Tabaski 2022 : 810 mille moutons à atteindre, selon le ministre de l’Élevage

0
1257

Hier, mardi 17 Mai 2022, s’est tenu  à Dakar l’atelier de validation de la lettre de politique sectorielle de développement de l’élevage. Occasion pour le ministre de l’Elevage et des productions animales Aly Saleh Diop d’évoquer les difficultés liées à la fête de la Tabaski et le dispositif des autorités.

« Dans moins de deux mois, nous allons célébrer la fête de la Tabaski. Cet événement constitue une activité phare du ministère, aussi je saisis cette occasion pour lancer un appel à tous les acteurs à se mobiliser comme l’année dernière pour assurer à nos populations un approvisionnement suffisant en moutons de Tabaski », a lancé le ministre de l’Elevage dans son discours d’allocution. L’objectif de cet atelier est de prendre la mesure de la dernière lettre qui avait cours de 2017 à 2021 mais également d’en dresser une nouvelle en tenant compte des récents événements (Covid et guerre), pour essayer de voir comment faire dans les années à venir pour que notre pays puisse prendre les mesures pour accroître la résilience du secteur de l’élevage. « La Tabaski est maintenant une opération de routine pour le ministère de l’Elevage. L’année dernière, quand même nous avions réussi une bonne opération Tabaski en essayant de voir très tôt les contraintes liées à l’organisation de l’activité (le financement, la levée d’un certain nombre de contraintes pour permettre aux acteurs de pouvoir convoyer convenablement les animaux vers les points de vente). Nous nous étions réunis avec l’ensemble des acteurs pour trouver des solutions à ces contraintes, après cela nous avions fait une tournée pour sensibiliser les éleveurs sur la Tabaski qui devait se tenir dans un contexte de Covid( revenus amoindris). Raison pour laquelle il y avait eu des moutons à des prix un peu moins élevés», dit-il toujours.

Pour cette année aussi, on a procédé à la même opération, nous apprend-il, « les opérateurs savent qu’ils vont s’adresser à un marché encore plus difficile du fait des situations actuelles (embargo du Mali entre autres). Nous avons entamé une tournée avec une lettre circulaire prise par le président de la République dans laquelle circule l’ensemble des taxes liées à l’importation de moutons dans notre pays sur une période de 105 jours ( 65jours avant la Tabaski depuis le 11 mai et 40 jours après la Tabaski) pour les privés comme pour les nationaux. Il y est aussi question d’assouplissement des conditions de convoyage des animaux, d’ouverture de beaucoup de points de vente sécurisés par les forces de sécurité et faciles d’accès en eau et en alimentation du bétail ». Et le ministre de poursuivre : «  Je rappelle que cette année encore, nous avons un objectif à atteindre qui est de 810 mille moutons (260mille pour Dakar). L’année dernière, on avait réussi à atteindre cet objectif (autour de 889mille) mais la production nationale avait contribué à 70%. Juste pour dire que les éleveurs sénégalais ont compris les enjeux et ont travaillé pour permettre aux Sénégalais de disposer quotidiennement de la viande 12mois/12 mais aussi de leur permettre d’en disposer le jour de la Tabaski. Cela veut dire que nous sommes à 2 points de l’autosuffisance en moutons». Selon le ministre Aly Saleh Diop, « le président de la République en est conscient et a doté le ministère de l’Elevage de moyens qui lui permettront dans le cours terme de résorber ce gap de 2 points, et ainsi permettre d’avoir suffisamment d’aliments pour notre cheptel. Nous avons lancé un programme de culture fourragère dans toute la zone sylvo-pastorale, le Président nous a permis de faire en sorte d’avoir une bonne santé animale, par une bonne campagne de vaccination. Autant de choses qui, additionnées, font qu’aujourd’hui, l’élevage du Sénégal se situe dans une rampe de lancement qui va nous valoir de bons résultats dans le moyen et cours terme ».

MARIYAMA TOURE (STAGIAIRE) 

Leave a reply