Ouest de Dakar, qui a réuni plusieurs artistes sénégalais et étrangers.

Les membres dudit collectif ont aussi évoqué « des problèmes de sécurité », une partie de l’œuvre du peintre Viyé Diba ayant été volée et celle de l’artiste américain d’origine jamaïcaine Yrneh Gabon endommagée.

Au total, le collectif des indignés de la 14e Biennale de Dakar a listé une trentaine de manquements de divers ordres à l’organisation de ce rendez-vous.

« Je pense que les artistes constituent une couche de notre société qui mérite le respect », a souligné leur porte-parole.

Il estime que pour autant, « personne ne peut nier les efforts déployés par l’Etat du Sénégal », en termes notamment de mobilisation des ressources financières au profit du Dak’art.

« L’Etat a déboursé 2 milliards de francs CFA pour cette édition 2022 de la Biennale, en plus de l’apport des nombreux sponsors. Il y a de quoi donner un succès retentissant à cette 14e Biennale qui a eu quatre ans pour se préparer », a relevé Ousmane Dia.

Le collectif compte déposer une lettre auprès du chef de l’État et saisir l’OFNAC, l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption, pour un audit de l’organisation du Dak’art 2022.

’’Des œuvres victimes de leur succès »

En attendant, il invite à la réflexion autour de « cet épineux problème » de l’organisation de la Biennale de Dakar, afin de parvenir « des recommandations fortes » à l’autorité.

La secrétaire générale de la Biennale de Dakar, Marième Diop, interrogée sur les griefs de ce collectif, a apporté des réponses à certains des points soulevés.

Elle estime par exemple que les œuvres de Caroline Guèye et de Mbaye Diop ont été « victimes de leur succès ».

« Pour le cas de Mbaye Diop, il a été constaté le vol de portable, c’est un menu larcin et ils ont été remplacés tout de suite après. Quant à Caroline Guèye, il ne s’agit pas d’œuvre vandalisée, mais son installation a été victime de son succès. C’est le fait d’enfants croyant que le tunnel miroir pouvait être franchi. Ils ont cassé le miroir, heureusement ils ne se sont pas fait mal », a expliqué Mme Ba.

S’agissant de l’œuvre de Viyé Diba, elle signale qu’aucune déclaration de vol n’a été faite à ce sujet, ajoutant que concernant l’artiste Ivoirien Jems Koko Bi, il a de lui-même renoncé à exposer son œuvre, en raison de ’’problèmes de sécurité’’ liés au premier emplacement retenu, à savoir Soumbédioune.

Marième Ba assure que les services de la gendarmerie, les sapeurs-pompiers, le Samu national et les services de santé ont été mobilisés durant toute la durée de la Biennale pour assurer la sécurité.

 

 

Leave a reply