Sénégal – Pays-Bas : 0-2 : les bonnes et mauvaises notes d’un premier échec

0
149

La défaite du Sénégal face aux Pays-Bas n’est pas à jeter totalement dans les oubliettes. Par contre, Aliou Cissé devra même la prendre pour une boussole qui l’oriente pour le reste de la compétition. Pour cela, il faudra se poser les bonnes questions et prendre des notes bonnes ou mauvaises, en guise de viatique pour la suite.

La progression d’une équipe passe parfois par une défaite. Celle concédée par le Sénégal face aux Pays-Bas (0-2) pour son entame dans ce tournoi de la Coupe du monde devrait mener les «Lions» à un sursaut d’orgueil. Et pour cela, un diagnostic sans complaisance s’impose. Au grand bonheur du «Sénégal du foot». Ca commence par passer en revue le match du lundi pour sortir les notes du match. Certaines sont bonnes et à consolider, d’autres le sont moins. Il faudra les corriger. Car le Sénégal devra être prêt contre Qatar. On sait déjà que le match sera important. Il peut même être décisif. Tout dépend de l’autre affiche du groupe, Pays-Bas – Equateur. Il faudra plonger dans les notes du match pour essayer de rectifier le tir ce vendredi. Le cas contraire, une élimination prématurée sanctionnera cette deuxième phase de poule d’une coupe du monde disputée par Aliou Cissé.

Les bonnes notes

LE SYSTEME DE JEU

Oui pour le 4-2-3-1

Le 4-2-3-1 (ou 4-3-3 pour certains) qui est le système préféré de Cissé depuis presque sa prise de fonction à la tête des «Lions» est à adopter définitivement dans cette compétition. C’est vrai, la plupart des techniciens pensent que le système importe peu. Pour eux, c’est l’animation qui compte. En attendant de corriger quelques errements notés dans l’animation surtout offensive, il va falloir l’adopter. Car les «Lions» ont fini par s’y sentir à l’aise. Et ce n’est pas l’absence de Sadio Mané qui a mis en péril cette disposition tactique. Certes il faut reconnaître que Krépin et Ismaila Sarr n’ont pas joué pleinement leur rôle de détonateurs mais ce n’est pas faute de positionnement. Ils ont été trop timides dans leur jeu et surtout dans leur prise de responsabilité.

COULOIR GAUCHE

Ismaila Jacobs validé

Le staff des «Lions» a été intelligent de laisser Ismaila Jacobs dans le bain de la Tanière quand sa naturalisation sportive a été compromise. Aussitôt rétabli dans ces droits par le Tas avec effet immédiat, le Monégasque a été intégré dans le groupe des «Lions». Et quand son heure a sonné à la 61e mn suite à la blessure d’Abdou Diallo, Jacobs n’a pas eu froid aux yeux. Mis à l’épreuve dès sa première touche de balle par l’attaque hollandaise, il gagne son duel et entre de la meilleure manière dans le match. Intenable dans les phases défensives, il cherchera à être plus utile offensivement quand il aura fini de bien s’installer dans le onze du Sénégal. Car ses trente minutes passées sur le terrain contre les Pays-Bas lui donnent un quitus valable pour prendre le couloir gauche des «Lions» au moins pour le reste de la compétition. Et si Abdou Diallo revient de blessure, il essaiera de reprendre sa place dans la charnière centrale.

AXE CENTRAL

Pape Abou Cissé en attendant…

C’est vrai qu’il n’a pas été exempt de reproche sur le premier but hollandais. Au lieu d’aller au charbon sur Gakpo, il s’est limité à lever la main pour réclamer un hors-jeu imaginaire. N’empêche, dans l’ensemble il a tenu un match correct. Dur sur l’homme, il sera appelé juste à mieux se calmer et à surtout soigner ses relances. Pressenti pour dépanner encore contre Qatar puisque Abdou Diallo est forfait (journal Record), Pape Abou Cissé pourrait encore gagner de la confiance et rendre une copie plus propre qui fera de lui un candidat sérieux dans la charnière centrale des «Lions»

Les mauvaises notes

ANIMATION DU JEU

Un triangle, même profil

Si le système du 4-2-3-1 peut être bon pour l’équipe nationale lors de ses prochaines sorties, il faudra à Aliou Cissé et son staff  mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Avec un triangle composé de Nampalys, Kouyaté et Gana Gueye, on ne peut pas s’attendre à une animation offensive fluide. En conférence de presse, Aliou Cissé a totalement assumé le choix de Gana en position de sommet du triangle. «Nous l’avons mis dans cette position pour gêner la sortie de balle des Hollandais et faire le pressing haut. Ce qu’il a bien réussi avec beaucoup de ballons récupérés et un harcèlement intense dans leur zone», a lâché le coach des «Lions» en fin de match. Seulement, le choix tactique a eu ses conséquences. Le jeu des «Lions» a manqué de verticalité poussant Boulaye Dia à courir dans tous les sens sans se mettre en évidence. Et ce n’est pas l’entrée de Bamba Dieng qui réglera le problème. Un milieu de profil relayeur ou animateur sera plus approprié dans la position de Gana Gueye si on veut régler le problème de l’animation offensive des «Lions». Car les coups de génie de Sadio Mané a trop longtemps caché cette carence des «Lions» au niveau offensif. Avec son forfait, il faudra trouver nécessairement des solutions tactiques mais aussi et surtout une bonne animation qui repose sur la tête des profils adéquats à la tâche.

BANC

Eviter des changements programmés

Le Sénégal n’a pas tiré pleinement profit de son banc de touche. A la décharge du coach Cissé,  les deux premiers changements ont été opérés suite à des blessures. Ce qui a limité sa marge de manœuvre du banc de touche. Sauf que le changement opéré sur Kouyaté lui aurait permis de faire entrer un milieu plus offensif que Pape Guèye. Un joueur comme Pape Matar Sarr ou Pathé Ciss aurait pu aider à trouver un peu plus de profondeur dans le jeu des «Lions». Car avec l’entrée d’un des deux joueurs cités, Gana Guèye se repositionnerait juste à la place de Kouyaté. Et le quart d’heure qui restait à jouer aurait aidé à maintenir les Hollandais dans leur base et trouver Bamba Dieng qui avait du sang neuf pour emmerder la défense adverse.

GARDIEN

Il est temps pour Mendy de grandir

Une grande équipe dans une grande compétition, c’est avant tout un grand gardien. Mendy ne sera pas pris pour le seul coupable de la défaite du Sénégal. Cependant, sa responsabilité est totalement engagée sur les deux buts. Pour un gardien de sa trempe, la faute est grave. Pour le premier but, le timing était mauvais. Bien qu’il n’a pas été aidé par une défense statique, le portier de Chelsea aurait pu s’assurer de pouvoir boxer le ballon avant de sortir de ses buts. Pour le deuxième, il a mal repoussé le ballon qui a été exploité par le premier Hollandais qui rodait aux alentours. En dehors des deux buts, Mendy a montré des limites sur les balles aériennes. Avec sa taille, il devrait être une assurance dans les airs. S’y ajoute que son jeu de pied laisse aussi à désirer. Et même si sa position de titulaire n’est toujours pas en danger, il est loin d’être un intouchable. Et le match contre le Qatar pourrait être une dernière chance pour lui de tuer totalement le suspense de la concurrence ou de la relancer.

La solution

Mettre Ismaila Sarr face à ses responsabilités

Après les discours d’assurance quant à la capacité de l’équipe à faire oublier Sadio Mané le temps du tournoi, il faudra des actes sur le terrain. Et il est temps pour Ismaila Sarr de prendre des galons de leader technique de l’équipe. Car il a du vécu (46 sélections) dans la «Tanière» et de l’expérience de cette compétition qu’il a déjà disputée en 2018. Encore qu’Ismaila Sarr, des bons jours, peut faire mal à n’importe quelle défense. Mais il faudra plus que sa copie pâle rendue au sifflet final du match contre les Pays-Bas. Ismaila Sarr qui jouait par intermittence a pourtant été dangereux dans les rares actions qu’il a acceptées de mener jusqu’au bout. Il a failli même provoquer un penalty quand il a été retenu dans la surface par De Light. Son missile lâché en première période filait droit dans la lucarne intérieur du portier hollandais, sauvé in extremis par un coup de tête de Van Dijk. Seulement, ça ne suffit pas pour porter le jeu des «Lions» sur ses épaules. Et il est temps pour l’attaquant sénégalais de se libérer au grand bonheur du «Sénégal du foot».

Khalifa Ababacar GUEYE

Leave a reply