Tariq Ramadan renvoyé en procès à Paris pour des viols sur quatre femmes

0
727

(Le Parisien)- Dans une ordonnance solidement argumentée rendue ce vendredi, les juges d’instruction décrivent le processus utilisé par l’islamologue pour transformer ses admiratrices en « chose sexuelle ». Ce dernier va faire appel de son renvoi pour le viol de quatre femmes.

TARIQ RAMADAN n’échappera pas à un procès. Ce ver dredi, deux juges d’instruction parisiennes ont renvoyé l’islamologue suisse de 59 ans devant la cour criminelle pou y répondre des viols de quatre femmes entre 2009 et 2016. L’homme, qui avait fini par reconnaître des relations con- senties avec ses accusatrices. a fait savoir par ses avocats qu’il ferait appel de cette mise en accusation.

Au terme d’une démonstration fouillée de 345 pages dont nous avons pris connaissance les magistrates commencent par écarter la théorie du com- plot mise en avant par l’intellectuel. « Les parties civiles ont une parole propre avant tout contact entre elles ou avec l’un des ennemis désignés par Tariq Ramadan. Ainsi la théorie d’une concertation frauduleuse entre toutes pour dénoncer des viols et piéger Tariq Ramadan succombe à la chronologie des faits, aux dates d’entrée en contact entre parties civiles, à la chronologie des confidences et aux modalités de dénonciation », écrivent-elles, mettant en avant au contraire les « mensonges successifs » du mis en cause.

La défense de l’islamologue n’a eu de cesse de mettre en cause la crédibilité des plaignantes. Les juges d’instruction s’emploient à l’inverse soutenir le récit de ces fem mes qui, toutes, dénoncent des faits empreints d’une grande violence – plusieurs évoquent son changement de visage et le sentiment d’avoir été sand << chose sexuelle ». Ainsi de Christelle* qui décrit un viol dans une chambre d’hôtel à Lyon (Rhône) en octobre 2009. « A l’opposé des déclarations de Tariq Ramadan, fluctuantes et évolutives, il demeure une description précise (…) des actes sexuels dénoncés « ,estime les magistrats.

Violence ou contrainte

La démonstration des juges consiste à expliquer que ces femmes, qui, comme le souligne Tariq Ramadan pour sa défense, se sont rendues sciemment à un rendez-vous en vue d’une relation sexuelle après de longs échanges très crus, ont été soumises à la violence ou à la contrainte. Pour asseoir leur développement les magistrates étayent la notion << d’emprise » qui a irrigué l’instruction. L’analyse de la correspondance entre Tariq Ramadan et les parties civiles serait la meilleure manière de mettre à jour les <<manœuvres » déployées par l’écrivain et enseignant pour arriver à ses fins. « Ce processus de conditionnement […] est volontaire et minutieux.

Valorisation, écoute bienveillante, privilège de l’intimité, contournement des réticences, exigences, acquiescements ponctuels successifs, présence constante, secret, soumission, obéissance, critique, reproches, test de docilité.

[…] Ce processus est un rituel rituel abrasif du libre arbitre d chacune », décrivent les juges.

Quant aux actes en eux- mêmes, Tariq Ramadan con- teste qu’ils aient pu être vio- lents et affirme que les gestes suggérés dans ses écrits relèvent du << virtuel >>. Les juges y voient au contraire l’exacte réalité de qui a pu se produire << Consentir au fantasme n’est pas consentir à la réalité du huis clos. Consentir avant n’est pas consentir pendant, ni à tout», relèvent-elles.

<< Henda Ayari, qui a été la première à porter plainte en octobre 2017 et qui a vu sa vie Sabîmée par des campagnes de harcèlement, est aujourd’hui soulagée et reconnaissante du travail d’orfèvre effectué par les juges d’instruction », confie son avocat, Me Nathanaël Majster. << Nous étions persuadés que les magistrats iraient dans ce sens et ce malgré la faiblessedu dossier », réagissent Mes Ouadie Elhamamouchi, Philippe Ohayon et Nabila Asmane, trois des avocats de l’islamologue. Ils se disent << sereins », rappelant que leur client, poursuivi pour viol en Suisse, a été acquitté en mai.

Leave a reply