«L’objectif est de développer un bon contenu qui peut attirer tout le monde : jeunes, enfants, adultes », Amadou GALO FALL, président de la Basket African League (BAL)

0
325

Président, vous venez de boucler dix jours de compétition à Dakar Arena. Quel bilan tirez-vous de cette première phase de la 2ème édition de la Basketball Africa League ?

Je me réjouis d’abord de la qualité du produit sur le terrain. Il y a eu des matchs très disputés avec beaucoup d’amélioration par rapport à la première saison. En 2021, nous avions constaté que beaucoup de championnats étaient suspendus vu l’état de la pandémie. Les équipes qualifiées n’avaient pas suffisamment de compétition avant le démarrage du tournoi. Nous avions remarqué que Monastir et Zamalek étaient d’un cran au dessus. Ces deux équipes venaient de finir leur championnat et elles avaient plus de matchs dans les jambes. Cette année, toutes les équipes sont venues avec le même niveau de forme. C’est pourquoi on a des matchs relevés et disputés. Cela se voit sur certains scores et cela fait la beauté du jeu. Les équipes se sont bien préparées et ont aussi recruté. On a fait une campagne digitale et il y a eu beaucoup d’informations par rapport aux recrues potentielles. Cela a permis aux équipes d’avoir une base de données. Il y a des joueurs qui ont changé de clubs et de bons coachs qui ont contribué à la qualité du jeu. Je reçois un feedback positif de la qualité du jeu et c’est encourageant. L’objectif est de développer un bon contenu qui peut attirer tout le monde : jeunes, enfants, adultes.

On a remarqué une forte mobilisation du public pour ces joutes à Dakar Arena…

Je salue cette forte mobilisation du public, des supporters du DUC et du 12ème Gaïndé particulièrement. Je ne saurais jamais assez remercier tout ce beau monde. Ils ont contribué à rehausser l’évènement et c’est extraordinaire. C’est une touche nouvelle par rapport à la 1ère saison. Mais nous sommes dans un environnement différent. Les choses ont un peu rouvert et les publics sont admis dans les salles. C’est très encourageant car on veut construire dans la durée. En plus, il y a le fait qu’on revenait à Dakar après le report de la saison inaugurale. On n’avait jamais organisé au Sénégal et on connait aujourd’hui les rouages. Cela va nous servir de leçons et on va rectifier dans certains secteurs. C’était impressionnant d’avoir la fan zone et d’avoir ces matchs entre anciens joueurs. Le public avait apprécié et ce sont des moments formidables qui participent à l’écosystème de la Basketball Africa League. C’était une manière d’aller vers les supporters de tout âge. Il y a un potentiel énorme sur les choses qu’on peut faire. Il y a une grosse demande par rapport à notre « merchandising » mais les choses vont évoluer avec nos partenaires Nike et Jordan qui seront intéressés à produire plus pour les fans. Je reçois beaucoup de demandes de personnes qui veulent acheter.

Au total, vous êtes satisfait de cette première étape ?

Dans l’ensemble, je tire un bilan satisfaisant. On a organisé dans la sécurité, dans le respect des mesures sanitaires, les fans ont apprécié et c’est l’essentiel. En plus, il y a une bonne couverture médiatique de l’évènement. La BAL est suivie partout dans le monde et dans plusieurs langues. Nous sommes très reconnaissants à l’endroit les autorités, surtout le chef de l’État Macky Sall qui est venu assister à la cérémonie d’ouverture. Je tiens aussi à remercier le ministre des Sports Matar Ba, sans oublier la Fédération sénégalaise de basket avec à sa tête Me Babacar Ndiaye. La Fédération nous a beaucoup soutenus parce que c’est elle qui maîtrise plus le terrain. En tout cas, je tire mon chapeau à toutes les parties impliquées dans l’organisation de cette étape de Dakar. Le Président Macky Sall mesure l’ampleur de ces évènements sportifs et leur impact dans l’essor du pays. C’est une opportunité pour les jeunes d’avoir des moyens de divertissement sains et positifs. La Basketball Africa League est un outil que nous allons au maximum mettre à profit pour activer d’autres industries qui parlent du divertissement, de la mode, de la culture, des arts, entre autres…

Quels actes a concrètement posés la BAL au profit de l’économie, la culture, du pays ?

Nous avons noué un partenariat avec l’Agence Sénégalaise de la Promotion Touristique (ASPT) pour vendre la destination Sénégal. La compagnie Air Sénégal va y jouer un rôle majeur. C’est un ensemble de projets qui vont faire décoller l’économie touristique et culturelle. Le siège de la BAL se trouve à Dakar. On met les choses en place et on finira à prendre définitivement nos marques pour mieux propulser en avant les différents projets. On travaille à attirer plus de sociétés de la place et certaines nous ont contactés. Elles ont sans doute vu durant ces 10 jours. On va continuer à développer notre produit et elles finiront sans doute par comprendre et épouser les idées de la BAL.

Dans un mois, vous serez au Caire pour la Conférence Nil. A quoi peut-on s’attendre en termes d’organisation et d’approche ?

La première étape est toujours difficile parce qu’on n’avait pas organisé ailleurs en dehors du Rwanda. Le fait d’avoir une bulle avait beaucoup aidé. Il y avait des restrictions et c’était fermé au public. C’est différent de cette année, on a voulu s’ouvrir. On va tirer les leçons et c’est clair qu’on ira au Caire avec beaucoup de certitudes sur ce que nous allons faire. On connait déjà l’environnement et les infrastructures. En plus, l’Égypte a l’habitude d’accueillir de grands évènements sportifs. Il faut aller dérouler et le programme BAL Elevate sera aussi appliqué dans la «Nile Conference» (La BAL Elevate vise à mettre les joueurs de la NBA Academy à la disposition des clubs participants à la BAL).

Comment jugez-vous la participation des jeunes de la NBA Academy à cette Conférence Sahara ?
Évaluer des talents et rechercher les perles rares, c’est mon métier (Il a été scout des Dallas Mavericks). Ces jeunes réveillent beaucoup de passion. Je les ai vus à l’entraînement à Saly. Je ne doutais pas de leurs talents encore moins de leurs potentiels. J’avais juste quelques appréhensions au niveau mental. Mais ils ont bien répondu sur le terrain et se sont intégrés. Certains ont eu beaucoup de temps de jeu. Tous les six de la Conférence Sahara se sont bien comportés et c’est une bonne expérience pour leurs carrières. Ils se sont frottés avec les meilleurs du continent pendant 10 jours.

Dakar sera-t-elle à l’honneur en 2023 ?

On va évoluer à la fin de la saison et c’est ce qu’on a fait en 2021. On a un partenariat avec Kigali sur trois ans. On est dans la 2ème année pour les phases finales. On a voulu étendre cette année en y ajoutant deux pays. On est allé sur un ensemble de critères et Dakar répond à ça. C’est une ville en pleine extension avec des infrastructures modernes. Il y a aussi notre siège et cela joue un rôle important. Dakar répond encore aux critères requis. On a gagné en expérience avec cette étape et on sait comment rectifier le tir. Officiellement, on va attendre la fin de la saison pour se prononcer mais l’expérience est très encourageante.

On a vu beaucoup d’anciens de Seed Academy dans l’organisation ou sur le parquet. On peut citer Serigne Mboup et Baye Moussa Keïta qui sont au cœur du dispositif ou Bamba Diallo du DUC. En tant que fondateur de Seed, que ressentez-vous en voyant ces jeunes réussir en dehors ou sur les parquets ?

Ce sont des jeunes qui ont su profiter de l’opportunité et ont continué à se développer. Le travail ne s’est pas arrêté aux années passées à Seed Academy. Ils ont eu des bourses pour faire des études aux États-Unis. Ils ont acquis de l’expérience et sont devenus des professionnels en dehors des parquets. Cela confirme notre message que même s’ils ne peuvent pas devenir des joueurs NBA, il y a des opportunités si on allie études et sport. Et je suis fier de voir tous ces jeunes progresser dans plusieurs secteurs de la vie surtout du basket. Le plus important c’est d’exposer ces jeunes aux valeurs du sport, développer une éthique du travail, développer un réseau, communiquer, tisser des relations et travailler en équipe. Quand on parle de construire une véritable industrie autour du basketball, ce n’est pas simplement les joueurs ou entraîneurs, mais on a besoin de talents dans tous les secteurs, d’où l’importance d’avoir des jeunes bien outillés. Serigne Mboup est notre responsable «Game Operation». Il s’occupe de tout ce qui est relatif au jeu. Il coordonne et supervise tout sur l’aire de jeu. Avec son équipe, il fait que tout se déroule bien. Le jeu est important dans ce que nous faisons parce que c’est le spectacle que nous vendons aux autres.

On n’est pas obligé d’être un mordu de basket pour apprécier ce que nous faisons. Il y a d’autres jeunes comme Mamadou Dia Diop qu’on a recruté. C’est un ingénieur de formation et il s’occupe maintenant de toutes nos infrastructures partout où la BAL va se produire. Il y a des jeunes filles et garçons qui font des stages pour être dans le marché du travail. Il y a une industrie du sport qui va se développer autour de la BAL et il nous faut de l’expertise. On a organisé un sommet pour les jeunes lundi et les experts leur ont demandé de penser au secteur du sport pour la recherche d’emplois. Il ne faut pas juste qu’ils pensent à faire du management du sport, mais de la comptabilité, de la gestion, bref du management des entreprises tout court. Ce qui fait la force de la NBA c’est que nous recherchons les meilleurs dans tous les secteurs. Quand on parle d’industrie, c’est parce que les emplois existent déjà. Mais les gens le voient comme un divertissement ou cela ne fait pas partie de leur priorité.

Seed Academy est toujours logé au CNEPS. Au regard de sa place dans le basket sénégalais avec les nombreux joueurs formés, où en êtes-vous avec la construction du campus à Sandiara ?

C’est une priorité mais je ne suis pas forcément la personne qui doit porter tout le projet. Je n’ai pas pu prendre le taureau par les cornes ces dernières années avec les différentes missions au sein de la NBA. II existe des gens capables de porter le projet. Il y a eu l’installation de la NBA Africa en Afrique du Sud en 2010. On a fait des progrès en 10 ans pour aboutir à cette Ligue. Il y a toujours eu des chantiers qui demandaient toute mon énergie. Mais mon souhait est de trouver le juste milieu. Seed Academy m’est très cher et je suis heureux de voir tous ces jeunes devenir des professionnels dans plusieurs domaines. Ils sont impliqués dans Seed. Kabir Pène fait d’excellentes choses comme manager de l’Académie. Je peux citer Ibrahima Ndiaye, Samba Fall, entre autres personnes qui contribuent activement au rayonnement de Seed. Il faut qu’on continue à les encadrer et je suis certain qu’ils vont porter encore haut le projet. Il faut que je trouve le moyen d’être plus en soutien au président Joe Lopez et de toutes ces personnes. Je crois que ça va se faire. On a un projet sur 5 ans mais le campus se fera. On voulait faire la pose de la première pierre durant le mois de mars. Mais on a décidé de le faire séparément. On va le faire avant la fin de cette année et ce sera un grand évènement.

Souhaiterez-vous avoir le soutien du chef de l’État dans la réalisation de ce projet ?

Absolument, ce sera le bienvenu. Je suis certain qu’on pourrait compter sur lui. C’est à nous de présenter le dossier. Il y a beaucoup de travail qui se fait. On a déjà établi un plan et trouver les ressources. L’ État serait un grand apport et pourquoi pas d’autres sociétés ou bonnes volontés de la place. On veut en faire un campus qui pourra recevoir des sportifs, des étudiants. Un cadre de vie pour permettre aux jeunes d’étudier et de vivre pleinement leur passion du sport. On a un terrain à Sandiara et c’est l’occasion de remercier le maire Dr Serigne Guèye Diop qui a eu la vision de vouloir apporter de la valeur pour sa population. Nous le remercions pour sa patience. Nous allons tout faire pour poser la première pierre avant la fin de l’année. Mais le soutien de toutes les autorités, en particulier celui du chef de l’État, sera d’un grand apport.

RECUEILLIS PAR A. THIAM

Comments are closed.