Situation de la langue française dans le monde : 321 millions de francophones en 2022

0
248

Dans le rapport « La langue française dans le monde » présenté au public avant-hier, mardi 28 juin, on estime à 321 millions le nombre de francophones dans le monde en 2022. La progression du nombre de locuteurs de français est ainsi portée essentiellement par une « dynamique africaine reposant principalement sur les progrès de la scolarisation en français ».

Le nombre de francophones dans le monde est de 321 millions et la majorité des locuteurs de français et de ceux qui acquièrent leurs premiers savoirs en français résident sur le continent africain. Ce sont les résultats du Rapport « La langue française dans le monde » présenté au public avant-hier, mardi 28 juin, dans les locaux de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation (IFEF). Selon le document, en quatre ans, ce sont 21 millions de personnes supplémentaires qui parlent le français, soit une progression de 7% depuis 2018. Mieux, la même source souligne que la « langue française se maintient ainsi  dans le groupe des cinq langues les plus parlées à l’échelle de la planète (après l’anglais, le chinois, l’hindi et l’espagnol) ».

« Ce que nous relevons dans ce rapport, c’est que le français est la deuxième langue étrangère la plus apprise dans le monde encore qu’aujourd’hui, elle progresse globalement dans la plupart des continents à l’exception de l’Europe où il y a une raréfaction de l’offre linguistique et donc un apprentissage du français qui pour l’instant régresse », a fait savoir le responsable de l’Observatoire de la langue française à l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie), Alexandre Wolff. A l’en croire, « le français fait partie du groupe 4 des langues sur Internet ». En effet, le français progresse en Afrique  à travers la scolarisation. « Aujourd’hui, de manière générale, la langue française est en train de devenir une langue première de beaucoup d’enfants par exemple qui naissent dans des zones urbaines. Les résultats de l’Observatoire de la langue française montrent que le français est en progression parce que c’est la langue de scolarisation et de plus en plus, les pays ont adopté des politiques de scolarisation obligatoire qui font que la majorité des enfants entrent à l’école », a expliqué le professeur titulaire en Sciences du langage et membre du Comité scientifique de l’Observatoire de la langue française, Jean-Martial Kouamé. Il est optimiste quant à la croissance du français en Afrique. « Cette langue va continuer à évoluer parce qu’il y a des actions que les parents ne font pas en faveur des langues maternelles. On a mené pour le compte de l’OIF et pour le compte de l’AUF des études sur les dynamiques ou la transmission des langues dans nos différents pays. On se rend compte que de plus en plus les parents, dans leurs premières interactions avec les enfants à la maison, vont utiliser la langue française. Vous comprenez très que dans ces conditions-là, la langue française gagne du terrain et que nos langues sont en net recul », a souligné Jean-Martial Kouamé.

Le document montre aussi que le « fait que la majorité des francophones d’Afrique subsaharienne et du Maghreb se situe dans la classe d’âge comprise en 15 et 24 ans, révèle une potentialité de croissance forte pour la francophonie ». Pour sa part, l’attaché de programme ELAN (Ecoles et langues nationales) au niveau de l’IFEF basé à Dakar, Rémy Yameogo est revenu sur le rapport entre le français et les langues africaines. « Il y a plusieurs variations de la langue qui sont liées à l’interférence de nos langues africaines et le français s’enrichie à la fois de nos langues africaines comme nos langues africaines s’enrichissent du français. Ça montre ce partenariat entre la langue française et les langues nationales africaines parce que comme on l’a dit en conclusion, l’avenir du français se joue en Afrique », a-t-il relevé. Le Rapport « La langue française dans le monde » indique tout de même qu’il y a des défis à relever en matière d’éducation de qualité en français.

Mariame DJIGO

Leave a reply