Croisade contre la troisième candidature de Macky Sall « Jamm a Gën 3ème mandat » sur les traces du M23

0
254

Souvent cité comme un exemple de démocratie en Afrique, le Sénégal ne semble pas pour autant exempt de tout défaut. La preuve, le lancement hier, jeudi 27 octobre, par des organisations de la société civile sénégalaise de l’initiative « Jamm a Gën 3ème mandat » pour barrer la route à une troisième candidature du Président Macky Sall,  onze années après la naissance du M23 qui a mené la lutte contre la troisième candidature du Président Abdoulaye Wade de juin 2011 à février 2012.

« Jamm a Gën 3ème mandat » (la paix vaut mieux qu’un troisième mandat) ! Telle est la nouvelle initiative lancée hier, jeudi 27 octobre, par des organisations de la société civile sénégalaise pour barrer la route à une troisième candidature de l’actuel locataire du Palais de République, Macky Sall lors de la présidentielle de 2024. A l’occasion de ce lancement, les responsables de l’initiative « Jamm a Gën 3ème mandat » ont également publié une lettre ouverte adressée au Président Macky Sall. Dans cette correspondance, ils invitent notamment l’actuel chef de l’Etat à respecter la Constitution, la parole donnée et à ne pas présenter sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il s’agit de : AfrikaJom Center, Y’en A Marre, AfricTivistes, LEGS Africa, Ligue Sénégalaise de défense des Droits de l’Homme (Lsdh), Rencontre africaine des droits de l’homme (Raddho), Forum Social Sénégalais, FRAPP France Dégage, Union démocratique des enseignantes et enseignants du Sénégal (Uden), Cos-M23.

Sénégal : une démocratie sur le papier ?

Il faut dire que cette nouvelle initiative « Jamm a Gën 3ème mandat » (la paix vaut mieux qu’un troisième mandat) remet au gout du jour le débat sur la fragilité de la démocratie sénégalaise. Très souvent cité comme un exemple de démocratie  apaisée dans une région ouest africaine voire africaine abonnée aux changements anti démocratiques du pouvoir, cette exception démocratique Sénégalaise semble, cependant, être plus le fruit d’un esprit patriotique des forces militaires sénégalaises que de l’engagement de nos hommes politiques. La preuve, ce débat en cours sur la troisième candidature de l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall à l’origine de cette initiative de la société civile qui intervient onze ans après le lancement officiel du mouvement du 23 juin (M23) par des organisations de la société civile sénégalaises et des partis politiques de la grande coalition d’opposition Benno Siggil Sénégal.

« Jamm a Gën 3ème mandat » sur les pas du M23

Lancé le lundi 27 juin 2011 au lendemain des manifestations violentes qui ont abouti au retrait du projet de loi instaurant l’élection simultanée du président et du vice-président de la République avec seulement une majorité requise de 25 % des suffrages exprimés, le M23 avait pour objectif de poursuivre le combat pour le départ du président Abdoulaye Wade, soupçonné de vouloir briguer un troisième mandat nonobstant la limitation qu’il fait inclure dans la nouvelle constitution adoptée en 2001 et ses nombreux engagements à faire deux mandats. Ainsi, de juin 2011 jusqu’à la veille de la présidentielle de février 2012, plusieurs manifestations ont été ainsi organisées par des responsables du M23 dont certaines avaient occasionné plusieurs blessés mais également des morts. La principale requête des responsables du M23 lors de ces manifestations était que le Président Wade s’engage par écrit à ne pas être candidat à la présidentielle de 2012, parce qu’il avait déjà effectué deux mandats. Le Conseil constitutionnel, appelé à trancher cette question en dernier lieu, au cas où le président Wade déciderait à forcer sa candidature était également mis en garde contre toute validation de cette candidature par les responsables du M23.

De « Wade dégage » à Macky « Jamm a Gën 3ème mandat »

Aujourd’hui, onze ans après ces événements, voilà le Sénégal encore miné par le débat portant sur la question de troisième candidature que l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall, avait pourtant dit résoudre à travers la révision constitutionnelle qu’il a initiée en mars 2016. D’ailleurs, pour marquer la rupture avec son prédécesseur dont la troisième candidature a installé le Sénégal dans une longue période de tension politique, l’actuel chef de l’Etat s’était engagé à réduire la durée de son premier mandat de 7 à 5 ans avant de faire marche arrière après un avis du Conseil constitutionnel en 2016. Et pour se conformer à ses autres engagements vis-à-vis du peuple sénégalais, il a fait réviser la Constitution de 2001 qui limitait déjà le nombre de mandats présidentiels à deux en verrouillant cette disposition à travers une réécriture de l’article 27 : « nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs ».

En effet, membre fondateur du M23, Macky Sall était très engagé sur le terrain de la contestation de la troisième candidature de son ex-mentor dans le Parti démocratique sénégalais et le régime libéral au même titre que feu Amath Dansokho, feu Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse et Abdoulaye Bathily pour ne citer que ceux-là. Des leaders politiques membres de la grande coalition Benno Siggil Sénégal avec qui il a formé l’actuelle coalition majoritaire au pouvoir, Benno Bokk Yakaar entre les deux tours de la présidentielle de 2012 pour une nouvelle gouvernance politique basée sur la charte de gouvernance des Assises nationales qui prône la limitation des mandats présidentiels à deux. Cependant, alors qu’il a affirmé, à plusieurs occasions, son incapacité à briguer une troisième candidature en 2024, de plus en plus les partisans du Président Sall, sous prétexte que sa candidature relève d’une demande sociale, l’incitent à se représenter en 2024.

Par PAPA MOUSSA CAMARA (STAGIAIRE) ET NANDO C. GOMIS

Leave a reply