Terrorisme et insécurité en Afrique de l’Ouest : plus d’un million de personnes forcées à se déplacer, en fin 2020

0
475

Les conséquences du terrorisme et de la violence en Afrique de l’Ouest sont multiples. Parmi celles-ci, il y a les nombreux déplacés qui sont estimés à plus d’un million à la fin de l’année 2020. C’est ce qui ressort de l’étude axée sur le «Sahel : le militarisme franco-africain en échec»

«Sahel : le militarisme franco-africain en échec»,  est une étude réalisée par le chercheur en géopolitique,  Félix Atchadé, en coopération avec la fondation Rosa Luxembourg.  Dans cette enquête qui fait un point sur la situation sécuritaire dans la sous-région, le chercheur revient sur les conséquences de l’insécurité grandissante, en montrant que «sur l’ensemble de la région, plus de 13 millions de personnes ont besoin d’une assistance d’urgence pour se nourrir, s’abriter, avoir accès à l’eau, aux soins de santé ou à l’éducation et qu’au Burkina Faso, le nombre de personnes forcées de fuir à cause des violences est passé de 82 000, en début 2019, à plus d’un million, fin 2020». Un chiffre qui continue de s’accroitre de jour en jour, dit-il, citant les organisations humanitaires et l’Organisation des Nations unies (ONU).

8 MILLIONS D’ENFANTS N’ALLAIENT PAS EN CLASSE AVANT COVID-19, PLUS DE 430 ECOLES ATTAQUEES, 4 000 AUTRES FERMEES

Une des conséquences de l’insécurité est qu’aussi 8 millions d’enfants n’étaient pas scolarisés, avant même la fermeture des écoles imposée, en 2020, pour atténuer la propagation de la COVID-19. «Entre 2015 et 2019, plus de 430 attaques contre des écoles ont été enregistrées, ce qui a conduit à la fermeture de plus de 4 000 établissements scolaires», signale-t-il.

Félix Atchadé, citant le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, signale que 1170 événements violents ont été observés en 2020 au Sahel, plus précisément au Mali, au Burkina Faso et dans l’Ouest du Niger ; ce qui représente une augmentation de 44% par rapport à l’année précédente. Deux groupes islamistes, présents dans la région depuis 2015, sont responsables de la quasi-totalité de ces violences.

1170 EVENEMENTS VIOLENTS EN 2020, AU MOINS 4 122 MORTS ET 1,7 MILLION DE DEPLACES DONT PLUS DE 170 000 REFUGIES

Les groupes terroristes ont attaqué des civils et ont affronté les Forces de sécurité nationales et régionales ; ce qui a causé la mort de 4 122 personnes, soit une hausse de 57% en un an. Le chercheur signale que toutes ces violences ont déplacé quelque 1,7 million de personnes, dont plus de 170 000 réfugiés et 1,5 million de personnes déplacées en interne. C’est le Burkina Faso qui compte le plus de déplacés. Toutes ces violences ont déplacé quelque 1,7 million de personnes, dont plus de 170 000 réfugiés et 1,5 million de personnes déplacées en interne.

LA FRANCE VUE COMME UN SOUTIEN DES REGIMES DICTATORIAUX

Au moment où l’Afrique de l’Ouest est en croisade contre la montée de la violence, les Forces étrangères notamment celle de la France ne sont plus appréciées dans la sous-région sahélienne en proie à cette insécurité. Pour Félix Atchadé, «la  contestation de la présence militaire française au Sahel prospère sur un terreau ancien».

Et, continue-t-il, «contrairement à l’idée que les gouvernants français et certains analystes pressés véhiculent, les Français ne sont point détestés en Afrique francophone. Les ressorts de la critique visant la France sont d’ordre politique et économique et renvoient à la «Françafrique» et «l’État franco-africain», perçus comme garants d’un ordre inique, antidémocratique et perpétuant une domination d’un autre âge». Egalement, «la France est perçue comme une force d’occupation et est d’autant plus conspuée qu’elle tient encore les cordons de la bourse à travers ses multinationales et la monnaie».

Les autres constats du chercheur sont que la violence dans le Sahel procède de plusieurs mécanismes et la résolution de la crise nécessite des approches politiques. De même, la sauvegarde des intérêts français requiert une région en paix et en sécurité, mais aussi le concept de sécurité ici défendu ne saurait se réduire à celle de l’État et des institutions. Il s’agit d’une approche multidimensionnelle de la sécurité centrée sur les populations.

ENGAGER DES DISCUSSIONS DE PAIX AVEC TOUTES LES FORCES, EN ÉTATS RESPONSABLES…

Les recommandations du chercheur, après ses constats, sont, entre autres, que la France et ses alliés doivent engager des discussions de paix avec toutes les forces politico-armées qui participent aux conflits sahéliens. Ils doivent mettre un terme à la répression indiscriminée qui contribue à la radicalisation des mouvements djihadistes et facilite leur recrutement.

Le chercheur recommande aussi aux gouvernants sahéliens de répondre à la demande d’États qui assument leurs responsabilités notamment dans la redistribution juste et équitable des ressources et la préservation de la concorde et la paix civile. «Il faut dépasser l’État postcolonial et rompre avec ses prétendues «réformes» initiées par les institutions financières internationales sous le vocable de «bonne gouvernance». Il faut démocratiser l’État», recommande-t-il.

… ET REPENSER L’IDEE DE TERRITOIRE, COMBATTRE LES DIFFERENTS TRAFICS ET SYSTEMES MAFIEUX ET L’EVASION FISCALE

Il est aussi important de repenser l’idée de territoire (frontière et propriété) pour qu’elle tienne compte de la mobilité des populations. Les différents traités d’intégration africaine, notamment ceux relatifs à la libre circulation des personnes, doivent être appliqués aux populations des zones frontalières. Il faut lutter contre les différents trafics (drogues, armes, êtres humains ou ressources naturelles) et les activités de banditisme qui participent grandement à la conflictualité.

L’interpénétration entre les systèmes mafieux locaux et financiers internationaux oblige à trouver des réponses nationale et internationale, avec la mobilisation des Nations Unies. La lutte contre l’évasion fiscale doit aussi être menée ; car cette fuite des capitaux prive les pays du Sahel, comme d’autres pays, d’immenses et précieux moyens de financer leur développement.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.